1, LFH2)" />
With big laws like OR and ZGB this can take up to 30 seconds

Loi fédérale
sur l’utilisation des forces hydrauliques
(Loi sur les forces hydrauliques1, LFH2)

du 22 décembre 1916 (Etat le 1 janvier 2021)er

1 Introduit par le ch. I 1 de la LF du 18 juin 2010, en vigueur depuis le 1er janv. 2011 (RO 2010 5061; FF 2009 10191045, 2010 321).

2Introduite par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vigueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

L’Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

vu les art. 76 et 81 de la Constitution3,4
vu le message du Conseil fédéral du 19 avril 19125,

décrète:

3 RS 101

4 Nouvelle teneur selon le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vigueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

5FF 1912 II 815, 1916 III 459

Chapitre I Du droit de disposition

Art. 1  

1 La Con­fédéra­tion ex­erce la haute sur­veil­lance sur l’util­isa­tion des forces hy­draul­iques des cours d’eau pub­lics ou privés.

2 Sont réputés cours d’eau pub­lics, au sens de la présente loi, les lacs, rivières, ruis­seaux et canaux sur lesquels un droit de pro­priété privée n’est pas ét­abli et ceux qui, tout en étant pro­priété privée, sont as­simi­lés par les can­tons aux cours d’eau pub­lics, en ce qui con­cerne l’utili­sation de la force.

Art. 2  

1 La lé­gis­la­tion can­tonale déter­mine la com­mun­auté (can­ton, dis­trict, com­mune ou cor­por­a­tion) à laquelle ap­par­tient le droit de dis­poser de la force des cours d’eau pub­lics.

2 Les dis­pos­i­tions de droit can­ton­al autor­is­ant les riverains à util­iser la force des cours d’eau pub­lics de­meurent en vi­gueur, jusqu’à leur abro­ga­tion par les can­tons.

Art. 3  

1 La com­mun­auté qui dis­pose de la force d’un cours d’eau peut l’utili­ser elle-même ou en con­céder l’util­isa­tion à des tiers.

2 Le droit d’util­isa­tion peut être ac­cordé à une com­mun­auté sous une autre forme que celle de la con­ces­sion.

Art. 4  

1 Les dis­tricts, com­munes ou cor­por­a­tions qui dis­posent de la force ne peuvent l’util­iser ou la céder à des tiers sans l’ap­prob­a­tion de l’auto­rité can­tonale.

2 L’ap­prob­a­tion est re­fusée si le pro­jet d’util­isa­tion est con­traire à l’in­té­rêt pub­lic ou à l’util­isa­tion ra­tion­nelle du cours d’eau.

Art. 5  

1 Le Con­seil fédéral édicte les dis­pos­i­tions générales pro­pres à assu­rer et à dévelop­per l’util­isa­tion ra­tion­nelle des forces hy­draul­iques.

2 Il peut en outre édicter des pre­scrip­tions par­ticulières à un cours d’eau ou à une sec­tion de cours d’eau déter­minée.

3 L’Of­fice fédéral de l’én­er­gie6 (of­fice) a le droit d’ex­am­iner si les pro­jets d’usines as­surent, dans leur plan d’en­semble, l’util­isa­tion ra­tion­nelle des forces hy­draul­iques.7

6 La désig­na­tion de l’unité ad­min­is­trat­ive a été ad­aptée en ap­plic­a­tion de l’art. 16 al. 3 de l’O du 17 nov. 2004 sur les pub­lic­a­tions of­fi­ci­elles (RO 2004 4937).

7Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 6  

1 S’il s’agit de mettre en valeur une sec­tion de cours d’eau située sur le ter­ritoire de plusieurs can­tons ou, dans une seule et même usine, plu­sieurs sec­tions situées dans des can­tons différents et que les can­tons ne puis­sent s’en­tendre, le Dé­parte­ment fédéral de l’en­viron­nement, des trans­ports, de l’én­er­gie et de la com­mu­nic­a­tion8 (dé­parte­ment) statue, après avoir en­tendu les can­tons.9

2 Il tient équit­a­ble­ment compte de la lé­gis­la­tion des can­tons, ain­si que des av­ant­ages et des in­con­véni­ents qui ré­sul­tent de l’en­tre­prise pour chacun d’eux.

3 Si la modi­fic­a­tion du cours d’eau ou l’oc­cu­pa­tion des ter­rains res­tre­int dans une mesure ex­cess­ive l’ét­ab­lisse­ment de la pop­u­la­tion d’un can­ton ou ses moy­ens d’ex­ist­ence, le dé­parte­ment ne doit pas ac­cord­er la con­ces­sion sans le con­sente­ment du can­ton.10

8 Nou­velle dé­nom­in­a­tion selon l’ACF du 19 déc. 1997 (non pub­lié).

9Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

10Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 711  

1 En cas d’util­isa­tion de la force hy­draul­ique de sec­tions de cours d’eau touchant à la frontière na­tionale, le dé­parte­ment est com­pétent pour:

a.
ac­cord­er les droits d’util­isa­tion;
b.
autor­iser la com­mun­auté qui dis­pose de la force d’un tel cours d’eau à l’util­iser elle-même;
c.
lors de l’oc­troi du droit d’util­isa­tion, fix­er, con­formé­ment au droit can­ton­al, les presta­tions à fournir et les con­di­tions à re­m­p­lir;
d.
statuer sur l’ap­prob­a­tion des plans né­ces­saires à la con­struc­tion ou à la modi­fic­a­tion des in­stall­a­tions et ac­cord­er ain­si les autor­isa­tions re­quises par le droit fédéral;
e.
or­don­ner des mesur­es d’as­sain­isse­ment et des mesur­es re­l­at­ives à l’ex­ploit­a­tion; le dé­parte­ment peut ha­bi­liter le can­ton à or­don­ner les mesur­es né­ces­saires.

2 Le Con­seil fédéral peut con­clure des con­ven­tions in­ter­na­tionales re­l­at­ives aux ob­jets men­tion­nés à l’al. 1.

3 Les autor­ités com­pétentes statu­ent en as­so­ci­ant à leur dé­cision les com­mun­autés qui dis­posent de la force de cours d’eau et les can­tons.

11 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

Art. 7a12  

1 Pour re­m­p­lir les ob­lig­a­tions de droit in­ter­na­tion­al de la Con­fédéra­tion, le dé­parte­ment peut, après avoir con­sulté les can­tons et les in­té­ressés, pren­dre des dis­pos­i­tions en ce qui con­cerne l’ex­ploit­a­tion de bassins de re­tenue.

2 Si ces mesur­es portent at­teinte aux droits ac­quis, l’in­dem­nité prévue à l’art. 43, al. 2, est à la charge de la col­lectiv­ité pub­lique tit­u­laire du droit de dis­poser.

12In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 8  

1 L’eau ou l’én­er­gie produite par la force hy­draul­ique ne peuvent être dérivées à l’étranger sans l’autor­isa­tion du dé­parte­ment.13

2 L’autor­isa­tion est re­fusée si l’ex­port­a­tion est con­traire à l’in­térêt pub­lic et s’il est à pré­voir que l’eau ou l’én­er­gie trouveront une utili­sa­tion con­ven­able en Suisse dans le temps pour le­quel l’autor­isa­tion est de­mandée.

3 L’autor­isa­tion est ac­cordée pour une durée déter­minée et aux condi­tions que fixe le dé­parte­ment; elle peut être ré­voquée en tout temps, moy­en­nant in­dem­nité, pour rais­on d’in­térêt pub­lic. Si l’in­dem­nité n’est pas fixée par l’acte d’autor­isa­tion, elle est déter­minée en équité.14

13Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

14Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 9  

1 La dériv­a­tion d’én­er­gie élec­trique d’un can­ton dans un autre ne peut être re­streinte que dans la mesure où l’in­térêt pub­lic du can­ton ex­por­tateur le jus­ti­fie.

2 Le dé­parte­ment statue en cas de con­test­a­tion.15

15Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 10  

1 Les usin­iers qui vendent de l’én­er­gie élec­trique sont tenus de sou­mettre au dé­parte­ment, à sa de­mande, les con­ven­tions par lesquel­les ils s’in­ter­dis­ent la vente d’én­er­gie dans une zone déter­minée. Le dé­parte­ment peut en or­don­ner la modi­fic­a­tion si elles sont con­trai­res à l’in­térêt pub­lic.16

2 Les dis­pos­i­tions du présent art­icle s’ap­pli­quent par ana­lo­gie aux in­ter­mé­di­aires.

16Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 11  

1 Si, mal­gré des of­fres d’util­isa­tion équit­ables, et sans de justes mo­tifs, le dis­trict, la com­mune ou la cor­por­a­tion re­fusent, pendant un temps pro­longé, d’util­iser eux-mêmes ou de lais­s­er util­iser la force d’un cours d’eau pub­lic dont ils dis­posent, le gouverne­ment can­ton­al peut, au nom de l’ay­ant droit, ac­cord­er l’util­isa­tion.

2 Les parties peuvent re­courir dans les trente jours au dé­parte­ment.17

17Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 12  

1 La Con­fédéra­tion peut re­quérir la force d’un cours d’eau pub­lic pour ses en­tre­prises de trans­port et de com­mu­nic­a­tions.18

1bis Elle tient compte des be­soins et des pos­sib­il­ités de dévelop­pe­ment des can­tons d’où provi­ennent les eaux, en par­ticuli­er de leurs in­térêts à l’util­isa­tion de la force hy­draul­ique.19

2 Si une sec­tion de cours d’eau est déjà util­isée, la Con­fédéra­tion peut ac­quérir le droit d’util­isa­tion et les in­stall­a­tions, soit en ex­pro­pri­ant l’usin­i­er, soit en fais­ant us­age du droit de rachat ou de re­tour.

3 Si elle n’a pas l’em­ploi im­mé­di­at de la force, elle peut en céder tem­po­raire­ment l’us­age à des tiers.

18Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 21 juin 1985, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1986 (RO 1985 1839; FF 1984 III 1445).

19In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 13  

1 Si la Con­fédéra­tion re­quiert d’une com­mun­auté une force inutil­isée, elle doit la dé­dom­mager de la perte de la taxe de con­ces­sion et de la re­devance an­nuelle.

2 Si la sec­tion est déjà util­isée, la Con­fédéra­tion doit dé­dom­mager la com­mun­auté de la perte subie, not­am­ment de la perte de la re­devance an­nuelle, et, si les cir­con­stances le jus­ti­fi­ent, de la perte du droit de rachat ou de re­tour.

3 Si le can­ton per­cevait, au mo­ment de la ces­sion, l’im­pôt spé­cial prévu à l’art. 49, al. 3, il doit égale­ment être dé­dom­magé de cette perte.

4 ...20

20Ab­ro­gé par le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991, avec ef­fet au 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2, al. 1; FF 1991 II 461).

Art. 14  

1 À titre de com­pens­a­tion pour la perte d’im­pôts can­tonaux, com­mu­naux et autres, la Con­fédéra­tion paye aux can­tons sur le ter­ritoire des­quels elle re­quiert des forces hy­draul­iques une in­dem­nité de 11 francs par an et par kilo­watt théorique in­stallé.21

1bis L’al. 1 est aus­si ap­plic­able lor­sque la Con­fédéra­tion util­ise les for­ces hy­draul­iques en vertu d’une con­ces­sion ou d’un autre titre juri­di­que.22

1ter L’in­dem­nité pour la perte d’im­pôts ne doit pas dé­pass­er le mont­ant des im­pôts qui dev­raient être payés dans le cas d’une util­isa­tion des forces hy­draul­iques par une so­ciété an­onyme ex­ploit­ant une usine de partenaires.23

2 Si les sec­tions de cours d’eau util­isées sont situées sur le ter­ritoire de plusieurs can­tons, la part de chacun est fixée dans la pro­por­tion où il con­tribue à créer la force.

3 Il ap­par­tient au can­ton de vers­er tout ou partie de l’in­dem­nité aux com­munes, dis­tricts ou autres com­mun­autés subis­sant une perte d’im­pôts.

4 ...24

21Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

22In­troduit par le ch. I de la LF du 21 déc. 1967, en vi­gueur depuis le 1er juil. 1968 (RO 1968 841; FF 1967 I 1037).

23In­troduit par le ch. I de la LF du 21 déc. 1967, en vi­gueur depuis le 1er juil. 1968 (RO 1968 841; FF 1967 I 1037).

24Ab­ro­gé par le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991, avec ef­fet au 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2, al. 1; FF 1991 II 461).

Art. 15  

1 Dans l’in­térêt d’une meil­leure util­isa­tion des forces hy­draul­iques et dans ce­lui de la nav­ig­a­tion, la Con­fédéra­tion peut, après avoir en­tendu les can­tons in­téressés, décréter la régu­lar­isa­tion du niveau et de l’écoule­ment des lacs, ain­si que la créa­tion de bassins d’ac­cu­mu­la­tion. Si l’oc­cu­pa­tion des ter­rains re­streint dans une mesure ex­cess­ive l’éta­blisse­ment de la pop­ula­tion ou ses moy­ens d’ex­ist­ence, l’as­senti­ment du can­ton est né­ces­saire.

2 L’As­semblée fédérale statue sur l’ex­écu­tion de l’ouv­rage et sur la ré­par­ti­tion des frais entre la Con­fédéra­tion et les can­tons.

3 Si plusieurs can­tons sont in­téressés, les frais sont ré­partis pro­por­tion­nelle­ment à leur in­térêt.

4 Les com­munes, cor­por­a­tions et par­ticuli­ers in­téressés peuvent être ap­pelés par l’autor­ité can­tonale à par­ti­ciper aux frais de l’ouv­rage, en pro­por­tion des av­ant­ages qu’ils en re­tirent. ...25

25Phrase ab­ro­gée par le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991, avec ef­fet au 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2, al. 1; FF 1991 II 461).

Art. 16  

La Con­fédéra­tion a le droit de ré­gler le débit des lacs et des bassins d’ac­cu­mu­la­tion créés avec sa par­ti­cip­a­tion.

Art. 17  

1 L’util­isa­tion des cours d’eau privés, ou l’util­isa­tion des cours d’eau pub­lics en vertu d’un droit privé des riverains (art. 2, al. 2) est sub­or­don­née à l’autor­isa­tion du can­ton.

2 L’autor­ité can­tonale veille à ce que les pre­scrip­tions fédérales et can­tonales sur la po­lice des eaux soi­ent ob­ser­vées et à ce que les droits d’util­isa­tion existants ne soi­ent pas lésés.

3 Les art. 5, 7a, 8 et 11 et le chap. II sont ap­plic­ables par analo­gie.26

26Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 18  

Si le can­ton per­çoit un im­pôt spé­cial sur l’én­er­gie produite par des usi­nes ét­ablies en vertu d’un droit privé, cet im­pôt ne doit pas gre­ver les usines plus forte­ment que la re­devance prévue à l’art. 49 ne grève les usines con­cédées.

Art. 1927  

1 Si une en­tre­prise d’in­térêt pub­lic a be­soin d’une force qui ap­par­tient aux riverains en vertu d’un droit privé (art. 17) et qu’elle n’ob­tienne pas du can­ton l’ex­pro­pri­ation de la force ain­si que des ter­rains et des droits réels né­ces­saires, le dé­parte­ment peut la lui ac­cord­er. L’ex­pro­pri­ation est ré­gie dans ce cas par le droit fédéral.

2 Lor­sque la Con­fédéra­tion ex­pro­prie elle-même, le droit fédéral et l’art. 12, al. 1bis, sont tou­jours ap­plic­ables.

27Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 20  

1 Lor­sque la Con­fédéra­tion ac­quiert la force d’un cours d’eau pub­lic dont l’util­isa­tion ap­par­tient aux riverains en vertu d’un droit privé (art. 2, al. 2), elle dé­dom­mage le can­ton de la perte de l’im­pôt spé­cial sur l’én­er­gie élec­trique auquel il avait droit en vertu de sa lé­gis­la­tion (art. 18).

2 La Con­fédéra­tion doit vers­er en outre au can­ton, à titre de com­pen­sation pour la perte d’im­pôts can­tonaux, com­mun­aux et autres, une in­dem­nité de 11 francs par an et par kilo­watt théorique in­stallé; l’art. 14 est ap­plic­able par ana­lo­gie.28

28Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Chapitre II De l’utilisation des cours d’eau

Art. 21  

1 Les usines hy­draul­iques doivent être ét­ablies con­formé­ment aux pre­scrip­tions fédérales et can­tonales sur la po­lice des eaux.

2 Av­ant le com­mence­ment des travaux, les plans des usines sont sou­mis à une en­quête pub­lique avec délai d’op­pos­i­tion con­ven­able.

3 Sur les cours d’eau cor­rigés à l’aide de sub­ven­tions fédérales, l’éta­blisse­ment des usines est sub­or­don­né à l’autor­isa­tion du dé­parte­ment.29

29Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 22  

1 La beau­té des sites doit être mén­agée. Elle doit être con­ser­vée in­tacte si un in­térêt pub­lic ma­jeur l’ex­ige.

2 Les usines ne doivent pas dé­parer ou doivent dé­parer le moins pos­si­ble le pays­age.

3 La Con­fédéra­tion al­loue aux col­lectiv­ités con­cernées des mont­ants com­pensatoires en vue de com­bler le manque à gag­n­er ré­sult­ant d’une re­stric­tion con­sidér­able de l’util­isa­tion de forces hy­draul­iques en tant que ce­lui-ci est im­put­able à la sauve­garde et à la pro­tec­tion de sites d’im­port­ance na­tionale dignes d’être protégés.30

4 ...31

5 Le Con­seil fédéral fixe les mod­al­ités de l’in­dem­nisa­tion.32

30In­troduit par l’art. 75 ch. 6 de la LF du 24 janv. 1991 sur la pro­tec­tion des eaux, en vi­gueur depuis le 1er nov. 1992 (RO 1992 1860; FF 1987 II 1081).

31 In­troduit par l’art. 75 ch. 6 de la LF du 24 janv. 1991 sur la pro­tec­tion des eaux (RO 1992 1860; FF 1987 II 1081). Ab­ro­gé par le ch. II 15 de la LF du 6 oct. 2006 sur la ré­forme de la péréqua­tion fin­an­cière et de la ré­par­ti­tion des tâches entre la Con­fédéra­tion et les can­tons (RPT), avec ef­fet au 1er janv. 2008 (RO 2007 5779; FF 2005 5641).

32In­troduit par l’art. 75 ch. 6 de la LF du 24 janv. 1991 sur la pro­tec­tion des eaux, en vi­gueur depuis le 1er nov. 1992 (RO 1992 1860; FF 1987 II 1081).

Art. 23  

Les usin­iers sont tenus d’ét­ab­lir les in­stall­a­tions né­ces­saires pour la pro­tec­tion du pois­son, de les améliorer, si le be­soin s’en fait sen­tir, et de pren­dre toutes autres mesur­es à cet ef­fet.

Art. 2433  

1 Est nav­ig­able, au sens de la présente loi, le Rhin en aval de Rhein­fel­den, y com­pris les prin­ci­paux sites por­tuaires de Birsfelden, Birsfel­den-Au, Bâle-St. Jo­hann et Bâle-Klein­hünin­gen.

2 La pos­sib­il­ité d’amén­ager les sec­tions de cours d’eau suivantes pour la nav­ig­a­tion, y com­pris les prin­ci­paux sites por­tuaires, est réser­vée:

a.
pour le Rhin, de son con­flu­ent avec l’Aar jusqu’à Rhein­felden;
b.
pour le Rhône, du lac Lé­man jusqu’à la frontière na­tionale.

3 Pour le reste, les can­tons déter­minent, con­formé­ment à la lé­gis­la­tion sur la nav­ig­a­tion in­térieure, dans quelle mesure les eaux sont ouvertes à la nav­ig­a­tion et quelles in­stall­a­tions ils af­fectent ou autoris­ent à cette fin.

33Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 2534  

Dans la per­spect­ive d’amén­ager, pour la nav­ig­a­tion, les cours d’eau cités à l’art. 24, al. 2, la Con­fédéra­tion ét­ablit un plan sec­tor­i­el selon la loi fédérale du 22 juin 1979 sur l’amén­age­ment du ter­ritoire35. Les plans di­rec­teurs can­tonaux en tiennent compte con­formé­ment à la loi sus­men­tion­née.

34Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

35RS 700

Art. 2636  

1 Les usines hy­draul­iques situées sur les cours d’eau men­tion­nés à l’ar­t. 24, al. 1 et 2, doivent être con­çues de man­ière à préserv­er la nav­iga­tion ac­tuelle et à per­mettre son ex­ten­sion, ou bi­en à per­mettre l’amén­age­ment ultérieur de ces cours d’eau pour la nav­ig­a­tion. En par­ticuli­er, elles doivent réserv­er l’es­pace né­ces­saire à la con­struc­tion d’in­stall­a­tions pour la nav­ig­a­tion à grand gabar­it.

2 Le tit­u­laire de droits d’util­isa­tion de la force hy­draul­ique a l’ob­liga­tion de fournir la quant­ité d’eau né­ces­saire à l’ex­ploit­a­tion des écluses. Si cette ob­lig­a­tion re­streint l’util­isa­tion au-delà de ce qui est fixé dans la con­ces­sion, la re­stric­tion doit être com­pensée par une in­dem­nité. Si les parties ne par­vi­ennent pas à s’en­tendre, la con­ces­sion doit être lim­itée par une ex­pro­pri­ation pro­por­tion­nelle à l’ob­lig­a­tion du tit­u­laire.

36Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 2737  

1 L’amén­age­ment des sec­tions de cours d’eau men­tion­nées à l’art. 24, al. 2, pour la nav­ig­a­tion doit faire l’ob­jet d’un ar­rêté fédéral sujet au référen­dum fac­ultatif.

2 Aucun traité in­ter­na­tion­al en la matière ne peut être ap­prouvé av­ant l’en­trée en vi­gueur de l’ar­rêté fédéral.

37Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 28  

1 Ce­lui qui con­stru­it une usine est tenu d’ét­ab­lir et de desser­vir les in­stall­a­tions né­ces­saires au flot­tage, si les frais qui en ré­sul­tent sont pro­por­tion­nés à l’im­port­ance du flot­tage.

2 Le pro­priétaire d’une usine existante ne peut être as­treint à con­stru­ire des in­stall­a­tions ser­vant au flot­tage et à les desser­vir que moy­en­nant une in­dem­nité équit­able. ...38

38Phrase ab­ro­gée par le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991, avec ef­fet au 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2, al. 1; FF 1991 II 461).

Art. 2939  

1 La Con­fédéra­tion et les can­tons ont le droit d’ef­fec­tuer des relevés hy­drométriques dans les cours d’eau privés et pub­lics et d’ex­écuter les travaux né­ces­saires à cet ef­fet, en par­ticuli­er d’in­staller des sta­tions de mesur­es. Si be­soin est, ils peuvent ac­quérir les droits et les bi­ens-fonds né­ces­saires par la voie de l’ex­pro­pri­ation. Les can­tons peuvent expro­pri­er selon le droit fédéral.

2 Les pro­priétaires d’amén­age­ments hy­dro-élec­triques et d’in­stalla­tions ser­vant à régu­lar­iser le niveau et l’écoule­ment des lacs peuvent être tenus de mesur­er les niveaux et les débits dans le périmètre de l’in­stal­la­tion. Ils ef­fec­tu­ent ces relevés con­formé­ment aux dir­ect­ives de la Con­fédéra­tion et lui com­mu­niquent les ré­sultats.

3 La Con­fédéra­tion peut ef­fec­tuer les relevés prévus à l’al. 2 en ac­cord avec le déten­teur de l’in­stall­a­tion. S’ils sont né­ces­saires du fait de l’in­stall­a­tion, son déten­teur en sup­porte les coûts; à dé­faut, les frais sont sup­portés par la col­lectiv­ité pub­lique qui les a or­don­nés.

4 Les relevés prévus par la loi fédérale du 24 jan­vi­er 199140 sur la pro­tec­tion des eaux de­meurent réser­vés.

39Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

40RS 814.20

Art. 29a41  

1 La Con­fédéra­tion ét­ablit, en col­lab­or­a­tion avec les can­tons, les sta­tistiques né­ces­saires à l’ex­écu­tion de la présente loi. Elle élabore en par­ticuli­er des tableaux sur l’en­semble des amén­age­ments hy­dro-élec­triques existants ain­si que sur l’en­semble des prélève­ments et restitu­tions d’eau.

2 Elle ef­fec­tue des recherches:

a.
pour ac­com­plir ses tâches dans le do­maine de l’util­isa­tion des cours d’eau;
b.
pour en­cour­ager l’util­isa­tion ra­tion­nelle de la force hy­drauli­que;
c.
pour en­cour­ager la mod­ern­isa­tion des in­stall­a­tions existantes.

3 Elle rend les ré­sultats ac­cess­ibles au pub­lic sous une forme appro­priée.

41In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 30  

Les usin­iers et les riverains sont tenus d’ac­cord­er le libre ac­cès de leurs in­stall­a­tions aux fonc­tion­naires can­tonaux et fédéraux qui assu­rent la po­lice des eaux, de la pêche et de la nav­ig­a­tion, ain­si que le ser­vice hy­drométrique.

Art. 31  

1 Les can­tons tiennent un re­gistre des droits d’eau et des in­stall­a­tions qui in­téres­sent l’util­isa­tion des forces hy­draul­iques.

2 Le dé­parte­ment édicte les dis­pos­i­tions né­ces­saires à l’or­gan­isa­tion et à la tenue de ce re­gistre.42

42Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 32  

1 Les us­agers peuvent ex­i­ger que, dans la régu­lar­isa­tion du niveau et du débit du cours d’eau, ain­si que dans l’ex­er­cice des droits d’util­isa­tion, il soit tenu compte, autant que pos­sible, des in­térêts de chacun d’eux.

2 Les dé­tails de l’util­isa­tion des cours d’eau, spé­ciale­ment la re­tenue des eaux et l’en­lève­ment des ob­jets char­riés, sont réglés par les can­tons dans les lim­ites des droits ac­quis; toute­fois, si les in­stall­a­tions in­téres­sées em­pruntent le ter­ritoire de plusieurs can­tons ou si les cours d’eau touchent à la frontière na­tionale, les pre­scrip­tions sont édictées par le dé­parte­ment.43

3 Si l’autor­ité n’ar­rive pas à con­cilier les in­térêts des us­agers sans tou­cher à des droits ac­quis, elle peut, sur de­mande, en re­streindre l’ex­er­cice moy­en­nant une in­dem­nité à pay­er par les us­agers qui sont av­anta­gés de ce chef. La dé­cision de l’autor­ité can­tonale fix­ant l’in­dem­nité peut être at­taquée en dernière in­stance devant une autor­ité ju­di­ci­aire, selon le droit can­ton­al.44

43Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

44Nou­velle ten­eur de la phrase selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 33  

1 Si des usin­iers re­tirent un profit dur­able et im­port­ant d’in­stall­a­tions que des tiers ont ét­ablies à leurs frais, ils peuvent être as­treints par ces tiers à con­tribuer aux frais de con­struc­tion et d’en­tre­tien, à con­di­tion toute­fois qu’ils profit­ent ef­fect­ive­ment des av­ant­ages ob­tenus et que la con­tri­bu­tion n’ex­cède pas la valeur des bénéfices qu’ils réalis­ent. Elle peut con­sister en un cap­it­al ou en une re­devance péri­od­ique.

2 Les con­tri­bu­tions sont fixées par l’autor­ité can­tonale ou, s’il s’agit d’usines in­téress­ant plusieurs can­tons, par le dé­parte­ment.45

3 L’autor­ité com­pétente peut, si les cir­con­stances l’ex­i­gent, or­don­ner en tout temps la con­sti­tu­tion d’une so­ciété de tous les in­téressés.

45Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 34  

Les us­agers peuvent se con­stituer en so­ciété coopérat­ive, pour ét­ab­lir en com­mun des in­stall­a­tions des­tinées à produire ou à aug­menter la force hy­draul­ique.

Art. 35  

1 Tout us­ager qui jus­ti­fie de son in­térêt a le droit de faire partie de la so­ciété coopérat­ive.

2 Les con­test­a­tions re­l­at­ives à l’ad­mis­sion d’un so­ciétaire, à sa par­tici­pation aux charges, aux av­ant­ages et, le cas échéant, à la re­vi­sion des stat­uts, relèvent de l’autor­ité can­tonale ou, si les usines sont situées dans des can­tons différents, du dé­parte­ment.46

3 Les autres con­test­a­tions entre so­ciétaires sont du ressort des tribu­naux or­din­aires.

46Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 36  

1 Si plusieurs us­agers ont un av­ant­age not­able à former une so­ciété, l’autor­ité can­tonale peut or­don­ner la con­sti­tu­tion de la so­ciété. Ce droit ap­par­tient au dé­parte­ment si les droits d’util­isa­tion in­téres­sent le terri­toire de plusieurs can­tons et que ceux-ci ne puis­sent s’en­ten­dre.47

2 Cette mesure ne sera prise qu’à la re­quête de la ma­jor­ité des in­téres­sés, re­présent­ant la ma­jeure partie de la force, et à la con­di­tion que les in­stall­a­tions com­munes n’im­posent à aucun des par­ti­cipants des char­ges ex­céd­ant ses res­sources.

3 Si un droit d’util­isa­tion est ac­cordé après la con­sti­tu­tion de la so­ciété, l’autor­ité peut ob­li­ger le tit­u­laire à en­trer dans la so­ciété en pay­ant une con­tri­bu­tion équit­able.

47Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 37  

1 Les stat­uts des so­ciétés ob­lig­atoires doivent être ap­prouvés par l’auto­rité; ils sont édictés par l’autor­ité si les so­ciétaires ne peuvent s’en­ten­dre.

2 Ils doivent ré­gler les con­di­tions d’ad­mis­sion, l’or­gan­isa­tion de la so­ciété, la par­ti­cip­a­tion de ses membres aux charges et aux av­ant­ages com­muns, la re­vi­sion des stat­uts et la dis­sol­u­tion de la so­ciété.

3 Toute modi­fic­a­tion des stat­uts doit être ap­prouvée par l’autor­ité.

4 Si les cir­con­stances chan­gent ou que des rais­ons d’équité l’ex­i­gent, l’autor­ité peut, après avoir en­tendu la so­ciété, re­viser les stat­uts.

5 Les con­test­a­tions con­cernant l’ob­lig­a­tion d’en­trer dans la so­ciété, la par­ti­cip­a­tion aux charges et aux av­ant­ages, la re­vi­sion des stat­uts et la dis­sol­u­tion de la so­ciété sont tranchées par l’autor­ité ad­min­is­trat­ive; les autres con­test­a­tions sont du ressort des tribunaux or­din­aires.

Chapitre III Des concessions de droits d’eau

Art. 38  

1 Les con­ces­sions de droits d’eau sont ac­cordées par l’autor­ité com­pé­tente du can­ton dans le ter­ritoire duquel se trouve la sec­tion de cours d’eau à util­iser.

2 Si une sec­tion de cours d’eau em­prunte le ter­ritoire de plusieurs can­tons, les droits d’eau sont oc­troyés par les can­tons in­téressés. Si ceux-ci ne peuvent s’en­tendre dans un délai rais­on­nable, le dé­parte­ment oc­troie la con­ces­sion. Il statue de même sur les con­test­a­tions qui s’élè­vent entre can­tons re­l­at­ive­ment à l’éten­due des droits que la conces­sion leur réserve et à la façon de les ex­er­cer en com­mun.48

3 En­fin, le dé­parte­ment oc­troie les droits d’eau sur les sec­tions tou­chant à la frontière na­tionale.49

48Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

49Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 39  

En statu­ant sur les de­mandes de con­ces­sion, l’autor­ité tient compte de l’in­térêt pub­lic, de l’util­isa­tion ra­tion­nelle du cours d’eau et des in­té­rêts existants.

Art. 40  

1 La con­ces­sion est ac­cordée à une per­sonne physique ou mor­ale nom­inale­ment désignée ou à une com­mun­auté de per­sonnes.

2 à 4 ...50

50Ab­ro­gés par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, avec ef­fet au 1ermai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 41  

En cas de com­péti­tion, la préférence est don­née à l’en­tre­prise qui sert le mieux l’in­térêt pub­lic, et, si les en­tre­prises en com­péti­tion le ser­vent dans la même mesure, à celle qui as­sure la meil­leure util­isa­tion du cours d’eau.

Art. 42  

1 La con­ces­sion ne peut être trans­férée sans l’agré­ment de l’autor­ité con­céd­ante.

2 L’agré­ment ne peut être re­fusé si l’ac­quéreur sat­is­fait à toutes les exi­gences de la con­ces­sion et si le trans­fert n’est pas con­traire à l’in­térêt pub­lic.

3 ...51

51Ab­ro­gé par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, avec ef­fet au 1ermai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 43  

1 Par le fait de la con­ces­sion, le con­ces­sion­naire ac­quiert dans les lim­ites de l’acte de con­ces­sion le droit d’util­iser le cours d’eau.

2 Une fois con­cédé, le droit d’util­isa­tion ne peut être re­tiré ou re­streint sauf pour cause d’util­ité pub­lique et moy­en­nant in­dem­nité

3 ...52

52Ab­ro­gé par le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991, avec ef­fet au 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2, al. 1; FF 1991 II 461).

Art. 44  

1 Si l’util­isa­tion de la force est en­travée de façon per­man­ente par des travaux pub­lics modi­fi­ant le cours d’eau, le con­ces­sion­naire a droit à une in­dem­nité à moins qu’il ne puisse, sans frais ex­ces­sifs, ad­apter son usine au cours d’eau modi­fié. L’autor­ité qui fait ex­écuter les travaux fixe l’in­dem­nité en se fond­ant sur la préten­tion émise par le conces­sion­naire.53

2 Si la con­struc­tion ou l’ex­ploit­a­tion d’une usine sont en­travées ou in­ter­rompues tem­po­raire­ment par des travaux de cor­rec­tion du cours d’eau, ou par d’autres travaux de la po­lice des eaux, le con­ces­sion­naire n’a droit à aucune in­dem­nité, à moins que ces travaux ne soi­ent pro­longés sans né­ces­sité.

3 ...54

53Nou­velle ten­eur selon le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2 al. 1; FF 1991 II 461).

54Ab­ro­gé par le ch. 29 de l’an­nexe à la LF du 4 oct. 1991 , avec ef­fet au 1er janv. 1994 (RO 1992 288, 1993 877art. 2, al. 1; FF 1991 II 461).

Art. 45  

La con­ces­sion ne porte pas at­teinte aux droits privés des tiers ou aux con­ces­sions an­térieures.

Art. 46  

1 Si des mo­tifs d’util­ité pub­lique l’ex­i­gent, l’autor­ité con­céd­ante doit ac­cord­er au con­ces­sion­naire le droit d’ex­pro­pri­er les bi­ens-fonds et les droits réels né­ces­saires à la con­struc­tion, à la trans­form­a­tion ou à l’agran­disse­ment de son usine, ain­si que les droits d’util­isa­tion qui s’y op­posent.

2 Les con­test­a­tions re­l­at­ives à l’ex­er­cice du droit d’ex­pro­pri­ation sont tranchées par l’autor­ité con­céd­ante, à moins qu’il ne s’agisse d’expro­pri­er un droit d’util­isa­tion qu’elle a con­cédé elle-même; dans ce cas, les con­test­a­tions relèvent du dé­parte­ment.55

3 Si des im­meubles né­ces­saires à la réal­isa­tion des travaux sont situés dans un can­ton autre que ce­lui qui a oc­troyé la con­ces­sion, le droit d’ex­pro­pri­ation est ac­cordé par le dé­parte­ment.56

4 Si la con­ces­sion est ac­cordée par le dé­parte­ment, ce­lui qui la re­quiert dis­pose du droit d’ex­pro­pri­ation prévu par la loi fédérale du 20 juin 1930 sur l’ex­pro­pri­ation (LEx)57.58

55Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

56Nou­velle ten­eur selon le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

57 RS 711

58 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 4759  

La procé­dure d’expro­pri­ation et l’in­dem­nisa­tion sont ré­gies par la LEx60; les dis­pos­i­tions con­traires fixées dans la présente loi sont réser­vées.

59 Nou­velle ten­eur selon le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

60RS 711

Art. 48  

1 L’autor­ité con­céd­ante fixe, con­formé­ment au droit can­ton­al, les presta­tions et con­di­tions im­posées au con­ces­sion­naire, tell­es que taxes, re­devance an­nuelle, liv­rais­on d’eau ou d’én­er­gie, durée de la conces­sion, normes des tarifs élec­triques, par­ti­cip­a­tion de la com­mun­auté au bénéfice, droit de re­tour et rachat.

2 La to­tal­ité de ces presta­tions ne doit pas gre­ver sens­ible­ment l’utili­sation de la force.

3 Si les presta­tions grèvent d’une façon ex­cess­ive l’util­isa­tion de la force, le dé­parte­ment peut, après avoir en­tendu le can­ton, fix­er le max­im­um des charges du con­ces­sion­naire en plus de la re­devance an­nuelle et des taxes.61 Il peut en réserv­er l’aug­ment­a­tion pour le cas où les cir­con­stances se mod­i­fi­eraient sens­ible­ment en faveur du conces­sion­naire.

61Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 4962  

1 La re­devance hy­draul­ique an­nuelle ne peut ex­céder 110 francs par kilo­watt théorique jusqu’à fin 2024. Sur ce mont­ant, la Con­fédéra­tion peut per­ce­voir au plus 1 franc par kilo­watt théorique afin de fin­an­cer les mont­ants com­pensatoires al­loués aux can­tons et aux com­munes en vertu de l’art. 22, al. 3 à 5.63

1bis En temps utile, le Con­seil fédéral sou­met à l’As­semblée fédérale un pro­jet d’acte fix­ant le taux max­im­al de la re­devance hy­draul­ique ap­plic­able à partir du 1er jan­vi­er 2025.64

2 Les amén­age­ments hy­dro-élec­triques fais­ant l’ob­jet d’une con­ces­sion et l’én­er­gie qu’ils produis­ent ne peuvent être gre­vés d’im­pôts spé­ci­aux.65 Toute­fois, si la lé­gis­la­tion can­tonale fixe une re­devance max­im­um in­férieure au taux ad­mis par les pre­scrip­tions fédérales, le can­ton peut per­ce­voir un im­pôt spé­cial, pour­vu que les deux taxes réunies n’ex­cèdent pas ce taux.

3 La taxe de con­ces­sion, la re­devance an­nuelle et les autres presta­tions ne seront pas plus élevées pour l’én­er­gie dérivée dans d’autres can­tons que pour l’én­er­gie em­ployée dans le can­ton même.

4 Les amén­age­ments hy­dro-élec­triques dont la puis­sance n’ex­cède pas 1 mégawatt sont ex­emptés de la re­devance hy­draul­ique an­nuelle. Pour ceux dont la puis­sance s’éch­el­onne entre 1 et 2 mégawatts, il con­vi­ent de pré­voir, au plus, une aug­ment­a­tion linéaire al­lant jusqu’au maxi­mum prévu à l’al. 1.

62Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

63 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

64 In­troduit par le ch. I 1 de la LF du 18 juin 2010 (RO 2010 5061; FF 2009 10191045, 2010 321). Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

65 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

Art. 50  

1 Dur­ant le délai fixé pour la con­struc­tion, il n’est pas per­çu de rede­vance.

2 Pendant les six premières an­nées à partir de l’ex­pir­a­tion du délai de con­struc­tion, le con­ces­sion­naire peut ex­i­ger que la re­devance an­nuelle soit ré­duite en pro­por­tion de la force ef­fect­ive­ment util­isée, mais de moitié au plus.

Art. 50a66  

1 Les ré­duc­tions suivantes s’ap­pli­quent aux amén­age­ments hy­dro-élec­triques pour lesquels une con­tri­bu­tion d’in­ves­t­isse­ment est ver­sée con­formé­ment à l’art. 26 de la loi du 30 septembre 2016 sur l’én­er­gie (LEne)67:

a.
aucune re­devance hy­draul­ique ne peut être per­çue sur la puis­sance théorique totale d’une nou­velle in­stall­a­tion (art. 24, al. 1, let. b, ch. 1, LEne) pendant le délai ac­cordé pour sa con­struc­tion et pendant les dix ans qui suivent sa mise en ser­vice;
b.
aucune re­devance hy­draul­ique ne peut être per­çue sur la puis­sance théorique sup­plé­mentaire d’une in­stall­a­tion existante qui a été not­a­ble­ment agran­die ou rénovée (art. 24, al. 1, let. b, ch. 2, LEne) pendant les dix ans qui suivent sa mise en ser­vice.

2 Les ré­duc­tions s’ap­pli­quent aus­si aux im­pôts spé­ci­aux men­tion­nés à l’art. 49, al. 2.

66 In­troduit par le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

67 RS 730.0

Art. 51  

1 La puis­sance théorique déter­min­ante pour le cal­cul de la re­devance est la puis­sance théorique moy­enne de l’eau, cal­culée d’après les hauteurs de chute et les débits util­is­ables.69

2 La hauteur de chute util­is­able est définie par la différence des ni­veaux d’eau mesur­és entre la prise d’eau et le point de dé­verse­ment dans le cours d’eau pub­lic.

3 Sont con­sidérées comme débits util­is­ables les quant­ités d’eau débi­tées ef­fect­ive­ment par le cours d’eau, jusqu’à con­cur­rence du débit max­im­um que peuvent ab­sorber les in­stall­a­tions prévues dans la con­ces­sion.

4 Le Con­seil fédéral édicte les dis­pos­i­tions de dé­tail né­ces­saires.

69 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2020 (RO 2019 3099; FF 2018 3539).

Art. 5270  

Si la con­ces­sion est ac­cordée par le dé­parte­ment, ce­lui-ci fixe, après avoir en­tendu les can­tons et en ten­ant compte équit­a­ble­ment de leur lé­gis­la­tion, les presta­tions dues à chacun d’eux.

70Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 52a71  

La Con­fédéra­tion per­çoit des émolu­ments pour la sur­veil­lance ex­er­cée sur les amén­age­ments hy­dro-élec­triques in­ter­na­tionaux et pour la cou­ver­ture des dépenses ad­min­is­trat­ives.

71In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 53  

1 Le con­ces­sion­naire est tenu de fournir aux com­munes l’eau in­dis­pen­sable à leurs ser­vices pub­lics si elles ne peuvent s’en pro­curer ail­leurs qu’à des frais ex­ces­sifs. Toute­fois la dériv­a­tion d’eau ne doit pas en­tra­ver sérieuse­ment l’ex­ploit­a­tion de l’usine.

2 Les ex­er­cices de sa­peurs-pompi­ers doivent gên­er le moins pos­sible l’ex­ploit­a­tion.

Art. 5472  

Toute con­ces­sion doit in­diquer:

a.
la per­sonne du con­ces­sion­naire;
b.
l’éten­due du droit d’util­isa­tion con­cédé, le débit util­is­able et le débit de dota­tion par seconde, ain­si que le mode d’util­isa­tion;
c.
les débits résiduels par seconde à re­specter, ain­si que le lieu et le mode d’en­re­gis­trement, s’il y a dériv­a­tion et ac­cu­mu­la­tion;
d.
les autres con­di­tions et charges fixées sur la base d’autres lois fédérales;
e.
la durée de la con­ces­sion;
f.
les presta­tions économiques im­posées au con­ces­sion­naire, tel­les que la re­devance hy­draul­ique an­nuelle, la re­devance sur les amén­age­ments de pom­page-tur­bin­age, la fourniture d’eau ou d’én­er­gie élec­trique et toutes les autres presta­tions qui, en vertu de pre­scrip­tions spé­ciales, ré­sul­tent de l’util­isa­tion de la force hy­draul­ique;
g.
la par­ti­cip­a­tion du con­ces­sion­naire à l’en­tre­tien et à la cor­rec­tion du cours d’eau;
h.
les délais fixés pour le com­mence­ment des travaux et la mise en ser­vice;
i.
les éven­tuels droits de re­tour et de rachat;
k.
le sort des in­stall­a­tions à la fin de la con­ces­sion;
l.
le sort des presta­tions com­pensatoires dues à d’autres conces­sion­naires, à la fin de leur con­ces­sion.

72Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 55  

Outre les dis­pos­i­tions ob­lig­atoires, les con­ces­sions peuvent con­tenir d’autres pre­scrip­tions, not­am­ment:

a.
sur l’em­ploi de la force hy­draul­ique;
b.
sur la jus­ti­fic­a­tion du cap­it­al de con­struc­tion, ain­si que sur les comptes de con­struc­tion et d’ex­ploit­a­tion;
c.
sur la par­ti­cip­a­tion de la com­mun­auté con­céd­ante à l’ad­minis­tra­tion et sur sa part aux bénéfices;
d.
sur les tarifs pour la vente de l’én­er­gie, sur la ces­sion de l’én­er­gie à titre gra­tu­it ou à prix ré­duit, sur la ré­duc­tion des prix de vente en rais­on du ren­dement fin­an­ci­er et sur l’al­i­men­ta­tion d’une ré­gion en én­er­gie;
e.73
...

73Ab­ro­gée par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, avec ef­fet au 1ermai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 56  

1 Lor­sque l’autor­ité con­céd­ante s’est réser­vé des droits dont l’ex­er­cice dépend de la ges­tion du con­ces­sion­naire, not­am­ment le droit de rachat, la par­ti­cip­a­tion au bénéfice, la ré­duc­tion des prix de vente en rais­on du ren­dement fin­an­ci­er, les prin­cipes généraux d’une bonne et sage admi­nis­tra­tion feront règle, à dé­faut de dis­pos­i­tions par­ticulières de l’acte de con­ces­sion.

2 L’autor­ité con­céd­ante a le droit d’ex­am­iner la ges­tion du con­ces­sion­naire, si elle ét­ablit qu’elle y a un in­térêt.

3 Elle a le même droit à l’égard des tiers, s’il est à présumer qu’ils aident à éluder la con­ces­sion.

Art. 57  

Le Con­seil fédéral peut ét­ab­lir, dans les lim­ites de la présente loi, des dis­pos­i­tions types, ser­vant de règle à l’autor­ité con­céd­ante pour l’oc­troi de con­ces­sions ou de cer­taines catégor­ies de con­ces­sions.

Art. 5874  

La durée de la con­ces­sion est de quatre-vingts ans au plus, à compt­er de la mise en ser­vice de l’amén­age­ment. L’art. 58a, al. 2, de­meure réser­vé.

74Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 58a75  

1 Le ren­ou­velle­ment peut avoir lieu à l’ex­pir­a­tion de la con­ces­sion ou av­ant cette date.

2 La de­mande de ren­ou­velle­ment de la con­ces­sion existante doit être présentée au moins quin­ze ans av­ant l’échéance de celle-ci. Les auto­rités com­pétentes dé­cident, au moins dix ans av­ant l’ex­pir­a­tion, si, en prin­cipe, elles sont prêtes à l’ac­cord­er.

3 Les nou­velles pre­scrip­tions sur les débits résiduels s’ap­pli­quent sans re­stric­tions cinq ans au plus tard après la date fixée pour l’ex­pir­a­tion de la con­ces­sion.

4 La durée max­i­m­ale d’une con­ces­sion ren­ou­velée av­ant son échéance se compte à partir du jour de l’en­trée en vi­gueur conv­en­ue avec le con­ces­sion­naire. Cette dernière doit avoir lieu au plus tard 25 ans après la dé­cision d’oc­troi de la con­ces­sion.

5 L’état ini­tial au sens de l’art. 10b, al. 2, let. a, de la loi du 7 oc­tobre 1983 sur la pro­tec­tion de l’en­viron­nement76 à pren­dre en con­sidéra­tion pour définir des mesur­es de pro­tec­tion, de re­con­sti­t­u­tion et de re­m­place­ment selon la loi fédérale du 1er juil­let 1966 sur la pro­tec­tion de la nature et du pays­age77 est l’état existant au mo­ment du dépôt de la de­mande.78

75In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

76 RS 814.01

77 RS 451

78 In­troduit par le ch. I de la LF du 20 déc. 2019, en vi­gueur depuis le 1er juil. 2020 (RO 2020 2049; FF 2019 53615571).

Art. 59  

Les con­ces­sions oc­troyées pour trente ans au moins peuvent être im­ma­tric­ulées au re­gistre fon­ci­er à titre de droits dis­tincts et per­man­ents.

Art. 60  

1 La procé­dure pour l’oc­troi des con­ces­sions can­tonales est réglée par les can­tons, sous réserve des dis­pos­i­tions suivantes.

2 Les de­mandes de con­ces­sion sont sou­mises à une en­quête pub­lique; un délai con­ven­able est fixé, dur­ant le­quel il pourra être fait op­pos­i­tion à l’oc­troi de la con­ces­sion, pour at­teinte à des in­térêts pub­lics ou pri­vés.

3 La pub­lic­a­tion ne peut en­traîn­er la perte des droits qui n’auraient pas été déclarés en temps utile.

3bis La con­ces­sion peut être oc­troyée sans ap­pel d’of­fres. La procé­dure d’oc­troi des con­ces­sions doit être trans­par­ente et non-dis­crim­in­atoire.79

3ter Une procé­dure sim­pli­fiée est prévue pour les pro­jets qui af­fectent un es­pace lim­ité, ne con­cernent qu’un en­semble re­streint et claire­ment défini de per­sonnes et dont les ef­fets sont moindres. Lor­squ’ils ren­on­cent à l’en­quête pub­lique visée à l’al. 2, les can­tons garan­tis­sent que les per­sonnes con­cernées peuvent néan­moins faire valoir leurs droits.80

4 Le Con­seil fédéral peut édicter d’autres dis­pos­i­tions de procé­dure.

79 In­troduit par le ch. I 1 de la LF du 23 déc. 2011, en vi­gueur depuis le 1er juil. 2012 (RO 2012 3229; FF 2011 27113659).

80 In­troduit par le ch. II 6 de l’an­nexe à la L du 30 sept. 2016 sur l’én­er­gie, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2018 (RO 2017 6839; FF 2013 6771).

Art. 61  

1 Si la con­ces­sion in­téresse plusieurs can­tons, chacun d’eux ap­pli­quera sa propre procé­dure.

2 En cas de con­test­a­tion, le dé­parte­ment statue.81

81Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 6282  

1 Lor­squ’il oc­troie la con­ces­sion, le dé­parte­ment statue égale­ment sur l’ap­prob­a­tion des plans né­ces­saires à la con­struc­tion ou à la modi­fica­tion des in­stall­a­tions.

2 La procé­dure de con­ces­sion est ré­gie par la loi fédérale du 20 décem­bre 1968 sur la procé­dure ad­min­is­trat­ive83, pour autant que la présente loi n’en dis­pose pas autre­ment. Si une ex­pro­pri­ation est né­ces­saire, la loi LEx84 s’ap­plique au sur­plus.85

2bis La con­ces­sion peut être oc­troyée sans ap­pel d’of­fres. La procé­dure d’oc­troi des con­ces­sions doit être trans­par­ente et non-dis­crim­in­atoire.86

3 La con­ces­sion couvre toutes les autor­isa­tions re­quises par le droit fédéral.

4 Aucune autor­isa­tion ni aucun plan rel­ev­ant du droit can­ton­al ne sont re­quis. Le droit can­ton­al est pris en compte dans la mesure où il n’en­trave pas de man­ière dis­pro­por­tion­née l’ac­com­p­lisse­ment des tâches du con­ces­sion­naire.

82 Nou­velle ten­eur selon le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

83 RS 172.021

84 RS 711

85 Nou­velle ten­eur selon l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

86 In­troduit par le ch. I 1 de la LF du 23 déc. 2011, en vi­gueur depuis le 1er juil. 2012 (RO 2012 3229; FF 2011 27113659).

Art. 62a87  

La de­mande de con­ces­sion doit être ad­ressée avec les doc­u­ments re­quis à l’of­fice. Ce derni­er vé­ri­fie si le dossier est com­plet et, au be­soin, le fait com­pléter.

87 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 62b88  

1 Av­ant la mise à l’en­quête de la de­mande, le re­quérant doit mar­quer sur le ter­rain par un pi­quetage, et pour les bâ­ti­ments par des gabar­its, les modi­fic­a­tions re­quises par l’ouv­rage pro­jeté.

2 Les ob­jec­tions émises contre le pi­quetage ou la pose de gabar­its doi­vent être ad­ressées sans re­tard à l’of­fice, mais au plus tard à l’ex­pira­tion du délai de mise à l’en­quête.

88 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 62c89  

1 L’of­fice trans­met la de­mande aux can­tons con­cernés et les in­vite à se pro­non­cer dans les trois mois. Si la situ­ation le jus­ti­fie, il peut ex­cep­tion­nelle­ment pro­longer ce délai.

2 La de­mande doit être pub­liée dans les or­ganes of­fi­ciels des can­tons et des com­munes con­cernés et mise à l’en­quête pendant 30 jours.

3 ...90

89 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

90 Ab­ro­gé par l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020, avec ef­fet au 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

Art. 62d91  

91 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision (RO 1999 3071; FF 1998 2221). Ab­ro­gé par l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020 sur l’ex­pro­pri­ation, avec ef­fet au 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

Art. 62e92  

1 Quiconque a qual­ité de partie en vertu de la loi fédérale du 20 décem­bre 1968 sur la procé­dure ad­min­is­trat­ive93 peut faire op­pos­i­tion auprès de l’of­fice pendant le délai de mise à l’en­quête.94 Toute per­sonne qui n’a pas fait op­pos­i­tion est ex­clue de la suite de la procé­dure.

2 Quiconque a qual­ité de partie en vertu de la LEx95 peut faire valoir toutes les de­mandes visées à l’art. 33 LEx pendant le délai de mise à l’en­quête.96

3 Les com­munes font valoir leurs droits par voie d’op­pos­i­tion.

92 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

93 RS 172.021

94 Nou­velle ten­eur selon l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

95 RS 711

96 Nou­velle ten­eur selon l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

Art. 62f97  

La procé­dure d’élim­in­a­tion des di­ver­gences au sein de l’ad­minis­tra­tion fédérale est ré­gie par l’art. 62b de la loi fédérale du 21 mars 1997 sur l’or­gan­isa­tion du gouver­ne­ment et de l’ad­min­is­tra­tion98.

97 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

98 RS 172.010

Art. 62g99  

Lor­squ’il oc­troie la con­ces­sion, le dé­parte­ment statue égale­ment sur les op­pos­i­tions en matière d’ex­pro­pri­ation.

99 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 62h100  

1 La procé­dure sim­pli­fiée s’ap­plique:

a.
aux pro­jets qui af­fectent un es­pace lim­ité et ne con­cernent qu’un en­semble re­streint et bi­en défini de per­sonnes;
b.
aux trans­form­a­tions d’in­stall­a­tions in­ter­ven­ant dur­ant la péri­ode de valid­ité de la con­ces­sion qui n’altèrent pas sens­ible­ment l’as­pect ex­térieur du site, n’af­fectent pas les in­térêts dignes de pro­tec­tion de tiers et n’ont que des ef­fets minimes sur l’amén­age­ment du ter­ritoire et sur l’en­viron­nement;
c.
aux in­stall­a­tions qui seront dé­montées après trois ans au plus.

2 La procé­dure sim­pli­fiée s’ap­plique aux plans de dé­tail élaborés sur la base d’un pro­jet déjà ap­prouvé.

3 L’of­fice peut or­don­ner le pi­quetage. La de­mande n’est ni pub­liée, ni mise à l’en­quête. L’of­fice sou­met le pro­jet aux in­téressés, qui peuvent faire op­pos­i­tion dans un délai de 30 jours, sauf s’ils ont don­né aupara­vant leur ac­cord par écrit. L’of­fice peut sol­li­citer l’avis des can­tons et des com­munes. Il leur ac­corde un délai rais­on­nable pour se pro­non­cer.

4 Au sur­plus, la procé­dure or­din­aire d’oc­troi de la con­ces­sion est ap­plic­able. En cas de doute, cette dernière est ap­pli­quée.

100 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 62i102  

1 Après clôture de la procé­dure de con­ces­sion, des procé­dures de con­cili­ation et d’es­tim­a­tion sont ouvertes, au be­soin, devant la com­mis­sion fédérale d’es­tim­a­tion (com­mis­sion d’es­tim­a­tion), con­formé­ment à la LEx103.104

2 ...105

3 Le présid­ent de la com­mis­sion d’es­tim­a­tion peut autor­iser l’en­voi en pos­ses­sion an­ti­cipé lor­sque la dé­cision d’oc­troi de la con­ces­sion est ex­écutoire. L’ex­pro­pri­ant est présumé subir un préju­dice sérieux s’il ne béné­ficie pas de l’en­trée en pos­ses­sion an­ti­cipée. Au sur­plus, l’art. 76 LEx est ap­plic­able.

102 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

103 RS 711

104 Nou­velle ten­eur selon l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

105 Ab­ro­gé par l’an­nexe ch. 8 de la LF du 19 juin 2020, avec ef­fet au 1er janv. 2021 (RO 2020 4085; FF 2018 4817).

Art. 62k106  

1 Lor­sque la con­struc­tion d’in­stall­a­tions, not­am­ment l’ex­cav­a­tion de galer­ies et de cav­ernes, produit une quant­ité con­sidér­able de matéri­aux qui ne peuvent être ni re­cyc­lés ni en­tre­posés à prox­im­ité de l’in­stal­la­tion, les can­tons con­cernés désignent les sites né­ces­saires à leur élim­in­a­tion.

2 Si le can­ton con­cerné n’a pas délivré d’autor­isa­tion ou que celle-ci n’est pas en­core en­trée en force lor­sque le dé­parte­ment rend sa déci­sion, ce derni­er peut désign­er un site pour l’en­tre­posage in­ter­mé­di­aire des matéri­aux et fix­er les charges et con­di­tions né­ces­saires à son utili­sation. En pareil cas, les dis­pos­i­tions de la présente loi re­l­at­ives à la procé­dure sont ap­plic­ables. Le can­ton désigne les sites né­ces­saires à l’élim­in­a­tion des matéri­aux dans un délai de cinq ans.

106 In­troduit par le le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 63107  

1 La com­mun­auté qui dis­pose de la force d’un cours d’eau peut se réserv­er un droit de rachat lors de l’oc­troi de la con­ces­sion.

2 Le rachat ne peut être ex­er­cé qu’une fois les deux tiers de la durée de la con­ces­sion écoulés; le délai de no­ti­fic­a­tion ne peut être in­férieur à cinq ans.

3 Sauf dis­pos­i­tions con­traires de la con­ces­sion et du droit can­ton­al réser­vé par celle-ci, en cas de rachat, les in­stall­a­tions décrites à l’art. 67, al. 1, re­vi­ennent à la com­mun­auté qui dis­pose de la force, moy­en­nant in­dem­nité pleine et en­tière.

4 L’art. 67, al. 4, s’ap­plique par ana­lo­gie.

107Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 64  

La con­ces­sion s’éteint de plein droit:

a.
par l’ex­pir­a­tion de sa durée;
b.
par la ren­on­ci­ation ex­presse du con­ces­sion­naire.
Art. 65  

L’autor­ité con­céd­ante peut déclarer le con­ces­sion­naire déchu de ses droits:

a.
lor­squ’il n’ob­serve pas les délais fixés par la con­ces­sion, en par­ticuli­er pour la jus­ti­fic­a­tion fin­an­cière, la con­struc­tion et la mise en ser­vice, à moins qu’un re­fus de pro­long­a­tion ne soit con­traire à l’équité;
b.
lor­squ’il in­ter­rompt l’ex­ploit­a­tion pendant deux ans et ne la reprend pas dans un délai con­ven­able;
c.
lor­sque, mal­gré les aver­tisse­ments de l’autor­ité, il contre­vi­ent grave­ment à des devoirs es­sen­tiels.
Art. 66  

À moins que la con­ces­sion n’en dis­pose autre­ment, le con­ces­sion­naire dont les in­stall­a­tions ces­sent d’être util­isées par suite de l’ex­tinc­tion ou de la ca­du­cité de la con­ces­sion est tenu d’ex­écuter les travaux né­ces­sai­res pour prévenir les dangers ré­sult­ant de la ces­sa­tion de l’ex­ploi­ta­tion.

Art. 67  

1 Lor­squ’une usine fait re­tour à la com­mun­auté con­céd­ante, celle-ci a le droit, à moins que la con­ces­sion n’en dis­pose autre­ment:

a.
de repren­dre gra­tu­ite­ment les in­stall­a­tions de re­tenue et de prise d’eau, les canaux d’amenée ou de fuite, les moteurs hy­draul­iques et les bâ­ti­ments qui les ab­rit­ent, que ces ouv­rages soi­ent ét­ab­lis sur le do­maine pub­lic ou sur le do­maine privé, ain­si que le sol ser­vant à l’ex­ploit­a­tion de ces in­stall­a­tions;
b.
de repren­dre, moy­en­nant une in­dem­nité équit­able, les in­stalla­tions ser­vant à la pro­duc­tion et au trans­port de l’én­er­gie.

2 Le con­ces­sion­naire peut ex­i­ger que la com­mun­auté repren­ne les ins­tall­a­tions ser­vant à la pro­duc­tion et au trans­port d’én­er­gie, si elle est en mesure de les util­iser av­ant­ageuse­ment dans le même but.

3 Le con­ces­sion­naire est tenu de main­tenir en état d’être ex­ploitées, les in­stall­a­tions sou­mises au droit de re­tour.

4 Lor­sque l’in­stall­a­tion fait re­tour à la com­mun­auté con­céd­ante, le con­ces­sion­naire est dé­dom­magé des in­ves­t­isse­ments de mod­ern­isa­tion et d’agran­disse­ment, pour autant qu’il ait procédé à la mod­ern­isa­tion ou à l’agran­disse­ment en ac­cord avec la com­mun­auté tit­u­laire du droit de re­tour. Le dé­dom­mage­ment cor­res­pond au plus à la valeur résidu­elle de l’in­ves­t­isse­ment, compte tenu des taux d’amor­t­isse­ment usuels dans la branche et des fluc­tu­ations monétaires.108

5 La com­mun­auté tit­u­laire du droit de re­tour peut, avec l’as­sen­ti­ment du con­ces­sion­naire, ap­port­er la valeur du droit de re­tour comme parti­cip­a­tion dans l’en­tre­prise existante. Elle peut l’util­iser de toute autre façon con­forme à l’in­térêt pub­lic.109

108In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

109In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 68  

1 Si les sec­tions de cours d’eau util­isées em­pruntent le ter­ritoire de plu­sieurs can­tons, les in­stall­a­tions sou­mises au droit de re­tour devi­ennent la cop­ro­priété de ces can­tons. La part de chaque can­ton est fixée dans la pro­por­tion où il con­tribue à créer la force.

2 Si les can­tons ne peuvent s’en­tendre sur l’us­age des in­stall­a­tions et sur la part de chacun d’eux, le dé­parte­ment statue (art. 6).110

110Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 69  

1 Si la con­ces­sion prend fin par suite d’ex­pir­a­tion sans faire re­tour à la com­mun­auté, ou par suite de ca­du­cité ou de ren­on­ci­ation, les in­stalla­tions ét­ablies sur le do­maine privé restent la pro­priété du con­ces­sion­naire et les in­stall­a­tions ét­ablies sur le do­maine pub­lic devi­ennent la pro­priété de la com­mun­auté con­céd­ante. De­meurent réser­vées les dis­po­s­i­tions con­traires de la con­ces­sion.

2 Si les in­stall­a­tions ét­ablies sur le do­maine pub­lic con­tin­u­ent à être util­isées, la com­mun­auté pay­era une in­dem­nité équit­able au conces­sion­naire.

3 Si le con­ces­sion­naire perd ses droits par suite de déchéance ou de ren­on­ci­ation, la com­mun­auté con­serve la fac­ulté de repren­dre l’usine en vertu des dis­pos­i­tions de la con­ces­sion sur le rachat ou le re­tour. Il sera tenu compte de l’ex­er­cice an­ti­cipé de ces droits.

Art. 69a111  

Au cours des dix an­nées qui précèdent l’ex­pir­a­tion de la con­ces­sion, le con­ces­sion­naire doit, moy­en­nant in­dem­nité pleine et en­tière, entre­pren­dre tous les travaux de trans­form­a­tion, en par­ticuli­er de mod­erni­sation et d’agran­disse­ment de l’in­stall­a­tion, qui sont pre­scrits par l’au­tor­ité qui oc­troie ou qui ap­prouve la con­ces­sion, dans la per­spect­ive de la trans­mis­sion de l’amén­age­ment à un autre ex­ploit­ant.

111In­troduit par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

Art. 70  

Les con­test­a­tions entre le con­ces­sion­naire et d’autres us­agers du même cours d’eau re­l­at­ive­ment à l’éten­due de leurs droits sont du ressort des tribunaux.

Art. 71112  

1 Sauf dis­pos­i­tion con­traire de la présente loi ou de l’acte de conces­sion, les con­test­a­tions entre le con­ces­sion­naire et l’autor­ité con­céd­ante au sujet des droits et des ob­lig­a­tions dé­coulant de la con­ces­sion relè­vent en première in­stance de l’autor­ité ju­di­ci­aire can­tonale, en seconde in­stance du Tribunal fédéral.

2 Si la con­ces­sion a été ac­cordée par plusieurs can­tons, par le Con­seil fédéral ou par le dé­parte­ment, ce derni­er rend une dé­cision en cas de lit­ige. Cette dé­cision est sujette à re­cours con­formé­ment aux dis­posi­tions générales de la procé­dure fédérale.113

112Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

113 Nou­velle ten­eur selon le ch. 67 de l’an­nexe à la L du 17 juin 2005 sur le TAF, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2007 (RO 200621971069; FF 2001 4000).

Chapitre IV Dispositions d’exécution et dispositions transitoires

Art. 72  

1 Le Con­seil fédéral est char­gé de l’ap­plic­a­tion de la présente loi; il édicte les mesur­es d’ex­écu­tion qui sont du ressort de la Con­fédéra­tion.

2 Il désigne par voie d’or­don­nance les dis­pos­i­tions de la présente loi qui ne sont pas ap­plic­ables aux petites usines hy­draul­iques.

3 ...114

114Ab­ro­gé par le ch. 67 de l’an­nexe à la L du 17 juin 2005 sur le TAF, avec ef­fet au 1er janv. 2007 (RO 200621971069; FF 2001 4000).

Art. 73115  

Le dé­parte­ment nomme une com­mis­sion char­gée d’étud­i­er les ques­tions d’or­dre général ou par­ticuli­er re­l­at­ives à l’économie des eaux et de lui présenter des préav­is; les at­tri­bu­tions et l’or­gan­isa­tion de cette com­mis­sion sont déter­minées par un règle­ment.

115Nou­velle ten­eur selon le ch. II 4 de l’an­nexe à la LF du 22 mars 2002 sur l’ad­apt­a­tion des dip. du droit fédéral en matière d’or­gan­isa­tion, en vi­gueur depuis le 1er fév. 2003 (RO 2003 187; FF 2001 3657).

Art. 74  

1 Les art. 7a, 8, 9, 12 à 16 et le chapitre II sont ap­plic­ables à tous les droits d’eau existants.116

2 Sont ap­plic­ables aux droits d’eau con­stitués an­térieure­ment au 25 oc­tobre 1908, les dis­pos­i­tions du chapitre III con­cernant: les tra­vaux pub­lics en­trav­ant l’ex­ploit­a­tion d’une usine (art. 44), le droit d’expro­pri­ation (art. 46, 47), la fourniture d’eau pour des ser­vices pub­lics (art. 53) et les con­test­a­tions (art. 70 et 71). Toute­fois si, posté­rieure­ment à cette date, un sup­plé­ment de force est con­cédé au pro­priétaire d’une an­cienne usine, les dis­pos­i­tions de la présente loi sur les presta­tions péri­od­iques sont ap­plic­ables à la force sup­plé­mentaire.

3 ...117

3bis L’art. 49, al. 1 est ap­plic­able dans la mesure où il ne porte pas at­teinte à des droits ac­quis.118

4 L’art. 50 n’est pas ap­plic­able aux droits d’eau ac­cordés entre le 25 oc­tobre 1908 et l’en­trée en vi­gueur de la présente loi.

5 ...119

116Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

117Ab­ro­gé par le ch. I de la LF du 13 déc. 1996 , avec ef­fet au 1ermai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

118In­troduit par le ch. I de la LF du 8 oct. 1976 (RO 1977 171; FF 1975 II 2140). Nou­velle ten­eur selon le ch. I de la LF du 13 déc. 1996, en vi­gueur depuis le 1er mai 1997 (RO 1997 991; FF 1995 IV 964).

119Disp. trans. sans ob­jet.

Art. 75  

1 Dans un délai qui sera fixé par le Con­seil fédéral, les can­tons édicte­ront les dis­pos­i­tions d’ex­écu­tion qui sont de leur ressort et dresseront le re­gistre des droits d’eau pour leur ter­ritoire.

2 Ils pour­ront édicter ces dis­pos­i­tions par voie d’or­don­nance.

3 Afin de con­stater les droits d’util­isa­tion existants, les can­tons in­vite­ront, par som­ma­tion pub­lique, les ay­ants droit à les produire; les droits non produits pour­ront être déclarés nuls ou présumés tels.

Art. 75a120  

Les an­ciennes règles de procé­dure s’ap­pli­quent:

a.
aux de­mandes d’ap­prob­a­tion des plans en cours d’ex­a­men depuis deux ans ou plus;
b.
aux de­mandes de per­mis de con­stru­ire en cours d’ex­a­men;
c.
aux de­mandes de per­mis de con­stru­ire re­l­at­ives à des in­stalla­tions pour lesquelles une con­ces­sion a été ac­cordée en vertu de l’an­cien droit si ces de­mandes sont dé­posées dans les dix ans qui suivent l’en­trée en vi­gueur de la présente modi­fic­a­tion;
d.
aux re­cours pendants.

120 In­troduit par le ch. I 6 de la LF du 18 juin 1999 sur la co­ordin­a­tion et la sim­pli­fic­a­tion des procé­dures de dé­cision, en vi­gueur depuis le 1er mars 2000 (RO 1999 3071; FF 1998 2221).

Art. 76  

Le Con­seil fédéral fixe l’époque de l’en­trée en vi­gueur de la présente loi.

Date de l’en­trée en vi­gueur: 1er jan­vi­er 1918121

121ACF du 20 av­ril 1917

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Feedback
A: AB-EBV AB-SBV AB-VASm AdoV AEFV AETR AEV AFZFG AFZFV AHVG AHVV AIAG AIAV AIG AkkredV-PsyG ALBAG ALBAV AlgV AlkG AlkV AllergV AllgGebV AltlV AMBV AMZV AO ArG ArGV 1 ArGV 2 ArGV 3 ArGV 4 ArGV 5 ARPV ARV 1 ARV 2 ASG AStG AStV ASV ASV-RAB AsylG AsylV 1 AsylV 2 AsylV 3 AtraG AtraV ATSG ATSV AufRBGer AufzV AuLaV AVFV AVG AVIG AVIV AVO AVO-FINMA AVV AwG AWV AZG AZGV B: BankG BankV BauAV BauPG BauPV BBG BBV BDSV BEG BehiG BehiV BekV-RAB BetmG BetmKV BetmSV BetmVV-EDI BeV BevSV BewG BewV BG-HAÜ BG-KKE BGA BGBB BGCITES BGerR BGF BGFA BGG BGIAA BGLE BGMD BGMK BGRB BGS BGSA BGST BGÖ BIFG BiGV BIV-FINMA BiZG BKSG BKSV BMV BPDV BPG BPI BPR BPS BPV BSG BSO BStatG BStG BStGerNR BStGerOR BStKR BStV BSV BTrV BURV BV BVG BVV 1 BVV 2 BVV 3 BWIS BZG BöB BüG BÜPF BüV C: CartV ChemG ChemGebV ChemPICV ChemRRV ChemV CyRV CZV D: DBG DBV DBZV DesG DesV DGV DR 04 DSG DV-RAB DZV DüBV DüV E: EBG EBV EDAV-DS-EDI EDAV-EU-EDI EDAV-Ht EHSM-V EiV EKBV EleG ELG ELV EMRK EnEV EnFV EnG ENSIG ENSIV EntG EntsG EntsV EnV EOG EOV EPDG EPDV EPDV-EDI EpG EpV ERV-BVGer ESV ExpaV EÖBV EÖBV-EJPD F: FamZG FamZV FAV FDO FHG FHV FIFG FiFV FiG FiLaG FiLaV FinfraG FinfraV FinfraV-FINMA FINIG FINIV FINMAG FiV FKG FLG FLV FMBV FMedG FMedV FMG FMV FOrgV FPV FrSV FusG FV FVAV FWG FWV FZG FZV G: GaGV GBV GebR-BVGer GebR-PatGer GebV ESTV GebV SchKG GebV-AIG GebV-ArG GebV-ASTRA GebV-AVG GebV-BAFU GebV-BASPO GebV-BAZL GebV-BJ GebV-BLW GebV-EDA GebV-EDI-NBib GebV-En GebV-ESA GebV-fedpol GebV-FMG GebV-HReg GebV-IGE GebV-KG GebV-NBib GebV-Publ GebV-SBFI GebV-TPS GebV-TVD GebV-VBS GebV-öV GebV-ÜPF GeBüV GeoIG GeoIV GeoIV-swisstopo GeomV GeoNV GesBG GesBKV GGBV GGUV GgV GKZ GlG GLPV GR-PatGer GR-WEKO GRN GRS GSchG GSchV GSG GTG GUMG GUMV GUMV-EDI GVVG GüTG GüTV H: HArG HArGV HasLV HasLV-WBF HBV HELV HEsÜ HFG HFKG HFV HGVAnG HKSV HKsÜ HMG HRegV HSBBV HVA HVI HVUV HyV I: IAMV IBH-V IBLV IBSG IBSV IFEG IGE-OV IGE-PersV IGEG InvV IPFiV IPRG IQG IR-PatGer IRSG IRSV ISABV-V ISchV ISLV IStrV-EZV ISUV ISVet-V IVG IVV IVZV J: J+S-V-BASPO JSG JStG JStPO JSV K: KAG KAKV-FINMA KBFHV KEG KEV KFG KFV KG KGSG KGSV KGTG KGTV KGVV KHG KHV KJFG KJFV KKG KKV KKV-FINMA KlinV KLV KMG KMV KOV KoVo KPAV KPFV KR-PatGer KRG KRV KV-GE KVAG KVAV KVG KVV L: LAfV LBV LDV LeV LFG LFV LGBV LGeoIV LGV LIV LMG LMVV LPG LRV LSMV LSV LTrV LugÜ LV-Informationssystemeverordnung LVG LVV LVV-VBS LwG M: MAkkV MaLV MaschV MatV MAV MBV MCAV MedBG MedBV MepV MetG MetV MFV MG MIG MinLV MinVG MinVV MinöStG MinöStV MiPV MIV MiVo-HF MJV MNKPV MPV MSchG MSchV MSG MStG MStP MStV MSV MVG MVV MWSTG MWSTV N: NAFG NagV NBibG NBibV NDG NEV NFSV NHG NHV NISSG NISV NIV NSAG NSAV NSG NSV NZV NZV-BAV O: OAV-SchKG OBG OBV OHG OHV OR OrFV Org-VöB OV-BK OV-BR OV-EDA OV-EDI OV-EFD OV-EJPD OV-HFG OV-UVEK OV-VBS OV-WBF P: PAG ParlG ParlVV PartG PaRV PatG PatGG PatV PAV PAVO PAVV PBG PBV PfG PfV PG PGesV PGesV–WBF–UVEK PGRELV PhaV PHV POG PRG PrHG PrSG PrSV PRTR-V PSAV PSMV PSPV PSPV-BK PSPV-EDA PSPV-EDI PSPV-EJPD PSPV-UVEK PSPV-VBS PSPV-WBF PSPVK PsyBV PsyG PublG PublV PVBger PVFMH PVFMH-VBS PVGer PVO-ETH PVO-TVS PVSPA PVSPA-VBS PäV PüG Q: QStV QuNaV R: RAG RAV RDV ReRBGer ResV-EDI RHG RHV RKV RLG RLV RPG RPV RSD RTVG RTVV RV-AHV RVOG RVOV RöV S: SAFIG SBBG SBMV SBV SchKG SDR SDSG SebG SebV SEFV SeilV SFV SGV SIaG SIRG SKV SnAV SPBV-EJPD SpDV SpG SpoFöG SpoFöV SpV SRVG SSchG SSchV SSchV-EDI SSV StAG StAhiG StAhiV StAV StBOG STEBV StFG StFV StG StGB StHG StPO StromVG StromVV StSG StSV STUG STUV StV STVG SuG SV SVAG SVAV SVG SVKG SVV T: TabV TAMV TBDV TEVG TGBV TGV ToG ToV TPFV TrG TSchAV TSchG TSchV TSG TStG TStV TSV TUG TVAV TVSV TwwV TZV U: UIDV UraM URG URV USG UVG UVPV UVV UWG V: V Mil Pers V-ASG V-FIFG V-FIFG-WBF V-GSG V-HFKG V-LTDB V-NDA V-NISSG V-NQR-BB V-StGB-MSt VABK VABUA VAböV VAEW VAG VAK VAM VAmFD VAN VAND VAPF VAPK VASA VASm VASR VATV VATV-VBS VAusb VAusb-VBS VAV VAwG VAZV VBB VBBo VBGA VBGF VBGÖ VBKV VBLN VBO VBO-ÜPF VBP VBPO VBPV VBPV-EDA VBR I VBRK VBSTB VBVA VBVV VBWK VböV VCITES VD-ÜPF VDA VDPS VDPV-EDI VDSG VDSZ VDTI VDZV VEAGOG VEE-PW VegüV VEJ VEKF VEL VEleS VEMV VEP VerTi-V VES VEV VeVA VEVERA VeÜ-VwV VeÜ-ZSSV VFAI VFAL VFAV VFB-B VFB-DB VFB-H VFB-K VFB-LG VFB-S VFB-SB VFB-W VFBF VFD VFRR VFSD VFV VG VGD VGeK VGG VGKE VGR VGS VGSEB VGV VGVL VGWR VHK VHyMP VHyPrP VHyS VID VIL VILB VIMK VIntA VIS-NDB VISOS VISV VITH VIVS VIZBM VJAR-FSTD VKA VKKG VKKL VKKP VKL VKos VKOVE VKP VKP-KMU VKSWk VKV-FINMA VKZ VLBE VLE VLF VlG VLHb VLIb VLIp VLK VLKA VLL VLpH VLtH VlV VMAP VMBM VMDP VMILAK VMob VMS VMSch VMSV VMWG VNEK VNem VNF VOCV VOD VOEW VORA-EDI VOSA VPA VPABP VPAV VPB VPeA VPG VPGA VPiB VpM-BAFU VpM-BLW VPO ETH VPOB VPOG VPR VPRG VPRH VPrP VPS VPVKEU VR-ENSI VR-ETH 1 VR-ETH 2 VR-FINMA VR-IGE VR-METAS VR-PUBLICA VR-RAB VR-SNM VR-Swissmedic VRA VRAB VREG VRHB VRKD VRLtH VRP VRS VRSL VRV VRV-L VSA VSB VSBN VSFK VSFS VSKV-ASTRA VSL VSMS VSPA VSpoFöP VSPS VSR VSRL VSS VST VStFG VStG VStrR VStV VSV VSVB VSZV VTE VTM VTNP VTS VTSchS VtVtH VUFB VUM VUV VVA VVAG VVAwG VVE VVEA VVG VVK VVK-EDI VVMH VVNF VVS-ÜPF VVTA VVV VVWAL VWEV VWL VWLV VWS VwVG VZAE VZAG VZG VZSchB VZV VZVM VöB VüKU VÜPF VüV-ÖV W: WaG WaV WBV WeBiG WeBiV WEFV WEG WFG WFV WG WPEG WPEV WRG WRV WSchG WSchV WV WZV WZVV Z: ZAG ZAV ZBstG ZDG ZDUeV ZDV ZDV-WBF ZEBG ZentG ZeugSG ZeugSV ZEV ZG ZGB ZISG ZPO ZSAV-BiZ ZSTEBV ZStGV ZStV ZSV ZTG ZUG ZustV-PrSV ZuV ZV ZV-EFD ZWG ZWV Ü: ÜbZ ÜüAVaS ÜüiZR ÜüRK ÜüSKZGIA ÜüzAiK No acronym: 818_101_24 331 632_319 818_102 830_31 131_211 131_212 131_213 131_214 131_215 131_216_1 131_216_2 131_217 131_218 131_221 131_222_1 131_222_2 131_223 131_224_1 131_224_2 131_225 131_226 131_227 131_228 131_229 131_231 131_232 131_233 131_235 142_318 142_513 170_321 172_010_441 172_211_21 172_220_11 172_327_11 196_127_67 221_213_221 221_415 360_2 361_0 361_2 362_0 366_1 367_1 420_126 420_171 510_620_2 514_10 632_421_0 672_933_6 701 732_12 741_618 748_222_0 748_222_1 811_117_2 812_121_5 812_214_5 817_023_41 818_101_25 831_471 837_033 837_21 861 935_121_41 935_121_42 935_816_2