With big laws like OR and ZGB this can take up to 30 seconds

Loi fédérale
sur l’organisation de l’entreprise fédérale de télécommunications
(Loi sur l’entreprise de télécommunications, LET)

du 30 avril 1997 (Etat le 1 janvier 2021)er

L’Assemblée fédérale de la Confédération suisse,

vu les art. 36, 55bis et 64 de la constitution fédérale1,2

vu le message du Conseil fédéral du 10 juin 19963,

arrête:

1 RO 19972480 [RS 13; RO 1985 150]. Aux disp. mentionnées correspondent actuellement les art. 92, 93, 122et 123 de la Cst. du 18 avr. 1999 (RS 101).

2 Nouvelle teneur selon l’annexe ch. 24 de la L du 24 mars 2000 sur les fors, en vigueur depuis le 1er janv. 2001 (RO 2000 2355; FF 1999 2591).

3 FF 1996 III 1260

Section 1 Dispositions générales

Art. 1 Objet  

La présente loi règle la con­sti­tu­tion et l’or­gan­isa­tion de l’en­tre­prise fédérale de télé­com­mu­nic­a­tions (en­tre­prise).

Art. 2 Forme juridique et inscription au registre du commerce  

1 L’en­tre­prise est une so­ciété an­onyme de droit pub­lic. Son or­gan­isa­tion est ré­gie par la présente loi, par les stat­uts et par les dis­pos­i­tions du droit de la so­ciété an­onyme.

2 L’en­tre­prise est in­scrite au re­gistre du com­merce sous la rais­on so­ciale fig­ur­ant dans les stat­uts.

Art. 3 But  

1 L’en­tre­prise a pour but de fournir, en Suisse et à l’étranger, des ser­vices de télé­com­mu­nic­a­tion et de ra­di­od­if­fu­sion ain­si que des produits et des ser­vices con­nexes.

2 Elle peut ac­com­plir tout acte jur­idique propre à promouvoir ce but, en par­ticuli­er ac­quérir ou alién­er des im­meubles, em­prunter ou pla­cer des fonds sur les marchés monétaire et fin­an­ci­er, créer des so­ciétés, pren­dre des par­ti­cip­a­tions ou coopérer d’une autre man­ière avec des tiers.

Art. 4 Droit applicable  

Sauf dis­pos­i­tion con­traire de la présente loi, l’en­tre­prise est sou­mise aux dis­pos­i­tions du code des ob­lig­a­tions4 re­l­at­ives à la so­ciété an­onyme.

Section 2 Capital-actions et actionnaires

Art. 5 Capital-actions  

Le mont­ant du cap­it­al-ac­tions ain­si que l’es­pèce, la valeur nom­inale et le nombre des titres de par­ti­cip­a­tion sont fixés dans les stat­uts.

Art. 6 Statut de la Confédération et participation de tiers  

1 La Con­fédéra­tion est ac­tion­naire de l’en­tre­prise et doit détenir la ma­jor­ité du capi­tal et des voix.

2 L’alién­a­tion et l’of­fre en sou­scrip­tion de titres de par­ti­cip­a­tion à des tiers ont lieu con­formé­ment aux dis­pos­i­tions du droit de la so­ciété an­onyme et dans les lim­ites fixées au 1er al­inéa.

3 Le Con­seil fédéral défin­it tous les quatre ans les ob­jec­tifs de la Con­fédéra­tion en tant qu’ac­tion­naire ma­joritaire de l’en­tre­prise. Le con­seil d’ad­min­is­tra­tion ét­ablit à l’in­ten­tion du Con­seil fédéral un rap­port an­nuel sur leur réal­isa­tion et lui fournit les in­form­a­tions né­ces­saires au con­trôle.5

5 Phrase in­troduite par l’an­nexe ch. 5 de la L du 22 mars 2019, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2021 (RO 2020 6159; FF 2017 6185).

Section 3 Organes

Art. 7 Organes  

Les or­ganes de l’en­tre­prise sont l’as­semblée générale, le con­seil d’ad­min­is­tra­tion, la dir­ec­tion et l’or­gane de ré­vi­sion.

Art. 8 Assemblée générale  

Les pouvoirs de l’as­semblée générale sont ré­gis par les dis­pos­i­tions du code des ob­lig­a­tions6 re­l­at­ives à la so­ciété an­onyme.

Art. 9 Conseil d’administration  

1 Le con­seil d’ad­min­is­tra­tion a les at­tri­bu­tions in­trans­miss­ibles et in­alién­ables énu­mérées à l’art. 716a, al. 1, du code des ob­lig­a­tions7.

2 Le con­seil d’ad­min­is­tra­tion peut ré­partir entre ses membres, pris in­di­vidu­elle­ment ou groupés en comités, la charge de pré­parer et d’ex­écuter ses dé­cisions ou de sur­veiller cer­taines af­faires. Il veille à ce que ses membres soi­ent in­formés de man­ière ap­pro­priée.

3 Le per­son­nel de l’en­tre­prise doit être re­présenté de man­ière équit­able au sein du con­seil d’ad­min­is­tra­tion.

Art. 10 Direction  

1 La dir­ec­tion gère les af­faires de l’en­tre­prise con­formé­ment au règle­ment d’or­gani­sation.

2 Elle peut nom­mer des fondés de pro­cur­a­tion et d’autres man­dataires com­mer­ci­aux.

Art. 11 Organe de révision  

Les at­tri­bu­tions de l’or­gane de ré­vi­sion sont ré­gies par les dis­pos­i­tions du code des ob­lig­a­tions8 re­l­at­ives à la so­ciété an­onyme.

Section 4 Établissement des comptes, emploi du bénéfice et assujettissement à l’impôt

Art. 12 Établissement des comptes  

Les comptes de l’en­tre­prise sont dressés con­formé­ment au droit de la so­ciété ano­nyme.

Art. 13 Constitution de réserves  

L’en­tre­prise con­stitue des réserves con­formé­ment aux dis­pos­i­tions du droit de la so­ciété an­onyme. Elle a le droit en par­ticuli­er de con­stituer des réserves stat­utaires de man­ière que ses fonds pro­pres sat­is­fas­sent aux ex­i­gences de l’économie d’entre­prise.

Art. 14 Emploi du bénéfice  

L’as­semblée générale de l’en­tre­prise déter­mine l’af­fect­a­tion du bénéfice ré­sult­ant du bil­an et fixe en par­ticuli­er le mont­ant du di­vidende.

Art. 15 Assujettissement à l’impôt  

En matière d’im­pos­i­tion, l’en­tre­prise est as­similée à une so­ciété de cap­itaux de droit privé.

Section 5 Personnel

Art. 16 Rapports de service  

1 Le per­son­nel de l’en­tre­prise est en­gagé sous le ré­gime du droit privé.

2 L’en­tre­prise a l’ob­lig­a­tion de né­go­ci­er avec les as­so­ci­ations du per­son­nel la con­clu­sion d’une con­ven­tion col­lect­ive de trav­ail.

3 Si elles ne par­vi­ennent pas à un ac­cord, l’en­tre­prise et les as­so­ci­ations du per­son­nel sou­mettent les points li­ti­gieux à une com­mis­sion d’ar­bit­rage. Il ap­par­tient al­ors à cette dernière de pro­poser des solu­tions aux partenaires so­ci­aux.

Art. 17 Prévoyance professionnelle  

1 Le per­son­nel de l’en­tre­prise est af­fil­ié à la Caisse fédérale de pen­sions.

2 L’en­tre­prise peut, avec l’autor­isa­tion du Con­seil fédéral, gérer ses pro­pres caisses de pen­sion ou s’af­fil­ier à d’autres in­sti­tu­tions de pré­voy­ance.

Section 6 Relations juridiques, responsabilité et procédure

Art. 18 Relations juridiques et responsabilité  

1 Les re­la­tions jur­idiques de l’en­tre­prise avec sa cli­entèle sont ré­gies par les dis­posi­tions du droit privé.

2 La re­sponsab­il­ité de l’en­tre­prise, de ses or­ganes et de son per­son­nel est ré­gie par les dis­pos­i­tions du droit privé. La loi du 14 mars 1958 sur la re­sponsab­il­ité9 n’est pas ap­plic­able.

Art. 19 Procédure  

1 Les con­test­a­tions op­posant l’en­tre­prise à sa cli­entèle ressor­tis­sent aux tribunaux civils.

2 et 3 ...10

10 Ab­ro­gé par l’an­nexe ch. 24 de la L du 24 mars 2000 sur les fors, avec ef­fet au 1er janv. 2001 (RO 2000 2355; FF 1999 2591).

Section 7 Dispositions finales

Art. 20 Organisation de la Poste  

Si la loi du 30 av­ril 199711 sur l’or­gan­isa­tion de la Poste n’entre pas en vi­gueur en même temps que la présente loi, le Con­seil fédéral, en at­tend­ant son en­trée en vi­gueur, prend les dis­pos­i­tions né­ces­saires pour trans­former le dé­parte­ment de la poste de l’En­tre­prise des PTT en ét­ab­lisse­ment autonome doté de la per­son­nal­ité jur­idique. Il défin­it les or­ganes de cet ét­ab­lisse­ment et leurs at­tri­bu­tions et veille à lui ac­cord­er l’auto­nomie dont il a be­soin dans les do­maines de l’ex­ploit­a­tion, des prises de parti­cip­a­tion et des fin­ances.

Art. 21 Constitution de l’entreprise  

1 Les sec­teurs de l’En­tre­prise des PTT qui fourn­is­sent des ser­vices de télé­com­muni­cation et de ra­di­od­if­fu­sion sont re­pris par l’en­tre­prise dès sa con­sti­tu­tion.

2 En vue de l’en­trée en vi­gueur de la présente loi, les mesur­es suivantes sont prises:

a.
le Con­seil fédéral ar­rête le bil­an d’ouver­ture de l’en­tre­prise;
b.
il désigne les im­meubles et déter­mine les droits réels lim­ités ain­si que les obli­ga­tions con­trac­tuelles qui sont trans­férés à l’en­tre­prise ou aux fi­liales désignées par elle dans lesquelles elle dé­tient la ma­jor­ité;
c.
il nomme le con­seil d’ad­min­is­tra­tion de l’en­tre­prise et en désigne le présid­ent; il ar­rête en outre les premi­ers stat­uts et désigne l’or­gane de ré­vi­sion;
d.
le con­seil d’ad­min­is­tra­tion de l’en­tre­prise nomme les per­sonnes char­gées de la ges­tion et de la re­présent­a­tion, ap­prouve le budget et édicte le règle­ment d’or­gan­isa­tion.

3 En re­la­tion avec l’ét­ab­lisse­ment du bil­an d’ouver­ture de l’en­tre­prise, le Con­seil fédéral ap­prouve, sur pro­pos­i­tion du con­seil d’ad­min­is­tra­tion de l’En­tre­prise des PTT, les comptes de bouc­lement et le derni­er rap­port de ges­tion de celle-ci.

4 Le Dé­parte­ment fédéral de l’en­viron­nement, des trans­ports, de l’én­er­gie et de la com­mu­nic­a­tion peut rec­ti­fier la ré­par­ti­tion prévue à l’al. 2, let. b, moy­en­nant une dé­cision dans les quin­ze ans suivant l’en­trée en vi­gueur de la présente loi.

Art. 22 Personnalité juridique  

L’en­tre­prise ac­quiert la per­son­nal­ité jur­idique par l’en­trée en vi­gueur de la présente loi.

Art. 23 Reprise de l’actif et du passif  

1 Dès l’en­trée en vi­gueur de la présente loi, l’en­tre­prise reprend l’ac­tif et le pas­sif des sec­teurs de l’En­tre­prise des PTT qui lui sont trans­férés en vertu de l’art. 21, al. 1.

2 Les muta­tions au re­gistre fon­ci­er des droits de pro­priété im­mob­ilière et des autres droits réels de l’En­tre­prise des PTT trans­férés à l’en­tre­prise ou aux fi­liales désignées par elle dans lesquelles elle dé­tient la ma­jor­ité sont ef­fec­tuées con­formé­ment à l’an­nonce qui en est faite et sans qu’aucun im­pôt ni aucun émolu­ment ne soit per­çu.

Art. 24 Reprise et adaptation des relations juridiques  

1 Les droits et les ob­lig­a­tions de l’En­tre­prise des PTT dé­coulant des rap­ports de droit ad­min­is­trat­if ét­ab­lis en vertu des lé­gis­la­tions sur les télé­com­mu­nic­a­tions et sur la ra­di­od­if­fu­sion sont re­pris par l’en­tre­prise dès sa con­sti­tu­tion. Ces re­la­tions jur­idiques sont al­ors ré­gies par des con­trats de droit privé.

2 L’en­tre­prise porte à la con­nais­sance de la cli­entèle les nou­velles dis­pos­i­tions con­trac­tuelles qui re­m­pla­cent les an­ciennes re­la­tions de droit ad­min­is­trat­if et lui ac­corde un délai de ré­sili­ation ap­pro­prié. Si un cli­ent re­fuse le nou­veau ré­gime et qu’il le com­mu­nique par écrit dans le délai im­parti, la re­la­tion jur­idique qui le lie à l’entre­prise prend fin à l’ex­pir­a­tion de ce délai. S’il s’agit d’un abon­nement as­sorti d’une durée min­i­male, les taxes dues à l’en­tre­prise pour la péri­ode non en­core écoulée sont cal­culées con­formé­ment aux dis­pos­i­tions de l’an­cien droit.

3 L’an­cien droit de­meure ap­plic­able aux dé­cisions déjà ren­dues et aux re­cours en­core pendants au mo­ment de l’en­trée en vi­gueur de la présente loi. Pour les créances ré­sul­t­ant de presta­tions fournies con­formé­ment au nou­veau droit, la déclar­a­tion d’abon­nement ét­ablie sous l’an­cien droit vaut titre de main­levée.

4 Les con­trats de droit privé con­clus par l’En­tre­prise des PTT ne subis­sent aucune modi­fic­a­tion due au fait qu’ils sont re­pris par l’en­tre­prise.

Art. 25 Reprise et adaptation des rapports de service  

1 L’en­tre­prise reprend les rap­ports de ser­vice existants en qual­ité d’em­ployeur.

2 Jusqu’à la fin de la péri­ode ad­min­is­trat­ive de 1997 à 2000, le per­son­nel de l’entre­prise est sou­mis à la lé­gis­la­tion sur le per­son­nel de la Con­fédéra­tion.

3 Dès le 1er jan­vi­er 2001, les rap­ports de ser­vice sont réglés sur la base du droit ré­gis­sant les con­trats de trav­ail.

4 Si les cir­con­stances le jus­ti­fi­ent, l’en­tre­prise peut en­gager des em­ployés selon les dis­pos­i­tions du code des ob­lig­a­tions12 av­ant le 1er jan­vi­er 2001.

Art. 26 Découvert auprès de la Caisse fédérale de pensions  

La Con­fédéra­tion peut pren­dre à sa charge le dé­couvert de l’en­tre­prise auprès de la Caisse fédérale de pen­sions, de man­ière que la part de fonds pro­pres fig­ur­ant au bil­an d’ouver­ture soit suf­f­is­ante. La charge sup­plé­mentaire qui en ré­sulte pour la Con­fédéra­tion est in­scrite à l’ac­tif de son compte cap­it­al et amort­ie sur son compte de ré­sultats dans les an­nées suivantes.

Art. 27 Prêts accordés à l’entreprise  

La Con­fédéra­tion peut, pendant une péri­ode de trans­ition, ac­cord­er des prêts de tré­sorer­ie à l’en­tre­prise.

Art. 28 Conversion de prêts en fonds propres  

Afin que la part de fonds pro­pres fig­ur­ant au bil­an d’ouver­ture de l’en­tre­prise soit suf­f­is­ante, la Con­fédéra­tion peut con­ver­tir les prêts en fonds pro­pres. La con­ver­sion est im­putée sur le compte cap­it­al de la Con­fédéra­tion.

Art. 29 Référendum et entrée en vigueur  

1 La présente loi est sujette au référen­dum fac­ultatif.

2 Le Con­seil fédéral fixe la date de l’en­trée en vi­gueur.

3 L’art. 16, al. 1, entre en vi­gueur le 1er jan­vi­er 2001.

Date de l’en­trée en vi­gueur: 1er jan­vi­er 199813

Ap­pen­dice ch. 14: 1er jan­vi­er 2001

13 ACF du 12 nov. 1997

Appendice

Abrogation et modification du droit en vigueur

1. La loi du 6 octobre 1960 sur l’organisation des PTT est abrogée.14

14 [RO 1961 17, 1970 7061623, 1977 2117, 1979 114art. 68 679, 1987 600art. 17 ch. 4, 1992 288annexe ch. 31 581 appendice ch. 3, 1993 901annexe ch. 16, 1995 3680ch. II 4 5489 ch. II. RO 19972465appendice ch. 1].

2. … 15

15 Les mod. peuvent être consultées au RO 19972480.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Feedback
Loading