With big laws like OR and ZGB this can take up to 30 seconds

Ordonnance
sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles
(Ordonnance sur la prévention des accidents, OPA)

du 19 décembre 1983 (Etat le 1 mai 2018)er

Le Conseil fédéral suisse,

vu l’art. 81 de la loi fédérale du 6 octobre 2000 sur la partie générale du droit des assurances sociales (LPGA)1,
vu les art. 79, al. 1, 81 à 88 et 96, let. c et f, de la loi fédérale du 20 mars 1981 sur l’assurance-accidents (loi, LAA)2,
vu l’art. 40 de la loi du 13 mars 1964 sur le travail (LTr)3,4

arrête:

1 RS 830.1

2 RS 832.20

3 RS 822.11

4 Nouvelle teneur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2012, en vigueur depuis le 15 mai 2012 (RO 20122405).

Titre 1 Prescriptions sur la prévention des accidents et maladies pro­fessionnels (sécurité au travail)

Chapitre 1 Champ d’application

Art. 1 Principe  

1 Les pre­scrip­tions sur la préven­tion des ac­ci­dents et des mal­ad­ies pro­fes­sion­nels (sé­cur­ité au trav­ail) s’ap­pli­quent à toutes les en­tre­prises dont les trav­ail­leurs ex­écutent des travaux en Suisse.5

2 Il y a en­tre­prise au sens de la présente or­don­nance lor­squ’un em­ployeur oc­cupe un ou plusieurs trav­ail­leurs de façon dur­able ou tem­po­raire, qu’il fasse us­age ou non d’in­stall­a­tions ou d’équipe­ments fixes.6

5Nou­velle ten­eur selon le ch. 2 de l’an­nexe à l’O du 9 nov. 2016, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2017 (RO 2016 4393).

6 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

Art. 2 Exceptions  

1 Les pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail ne s’ap­pli­quent pas:

a.
aux mén­ages privés;
b.
aux in­stall­a­tions et aux équipe­ments de l’armée.

2 Les pre­scrip­tions sur la préven­tion des ac­ci­dents pro­fes­sion­nels ne s’ap­pli­quent pas:

a.7
b.
aux en­tre­prises de nav­ig­a­tion aéri­enne, en ce qui con­cerne la sé­cur­ité des aéronefs et les activ­ités de ces en­tre­prises et parties d’en­tre­prise, qui ont trait au mouvement des aéronefs sur l’aire de roul­e­ment des aéro­dromes, y com­pris l’at­ter­ris­sage et le dé­col­lage;
c.8
aux in­stall­a­tions nuc­léaires, en ce qui con­cerne la pro­tec­tion tech­nique contre les ra­di­ations, la sûreté et la sé­cur­ité nuc­léaire ain­si que, pour la pro­tec­tion tech­nique contre les ra­di­ations, aux en­tre­prises sou­mises au con­trôle de l’Of­fice fédéral de la santé pub­lique (OF­SP) en vertu de l’or­don­nance du 26 av­ril 2017 sur la ra­diopro­tec­tion9;
d.
aux en­tre­prises qui con­struis­ent ou utilis­ent des in­stall­a­tions au sens de la loi du 4 oc­tobre 196310 sur les in­stall­a­tions de trans­port par con­duites, en ce qui con­cerne la sé­cur­ité des in­stall­a­tions de trans­port par con­duites.

3 Les pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail s’ap­pli­quent toute­fois:

a.
aux en­tre­prises milit­aires en ré­gie et à ceux des in­stall­a­tions et ap­par­eils tech­niques de l’armée qui, en temps de paix, sont en­tre­tenus par des tra­vail­leurs des en­tre­prises en ré­gie;
b.11
c.12
aux hangars, ateliers, équipe­ments tech­niques, in­stall­a­tions et ap­par­eils d’en­tre­tien et d’es­sais d’aéronefs et de véhicules à moteur ap­par­ten­ant aux entre­prises de nav­ig­a­tion aéri­enne, ain­si qu’aux en­trepôts de car­bur­ants et de lub­ri­fi­ants, y com­pris les in­stall­a­tions de re­m­plis­sage des wag­ons-citernes et les autres in­stall­a­tions pour le ravi­taille­ment des aéronefs en car­bur­ant;
d.
aux in­stall­a­tions de sé­cur­ité aéri­enne situées dans l’en­ceinte et à l’ex­térieur des aéro­dromes, ain­si qu’à la pré­par­a­tion, à l’util­isa­tion et à l’en­tre­tien du ma­téri­el aux­ili­aire, des in­stall­a­tions et ap­par­eils né­ces­saires aux en­tre­prises de nav­iga­tion aéri­enne.

7 Ab­ro­gée par le ch. II de l’O du 6 nov. 2002, avec ef­fet au 1er janv. 2003 (RO 2002 4228).

8 Nou­velle ten­eur selon le ch. 8 de l’an­nexe 11 à l’O du 26 avr. 2017 sur la ra­diopro­tec­tion, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2018 (RO 2017 4261).

9 RS 814.501

10RS 746.1

11 Ab­ro­gée par le ch. II de l’O du 6 nov. 2002, avec ef­fet au 1er janv. 2003 (RO 2002 4228).

12 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

Chapitre 2 Obligations des employeurs et des travailleurs en général

Section 1 Obligations de l’employeur

Art. 3 Mesures et installations de protection 13  

1 L’em­ployeur est tenu, pour as­surer et améliorer la sé­cur­ité au trav­ail, de pren­dre toutes les dis­pos­i­tions et mesur­es de pro­tec­tion qui ré­pond­ent aux pre­scrip­tions de la présente or­don­nance, aux autres dis­pos­i­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail ap­plic­ables à son en­tre­prise et aux règles re­con­nues en matière de tech­nique de sé­cur­ité et de mé­de­cine du trav­ail.

1bis Lor­sque des élé­ments font ap­par­aître que l’activ­ité ex­er­cée par un trav­ail­leur porte at­teinte à sa santé, une en­quête rel­ev­ant de la mé­de­cine du trav­ail doit être menée.

2 L’em­ployeur doit veiller à ce que l’ef­fica­cité des mesur­es et des in­stall­a­tions de pro­tec­tion ne soit pas en­travée. Il les con­trôle à in­ter­valles ap­pro­priés.

3 Si des con­struc­tions, des parties de bâ­ti­ment, des équipe­ments de trav­ail (ma­chines, ap­par­eils, outils ou in­stall­a­tions util­isés au trav­ail) ou des procédés de trav­ail sont modi­fiés, ou si des matières nou­velles sont util­isées dans l’en­tre­prise, l’em­ployeur doit ad­apter les mesur­es et les in­stall­a­tions de pro­tec­tion aux nou­velles con­di­tions. Les procé­dures d’ap­prob­a­tion des plans et d’autor­isa­tion d’ex­ploiter au sens des art. 7 et 8 LTr sont réser­vées.

13 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 4 Interruption du travail  

Si la sé­cur­ité des trav­ail­leurs ne peut plus être as­surée d’une autre man­ière, l’em­ployeur fera in­ter­rompre le trav­ail dans les bâ­ti­ments ou les lo­c­aux con­cernés, aux em­place­ments de trav­ail ou aux in­stall­a­tions touchés jusqu’à ce que le dom­mage ait été ré­paré ou le dé­faut supprimé, à moins que l’in­ter­rup­tion du trav­ail n’ac­croisse le danger.

Art. 5 Equipements de protection individuelle 14  

1 Si les risques d’ac­ci­dents ou d’at­teintes à la santé ne peuvent pas être élim­inés par des mesur­es d’or­dre tech­nique ou or­gan­isa­tion­nel, ou ne peuvent l’être que parti­elle­ment, l’em­ployeur mettra à la dis­pos­i­tion des trav­ail­leurs des équipe­ments de pro­tec­tion in­di­vidu­elle qui doivent être ef­ficaces et dont l’util­isa­tion peut être rais­on­nable­ment exigée, tels que: casques de pro­tec­tion, protège-cheveux, lun­ettes et écrans de pro­tec­tion, pro­tec­teurs d’ouïe, ap­par­eils de pro­tec­tion des voies res­pir­atoires, chaus­sures, gants et vête­ments de pro­tec­tion, dis­pos­i­tifs de pro­tec­tion contre les chutes et la noy­ade, produits de pro­tec­tion de la peau et, au be­soin, sous-vête­ments spé­ci­aux. L’em­ployeur doit veiller à ce que ces équipe­ments soi­ent tou­jours en par­fait état et prêts à être util­isés.

2 Si plusieurs équipe­ments de pro­tec­tion in­di­vidu­elle doivent être util­isés sim­ul­tané­ment, l’em­ployeur veille à ce qu’ils soi­ent com­pat­ibles entre eux et que leur ef­fica­cité ne soit pas en­travée.

14 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 6 Information et instruction des travailleurs 15  

1 L’em­ployeur veille à ce que tous les trav­ail­leurs oc­cupés dans son en­tre­prise, y com­pris ceux proven­ant d’une en­tre­prise tierce, soi­ent in­formés de man­ière suf­f­is­ante et ap­pro­priée des risques auxquels ils sont ex­posés dans l’ex­er­cice de leur activ­ité et in­stru­its des mesur­es de sé­cur­ité au trav­ail. Cette in­form­a­tion et cette in­struc­tion doivent être dis­pensées lors de l’en­trée en ser­vice ain­si qu’à chaque modi­fic­a­tion im­port­ante des con­di­tions de trav­ail; elles doivent être répétées si né­ces­saire.16

2 Les trav­ail­leurs doivent être ren­sei­gnés sur les tâches et les fonc­tions des spé­cia­listes de la sé­cur­ité au trav­ail oc­cupés dans l’en­tre­prise.

3 L’em­ployeur veille à ce que les trav­ail­leurs ob­ser­vent les mesur­es re­l­at­ives à la sé­cur­ité au trav­ail.

4 L’in­form­a­tion et l’in­struc­tion doivent se déroul­er pendant les heures de trav­ail et ne peuvent être mises à la charge des trav­ail­leurs.

15 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

16 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 6a Consultation des travailleurs 17  

1 Les trav­ail­leurs, ou leurs re­présent­ants au sein de l’en­tre­prise, doivent être con­sultés suf­f­is­am­ment tôt et de man­ière glob­ale sur toutes les ques­tions con­cernant la pro­tec­tion de la santé.

2 Ils ont le droit de faire des pro­pos­i­tions av­ant que l’em­ployeur ne pren­ne une dé­cision. L’em­ployeur doit jus­ti­fi­er sa dé­cision lor­squ’il ne tient pas compte ou ne tient compte qu’en partie des ob­jec­tions et pro­pos­i­tions des trav­ail­leurs ou de leurs re­présent­ants dans l’en­tre­prise.

3 Les trav­ail­leurs, ou leurs re­présent­ants au sein de l’en­tre­prise, doivent être as­so­ciés d’une man­ière ap­pro­priée aux in­vest­ig­a­tions et aux vis­ites faites par les autor­ités. L’em­ployeur doit les in­form­er des ex­i­gences for­mulées par ces dernières.

17 In­troduit par le ch. I de l’O du 6 oct. 1997 (RO 1997 2374). Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 7 Tâches confiées aux travailleurs  

1 Lor­sque l’em­ployeur con­fie à un trav­ail­leur cer­taines tâches re­l­at­ives à la sé­cur­ité au trav­ail, il doit le former de man­ière ap­pro­priée, par­faire sa form­a­tion et lui don­ner des com­pétences pré­cises et des in­struc­tions claires. Le temps né­ces­saire à la forma­tion et au per­fec­tion­nement est en prin­cipe con­sidéré comme temps de tra­vail.

2 Le fait de con­fi­er de tell­es tâches à un trav­ail­leur ne libère pas l’em­ployeur de ses ob­lig­a­tions d’as­surer la sé­cur­ité au trav­ail.18

18 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 8 Travaux comportant des dangers particuliers  

1 L’em­ployeur ne peut con­fi­er des travaux com­port­ant des dangers par­ticuli­ers qu’à des trav­ail­leurs ay­ant été formés spé­ciale­ment à cet ef­fet. L’em­ployeur fera sur­veiller tout trav­ail­leur qui ex­écute seul un trav­ail dangereux.

2 Lor­sque des travaux com­port­ant des dangers par­ticuli­ers sont ex­écutés, l’ef­fec­tif des trav­ail­leurs oc­cupés à ces travaux ain­si que le nombre ou la quant­ité des in­stal­la­tions, équipe­ments de trav­ail et matières qui présen­tent des dangers doivent être lim­ités au né­ces­saire.19

19 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

Art. 9 Coopération de plusieurs entreprises 20  

1 Lor­sque des trav­ail­leurs de plusieurs en­tre­prises sont oc­cupés sur un même lieu de trav­ail, leurs em­ployeurs doivent con­venir des ar­range­ments pro­pres à as­surer le res­pect des pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail et or­don­ner les mesur­es né­ces­saires. Les em­ployeurs sont tenus de s’in­form­er ré­ciproque­ment et d’in­form­er leurs tra­vail­leurs re­spec­tifs des risques et des mesur­es prises pour les prévenir.

2 L’em­ployeur doit ex­pressé­ment at­tirer l’at­ten­tion d’un tiers sur les ex­i­gences de la sé­cur­ité au trav­ail au sein de l’en­tre­prise lor­squ’il lui donne man­dat, pour son entre­prise:

a.21
de con­ce­voir, de con­stru­ire, de mod­i­fi­er ou d’en­tre­t­enir des équipe­ments de trav­ail ain­si que des bâ­ti­ments et autres con­struc­tions;
b.
de livrer des équipe­ments de trav­ail22 ou des matières dangereu­ses pour la santé;
c.
de plani­fi­er ou de con­ce­voir des procédés de trav­ail.

20 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

21 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

22 Nou­velle ex­pres­sion selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393). Il a été tenu compte de cette mod. dans tout le texte.

Art. 10 Location de services 23  

L’em­ployeur qui oc­cupe dans son en­tre­prise de la main-d’oeuvre dont il loue les ser­vices à un autre em­ployeur, a en­vers elle les mêmes ob­lig­a­tions en matière de sé­cu­rité au trav­ail qu’à l’égard de ses pro­pres trav­ail­leurs.

23 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Section 2 Obligations du travailleur

Art. 11  

1 Le trav­ail­leur est tenu de suivre les dir­ect­ives de l’em­ployeur en matière de sécu­rité au trav­ail et d’ob­serv­er les règles de sé­cur­ité générale­ment re­con­nues. Il doit en par­ticuli­er util­iser les équipe­ments de pro­tec­tion in­di­vidu­elle et s’ab­stenir de port­er at­teinte à l’ef­fica­cité des in­stall­a­tions de pro­tec­tion.24

2 Lor­squ’un trav­ail­leur con­state des dé­fauts qui com­pro­mettent la sé­cur­ité au trav­ail, il doit im­mé­di­ate­ment les éliminer. S’il n’est pas en mesure de le faire ou s’il n’y est pas autor­isé, il doit aviser l’em­ployeur sans délai.25

3 Le trav­ail­leur ne doit pas se mettre dans un état tel qu’il ex­pose sa per­sonne ou celle d’autres trav­ail­leurs à un danger. Cela vaut en par­ticuli­er pour la con­som­ma­tion de bois­sons al­cool­isées ou d’autres produits eniv­rants.26

24 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

25 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

26 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Chapitre 2a Appel à des médecins du travail et autres spécialistes de la sécurité au travail27

27Introduit par le ch. I de l’O du 1er juin 1993, en vigueur depuis le 1er juil. 1993 (RO 1993 1895).

Art. 11a Obligation de l’employeur  

1 L’em­ployeur doit, con­formé­ment à l’al. 2, faire ap­pel à des mé­de­cins du trav­ail et autres spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail (spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail) lor­sque la pro­tec­tion de la santé des trav­ail­leurs et leur sé­cur­ité l’ex­i­gent.

2 L’ob­lig­a­tion de faire ap­pel à des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail dépend not­am­ment:

a.
du risque d’ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels, tel qu’il ré­sulte des don­nées stat­istiques dispon­ibles et des ana­lyses des risques;
b.
du nombre de per­sonnes oc­cupées; et
c.
des con­nais­sances spé­ci­fiques né­ces­saires pour garantir la sé­cur­ité au trav­ail dans l’en­tre­prise.

3 Faire ap­pel à des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail ne décharge pas l’em­ployeur de sa re­sponsab­il­ité en matière de sé­cur­ité au trav­ail.

Art. 11b Directives sur l’obligation de faire appel à des spécialistes de la sécurité au travail 28  

1 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion prévue à l’art. 85, al. 2, de la loi (com­mis­sion de co­ordin­a­tion) édicte des dir­ect­ives au sujet de l’art. 11a, al. 1 et 2.29

2 Si l’em­ployeur se con­forme aux dir­ect­ives, il est présumé avoir sat­is­fait à l’ob­liga­tion de faire ap­pel à des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail.

3 L’em­ployeur peut sat­is­faire à l’ob­lig­a­tion de faire ap­pel à des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail d’une autre man­ière que celle qui est prévue par les dir­ect­ives s’il prouve que la pro­tec­tion de la santé des trav­ail­leurs et que leur sé­cur­ité sont ga­ran­ties.

28Voir aus­si la disp. fin. mod. 1er juin 1993, à la fin du texte.

29Nou­velle ten­eur selon l’an­nexe 5 à l’O du 25 nov. 1996 sur les qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1997 (RO 1996 3121).

Art. 11c Décision relative à l’obligation de faire appel à des spécialistes de la sécurité au travail  

1 Si un em­ployeur ne donne pas suite à l’ob­lig­a­tion de faire ap­pel à des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail, l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent prévu aux art. 47 à 51 peut pren­dre, re­l­at­ive­ment à cette ob­lig­a­tion, une dé­cision con­formé­ment à l’ar­t. 64.

2 Si l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent en matière de préven­tion des ac­ci­dents pro­fes­sion­nels n’est pas le même que ce­lui qui est com­pétent pour la préven­tion des mala­dies pro­fes­sion­nelles, les deux or­ganes s’en­tend­ent sur la dé­cision à pren­dre.

Art. 11d Qualification des spécialistes de la sécurité au travail 30  

1 Sont réputés spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail:

a.
les mé­de­cins du trav­ail, les hy­gién­istes du trav­ail, les in­génieurs de sé­cur­ité et les char­gés de sé­cur­ité qui sat­is­font aux ex­i­gences de l’or­don­nance du 25 novembre 1996 sur les qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail31, ou
b.
les per­sonnes qui ont passé avec suc­cès un ex­a­men pro­fes­sion­nel fédéral selon le règle­ment du 7 août 2017 con­cernant l’ex­a­men pro­fes­sion­nel de spé­cial­iste de la sé­cur­ité au trav­ail et de la pro­tec­tion de la santé (STPS)32, dans la fonc­tion de char­gés de sé­cur­ité.

2 La preuve d’une form­a­tion suf­f­is­ante est réputée ap­portée si:

a.
l’em­ployeur ou la per­sonne con­cernée peut produire des cer­ti­ficats at­test­ant l’ac­quis­i­tion d’une form­a­tion de base et d’une form­a­tion com­plé­mentaire ou post­graduée con­formes à l’or­don­nance sur les qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail;
b.
l’em­ployeur ou la per­sonne con­cernée peut produire un brev­et fédéral spé­cial­iste de la sé­cur­ité au trav­ail et de la pro­tec­tion de la santé (STPS).

3 Si les cer­ti­ficats men­tion­nés à l’al. 2, let. a ou b, ne peuvent pas être produits, l’em­ployeur ou la per­sonne con­cernée doit ap­port­er la preuve que la form­a­tion ac­quise est équi­val­ente. Des form­a­tions de base et des form­a­tions com­plé­mentaires ou post­graduées ac­com­plies en Suisse ou à l’étranger sont re­con­nues comme équi­val­entes si leur niveau at­teint au moins les ex­i­gences de l’or­don­nance sur les qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail.

3bis Les per­sonnes au sens de l’al. 1, let. b, doivent suivre une form­a­tion con­tin­ue ap­pro­priée. Les ex­i­gences à ce sujet sont énumérées à l’art. 7 de l’or­don­nance sur les qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail.

4 Les or­ganes d’ex­écu­tion procèdent au con­trôle des qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail.

30Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 21 mars 2018, en vi­gueur depuis le 1er mai 2018 (RO 2018 1579).

31 RS 822.116

32 Le règle­ment peut être téléchar­gé sur In­ter­net à l’ad­resse suivante: www.sb­fi.ad­min.ch > Liste des pro­fes­sions SE­FRI > Pro­fes­sions A–Z > 62140

Art. 11dbis Décisions concernant la qualification ou la non-qualification de spécialistes de la sécurité au travail 33  

1 Av­ant de rendre une dé­cision con­cernant la qual­i­fic­a­tion ou la non-qual­i­fic­a­tion de spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail, les or­ganes d’ex­écu­tion doivent con­sul­ter l’OF­SP et le Secrétari­at d’Etat à l’Eco­nomie (SECO).

2 Les dé­cisions visées à l’al. 1 doivent être no­ti­fiées à l’em­ployeur ain­si qu’à la per­sonne con­cernée et com­mu­niquées à l’OF­SP. La per­sonne con­cernée dis­pose des mêmes voies de re­cours que l’em­ployeur.

33In­troduit par l’an­nexe 5 à l’O du 25 nov. 1996 sur la qual­i­fic­a­tion des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail (RO 1996 3121). Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 21 mars 2018, en vi­gueur depuis le 1er mai 2018 (RO 2018 1579).

Art. 11e Tâches des spécialistes de la sécurité au travail  

1 Les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail ont not­am­ment les fonc­tions suivantes:

a.34
ils procèdent, en col­lab­or­a­tion avec l’em­ployeur et après avoir con­sulté les tra­vail­leurs ou leurs re­présent­ants au sein de l’en­tre­prise et les supérieurs com­pétents, à une évalu­ation des risques pour la sé­cur­ité et la santé des tra­vail­leurs;
b.
ils con­seil­lent l’em­ployeur sur les ques­tions de sé­cur­ité au trav­ail et le ren­sei­gnent en par­ticuli­er sur:
1.
les mesur­es des­tinées à re­médi­er aux dé­fauts et à ré­duire les risques,
2.35
l’ac­quis­i­tion de nou­velles in­stall­a­tions et de nou­veaux équipe­ments de tra­vail ain­si que sur l’in­tro­duc­tion de nou­velles méthodes de trav­ail, de nou­veaux moy­ens d’ex­ploit­a­tion, de nou­veaux matéri­aux et de nou­vel­les sub­stances chimiques,
3.36
le choix des in­stall­a­tions de pro­tec­tion et des EPI,
4.37
l’in­struc­tion des trav­ail­leurs sur les dangers pro­fes­sion­nels auxquels ils sont ex­posés et sur l’util­isa­tion des in­stall­a­tions de pro­tec­tion et des EPI ain­si que sur les autres mesur­es à pren­dre,
5.
l’or­gan­isa­tion des premi­ers secours, de l’as­sist­ance médicale d’ur­gence, du sauvetage et de la lutte contre l’in­cen­die;
c.38
ils sont à la dis­pos­i­tion des trav­ail­leurs ou de leurs re­présent­ants au sein de l’en­tre­prise pour les ques­tions re­l­at­ives à leur sé­cur­ité et à leur santé sur le lieu de trav­ail et les con­seil­lent.

2 Les mé­de­cins du trav­ail procèdent aux ex­a­mens médi­caux qu’im­plique l’ac­com­plis­se­ment de leurs tâches. Ils peuvent en outre, sur man­dat de la Caisse na­tionale suisse d’as­sur­ance en cas d’ac­ci­dents (CNA), se char­ger des ex­a­mens préven­tifs dans le do­maine de la mé­de­cine du trav­ail, visés aux art. 71 à 77.

3 L’em­ployeur délim­ite les at­tri­bu­tions de chacun des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail dans son en­tre­prise et fixe par écrit leurs tâches et com­pétences; il doit con­sul­ter au préal­able, con­formé­ment à l’art. 6a, les trav­ail­leurs ou leurs re­présen­tants au sein de l’en­tre­prise.39

34 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

35 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

36 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

37 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

38 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

39 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

Art. 11f Statut des spécialistes de la sécurité au travail dans l’entreprise  

1 L’em­ployeur doit as­surer aux spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail les con­di­tions né­ces­saires à l’ac­com­p­lisse­ment de leurs tâches. Les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail doivent ren­sei­gn­er l’em­ployeur sur leurs activ­ités et le tenir au cour­ant de leurs con­tacts avec les or­ganes d’ex­écu­tion.

2 Les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail doivent béné­fi­ci­er de l’auto­nomie qui leur est né­ces­saire pour s’ac­quit­ter de leur tâche. L’ac­com­p­lisse­ment de leur tâche ne doit en­traîn­er pour eux aucun préju­dice.

3 Les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail doivent pouvoir en­trer dir­ecte­ment en con­tact avec les trav­ail­leurs et avoir libre ac­cès aux postes de trav­ail; ils doivent en outre pouvoir con­sul­ter les dossiers de l’em­ployeur dont ils ont be­soin pour ex­er­cer leur activ­ité. L’em­ployeur doit faire ap­pel à eux av­ant de pren­dre des dé­cisions ay­ant trait à la sé­cur­ité au trav­ail, not­am­ment av­ant de pren­dre des dé­cisions con­cernant la plani­fic­a­tion.

Art. 11g Statut des spécialistes de la sécurité au travail vis-à-vis des organes d’exé­cution  

1 Les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail doivent, à leur de­mande, ren­sei­gn­er les or­ganes d’ex­écu­tion com­pétents sur leur activ­ité et tenir leurs doc­u­ments à leur dis­po­si­tion. L’em­ployeur doit en être in­formé.

2 Les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail peuvent de­mander con­seil et sou­tien aux or­ganes d’ex­écu­tion com­pétents.

3 En cas de danger grave et im­min­ent pour la vie et la santé des trav­ail­leurs et si l’em­ployeur re­fuse de pren­dre les mesur­es qui s’im­posent, les spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail doivent im­mé­di­ate­ment aviser l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent.

Chapitre 3 Exigences de sécurité

Section 1 Bâtiments et autres constructions

Art. 12 Capacité de charge  

Les bâ­ti­ments et autres con­struc­tions doivent être con­çus de man­ière à sup­port­er les charges et les con­traintes auxquelles ils sont sou­mis lor­squ’ils sont util­isés con­for­mé­ment à leur des­tin­a­tion. La charge ad­miss­ible sera au be­soin in­diquée de fa­çon bi­en vis­ible.

Art. 13 Aménagement et nettoyage  

1 Les bâ­ti­ments et autres con­struc­tions doivent être con­çus de telle sorte que des sub­stances nocives, in­flam­mables ou ex­plos­ives ne puis­sent s’y fix­er ou s’y dé­poser en quant­ités qui mettent en danger la vie et la santé des trav­ail­leurs.

2 Dans la mesure où ces phénomènes ne peuvent être évités, les bâ­ti­ments et autres con­struc­tions doivent être con­çus de man­ière à pouvoir être nettoyés fa­cile­ment. Ils doivent en outre être nettoyés à in­ter­valles réguli­ers.

Art. 14 Sols  

1 Dans la mesure du pos­sible, les sols ne doivent pas être glis­sants, ni présenter d’obstacles pouv­ant caus­er des chutes.

2 Les obstacles qui ne peuvent être supprimés seront sig­nalés de façon bi­en vis­ible.

Art. 15 Parois et portes vitrées  

Les parois, por­tes et clois­ons en verre ou en matéri­aux ana­logues doivent être con­çues de telle man­ière que les trav­ail­leurs ne puis­sent tomber ou ne soi­ent pas bles­sés en cas de rup­ture du matériau. Les pan­neaux trans­par­ents de grande di­men­sion doi­vent être con­çus ou sig­nalés de telle façon qu’ils soi­ent bi­en re­con­naiss­ables en tout temps.

Art. 16 Escaliers  

1 La largeur utile des es­cal­i­ers ain­si que la hauteur et la largeur des marches doi­vent per­mettre une foulée sûre. Les es­cal­i­ers placés entre des parois seront au moins pour­vus d’une main cour­ante.

2 Les es­cal­i­ers ex­térieurs des bâ­ti­ments à plusieurs étages doivent être prat­ic­ables en toute sé­cur­ité.

Art. 17 Toits  

1 Les toits sur lesquels les trav­ail­leurs doivent fréquem­ment monter pour des mo­tifs in­hérents à l’ex­ploit­a­tion, seront con­çus de telle sorte qu’ils soi­ent prat­ic­ables en toute sé­cur­ité.

2 Si les trav­ail­leurs doivent monter sur d’autres toits, des mesur­es des­tinées à pré­ve­nir les chutes seront prises aupara­v­ant.

Art. 18 Echelles fixes 40  

Les échelles fixes doivent être con­çues et dis­posées de sorte qu’elles soi­ent prat­ica­bles en toute sé­cur­ité. Si la hauteur est im­port­ante, elles doivent être pour­vues d’une pro­tec­tion dor­sale et, au be­soin, de pal­i­ers in­ter­mé­di­aires ou d’une glissière de sécu­rité.

40 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 2001 1393).

Art. 19 Passages  

1 Le nombre, la situ­ation, les di­men­sions et la con­fig­ur­a­tion des pas­sages tels que routes, rampes, voies fer­rées, couloirs, en­trées, sorties et es­cal­i­ers, tant à l’in­térieur des bâ­ti­ments que dans l’en­ceinte de l’en­tre­prise, doivent être tels que ces pas­sages soi­ent prat­ic­ables en toute sé­cur­ité; au be­soin, ils doivent être sig­nalés.

2 Les parties de bâ­ti­ment ou d’in­stall­a­tions qui ne sont pas au niveau du sol doivent être ac­cess­ibles au moy­en d’es­cal­i­ers ou de rampes. Des échelles fixes sont autori­sées s’il s’agit de parties de bâ­ti­ment ou d’in­stall­a­tions peu fréquentées ou si les dif­férences de niveau sont faibles.

3 Si les pre­scrip­tions re­l­at­ives aux pas­sages ne peuvent être en­tière­ment ob­ser­vées sur cer­tains lieux de trav­ail, des mesur­es garan­tis­sant une sé­cur­ité équi­val­ente doi­vent être prises.41

41 Nou­velle ten­eur selon l’art. 55 de l’O du 29 mars 2000 sur les travaux de con­struc­tion, en vi­gueur depuis le 1er juil. 2000 (RO 20001403).

Art. 20 Voies d’évacuation 42  

1 En cas de danger, les postes de trav­ail, lo­c­aux et bâ­ti­ments ain­si que l’en­ceinte de l’en­tre­prise doivent pouvoir être évacu­és rap­idement et sûre­ment à tout mo­ment. Les pas­sages qui ser­vent égale­ment de voies d’évac­u­ation en cas de danger doivent être sig­nalés de man­ière ap­pro­priée et rest­er libres en per­man­ence.

2 Est con­sidéré comme voie d’évac­u­ation le chemin le plus court qui peut être em­prunté pour par­venir à l’air libre, en lieu sûr, depuis n’im­porte quel en­droit d’un bâ­ti­ment, d’un ouv­rage ou d’une in­stall­a­tion.

3 Les por­tes des voies d’évac­u­ation doivent pouvoir, en tout temps, être re­con­nues en tant que tell­es, ouvertes rap­idement dans le sens de la sortie sans re­courir à des moy­ens aux­ili­aires et util­isées en toute sé­cur­ité.43

4 Le nombre, la dis­pos­i­tion et la con­cep­tion des cages d’es­cal­i­ers et des couloirs doi­vent être ad­aptés à l’éten­due et à l’af­fect­a­tion des bâ­ti­ments ou parties de bâ­ti­ment, au nombre d’étages, aux dangers in­hérents à l’en­tre­prise et à l’ef­fec­tif.

42 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 29 sept. 2006, en vi­gueur depuis le 1er nov. 2006 (RO 2006 4185).

43 Nou­velle ten­eur selon le ch. II de l'O du 29 oct. 2008, en vi­gueur depuis le 1er déc. 2008 (RO 2008 5183).

Art. 21 Garde-corps et balustrades  

1 Afin de prévenir la chute de per­sonnes, d’ob­jets, de véhicules et de matéri­aux, les fenêtres à allège de faible hauteur, les ouver­tures amén­agées dans les parois et dans le sol, les es­cal­i­ers et pal­i­ers sans parois latérales, les galer­ies, ponts, passe­relles, plates-formes, postes de trav­ail placés au-des­sus du sol, canaux ouverts, ré­ser­voirs ain­si que les em­place­ments ana­logues seront mu­nis de garde-corps ou de bal­us­tra­des.

2 Il est pos­sible de ren­on­cer aux garde-corps ou bal­us­trades ou d’en ré­duire la hau­teur, lor­sque l’ex­écu­tion de trans­ports ou les opéra­tions de fab­ric­a­tion le rendent in­dis­pens­able et qu’une solu­tion équi­val­ente est ad­op­tée.

Art. 22 Quais de chargement et rampes d’accès  

1 Les quais de chargement doivent avoir au moins une is­sue présent­ant toute sé­­cu­rité.

2 Les quais de chargement et les rampes d’ac­cès doivent être con­çus de telle sorte que les trav­ail­leurs puis­sent éviter les véhicules.

Art. 23 Voies ferrées  

1 Les voies fer­rées, les ai­guilles et les plaques tournantes doivent être dis­posées de man­ière à as­surer une ex­ploit­a­tion ex­empte de risques.

2 Les voies fer­rées à l’in­térieur de bâ­ti­ments ou sur des pas­sages habituelle­ment uti­lisés, sauf celles qui se trouvent sur des chanti­ers, doivent être noyées au niveau du sol. Elles seront dis­posées de telle sorte que les trav­ail­leurs puis­sent éviter les véhi­cules.

Section 2 Equipements de travail 44

44 Nouvelle teneur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vigueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 24 Principe 45  

1 Des équipe­ments de trav­ail ne peuvent être em­ployés dans les en­tre­prises au sens de la présente or­don­nance que dans la mesure où ils ne mettent pas en danger, s’ils sont util­isés avec soin et con­formé­ment à leur des­tin­a­tion, la sé­cur­ité et la santé des trav­ail­leurs.

2 L’ex­i­gence visée à l’al. 1 est not­am­ment con­sidérée comme re­m­plie si l’em­ployeur em­ploie des équipe­ments de trav­ail qui ré­pond­ent aux ex­i­gences des pre­scrip­tions re­l­at­ives à la mise en cir­cula­tion.

3 Les équipe­ments de trav­ail pour lesquels il n’ex­iste aucune régle­ment­a­tion sur la mise sur le marché doivent au moins ré­pon­dre aux ex­i­gences fixées aux art. 25 à 32 et 34, al. 2. Il en va de même pour les équipe­ments de trav­ail qui ont été util­isés pour la première fois av­ant le 31 décembre 1996.46

45 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

46 Nou­velle ten­eur selon le ch. II 9 de l’an­nexe 4 à l'O du 19 mai 2010 sur la sé­cur­ité des produits, en vi­gueur depuis le 1er juil. 2010 (RO 2010 2583).

Art. 25 Capacité de charge  

Les équipe­ments de trav­ail doivent être con­çus de man­ière à sup­port­er les charges et les con­traintes auxquelles ils sont sou­mis lor­squ’ils sont util­isés con­formé­ment aux pre­scrip­tions. La ca­pa­cité de charge sera, au be­soin, in­diquée de ma­nière bi­en visi­ble.

Art. 26 Aménagement et nettoyage  

1 Les équipe­ments de trav­ail doivent être con­çus de telle sorte que des sub­stances nocives, in­flam­mables ou ex­plos­ives, ne puis­sent s’y fix­er ou s’y dé­poser en quanti­tés qui mettent en danger la vie ou la santé des trav­ail­leurs.

2 Dans la mesure où ces phénomènes ne peuvent être évités, les équipe­ments de tra­vail doivent être con­çus de man­ière à pouvoir être nettoyés fa­cile­ment. Ils doivent en outre être nettoyés à in­ter­valles réguli­ers.

Art. 27 Accessibilité 47  

Les équipe­ments de trav­ail doivent être ac­cess­ibles sans danger pour les be­soins de l’ex­ploit­a­tion en con­di­tions de ser­vice nor­males ou par­ticulières (art. 43) et de l’en­tre­tien; à dé­faut, les mesur­es de pro­tec­tion né­ces­saires doivent être prises. Les exi­gences en matière d’hy­giène re­quises aux ter­mes de l’or­don­nance 3 du 18 août 1993 re­l­at­ive à la loi sur le trav­ail (OLT 3)48, not­am­ment en ce qui con­cerne les prin­cipes er­go­nomiques, doivent être re­m­plies.

47 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

48 RS 822.113

Art. 28 Dispositifs et mesures de protection 49  

1 Les équipe­ments de trav­ail con­stitu­ant, lors de leur util­isa­tion, un danger pour les trav­ail­leurs dû à des élé­ments en mouvement, doivent être mu­nis de dispo­si­tifs de pro­tec­tion ap­pro­priés em­pêchant l’ac­cès ou les in­ter­ven­tions dans la zone dange­re­use où se trouvent les élé­ments en mouvement.

2 Si le mode de fonc­tion­nement prévu ex­ige des in­ter­ven­tions avec les mains dans les zones où se trouvent des outils en mouvement, les équipe­ments de trav­ail doivent être mu­nis de dis­pos­i­tifs de pro­tec­tion adéquats, et des mesur­es de pro­tec­tion doi­vent être prises pour in­ter­dire l’ac­cès in­volontaire à la zone.

3 Les équipe­ments de trav­ail con­stitu­ant un danger pour les trav­ail­leurs dû au con­tact cor­porel in­volontaire avec des parties à tem­pérat­ure élevée ou très basse, à des chutes ou à des pro­jec­tions d’ob­jets, ou à des fuites de sub­stances ou de gaz, doivent être mu­nis de dis­pos­i­tifs de pro­tec­tion, ou des mesur­es de pro­tec­tion ap­pro­priées doivent être prises.

4 Les équipe­ments de trav­ail mu­nis de dis­pos­i­tifs de pro­tec­tion ne doivent pouvoir être util­isés que si ces dis­pos­i­tifs sont en po­s­i­tion de sé­cur­ité ou si, en con­di­tions de ser­vice par­ticulières, la sé­cur­ité est garantie d’une autre man­ière.

49 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 29 Sources d’inflammation  

1 Dans les zones ex­posées à un danger d’in­cen­die ou d’ex­plo­sion, les équipe­ments de trav­ail doivent être con­çus et util­isés de telle man­ière qu’ils ne con­stitu­ent pas des sources d’in­flam­ma­tion et qu’aucune sub­stance ne puisse s’en­flam­mer ou se dé­com­poser.50

2 Les mesur­es de sé­cur­ité né­ces­saires seront prises pour prévenir la form­a­tion de charges élec­tro­statiques.

50 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 30 Dispositifs de commande 51  

1 Les équipe­ments de trav­ail et, au be­soin, leurs unités fonc­tion­nelles doivent être mu­nis de dis­pos­i­tifs per­met­tant de les sé­parer ou de les dé­con­necter de n’im­porte quelles sources d’én­er­gie. Toute én­er­gie résidu­elle dangereuse doit pouvoir, le cas échéant, être élim­inée. Les dis­pos­i­tifs doivent être protégés contre tout réen­clen­che­ment sus­cept­ible de présenter un danger pour les trav­ail­leurs.

2 Les dis­pos­i­tifs de com­mande qui ont une in­flu­ence sur la sé­cur­ité de fonc­tionne­ment des équipe­ments de trav­ail doivent re­m­p­lir leur fonc­tion avec fiab­il­ité, être in­stallés de façon à être bi­en vis­ibles et aisé­ment iden­ti­fi­ables, et être mu­nis d’un mar­quage cor­res­pond­ant.

3 La mise en marche des équipe­ments de trav­ail ne doit pouvoir s’ef­fec­tuer que par une ac­tion volontaire sur le sys­tème de com­mande prévu à cet ef­fet.

4 Chaque équipe­ment de trav­ail doit être muni des dis­pos­i­tifs né­ces­saires per­met­tant d’ef­fec­tuer les mises à l’ar­rêt né­ces­saires.

51 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 31 Réservoirs et conduites  

1 Les réser­voirs, ré­cipi­ents, silos et tuyaut­er­ies doivent être mu­nis des dis­pos­i­tifs de fer­meture et de pro­tec­tion né­ces­saires. Ceux-ci seront dis­posés de façon à être bi­en visi­bles. Les mesur­es de pro­tec­tion ap­pro­priées doivent être prises lors des travaux de re­m­plis­sage, de vi­d­ange, d’en­tre­tien ou de nettoy­age.52

2 Les réser­voirs, ré­cipi­ents et tuyaut­er­ies doivent être sig­nalés de façon claire et in­délébile si le con­tenu, la tem­pérat­ure, la pres­sion ou des risques de con­fu­sion pré­sen­tent un danger pour les trav­ail­leurs. Si le sens du cour­ant n’est pas claire­ment re­con­naiss­able, il doit être in­diqué sur les tuyaut­er­ies.

3 Les galer­ies des­tinées au pas­sage de con­duites doivent être con­çues de façon à garantir une dis­pos­i­tion claire des con­duites. Les galer­ies dans lesquelles les tra­vail­leurs peuvent cir­culer, doivent en outre être con­çues de telle sorte qu’ils puis­sent le faire sans danger.

52 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 32 Installations de chauffage pour les besoins techniques  

1 Les in­stall­a­tions de chauff­age pour les be­soins tech­niques doivent être amén­agées et ex­ploitées de man­ière à éviter, en par­ticuli­er les in­cen­dies, les ex­plo­sions, les re­tours de flammes et les in­tox­ic­a­tions. Une amenée d’air suf­f­is­ante sera as­surée dans les lo­c­aux où sont in­stallés les foy­ers.

2 Si des com­bust­ibles pouv­ant pro­voquer des ex­plo­sions sont util­isés, des dis­posi­tifs de dé­com­pres­sion, en par­ticuli­er des clapets d’ex­plo­sion, doivent être in­stallés, hors des zones de trav­ail et de pas­sage. Leur ef­fica­cité ne doit pas être en­travée. Lor­sque des rais­ons d’or­dre tech­nique em­pêchent l’in­stall­a­tion de tels dis­pos­i­tifs, d’autres me­sures de sé­cur­ité doivent être prises.

Art. 32a Utilisation des équipements de travail 53  

1 Les équipe­ments de trav­ail doivent être em­ployés con­formé­ment à leur des­tina­tion. Ils ne seront en par­ticuli­er util­isés que pour les travaux et aux em­place­ments prévus à cet ef­fet. Les in­struc­tions du fab­ric­ant con­cernant leur util­isa­tion doivent être pri­ses en con­sidéra­tion.

2 Les équipe­ments de trav­ail doivent être in­stallés et in­té­grés dans l’en­viron­nement de trav­ail de telle sorte que la sé­cur­ité et la santé des trav­ail­leurs soi­ent garanties. Les ex­i­gences en matière d’hy­giène re­quises aux ter­mes de l’OLT 354, not­am­ment en ce qui con­cerne les prin­cipes er­go­nomiques, doivent être re­m­plies.

3 Les équipe­ments de trav­ail util­isés sur différents sites doivent être sou­mis après chaque mont­age à un con­trôle en vue de s’as­surer de leur in­stall­a­tion cor­recte, de leur par­fait fonc­tion­nement et du fait qu’ils peuvent être util­isés con­formé­ment à leur des­tin­a­tion. Les ré­sultats des con­trôles doivent être con­signés.

4 Les nou­veaux risques que présen­tent les équipe­ments de trav­ail qui ont subi d’im­port­antes modi­fic­a­tions ou qui sont util­isés à d’autres fins que celles qui sont pré­vues par le fab­ric­ant ou non con­formé­ment à leur des­tin­a­tion, doivent être ré­duits de façon à ga­rantir la sé­cur­ité et la santé des trav­ail­leurs.

53 In­troduit par le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

54 RS 822.113

Art. 32b Entretien des équipements de travail 55  

1 Les équipe­ments de trav­ail doivent être en­tre­tenus con­formé­ment aux in­struc­tions du fab­ric­ant. Il con­vi­ent à cet égard de tenir compte de leur des­tin­a­tion et du site d’ex­ploit­a­tion. Les ré­sultats des opéra­tions d’en­tre­tien doivent être con­signés.

2 Les équipe­ments de trav­ail ex­posés à des in­flu­ences nuis­ibles, comme la chaleur, le froid, les sub­stances et les gaz cor­ros­ifs, doivent être con­trôlés régulière­ment se­lon un plan préé­t­abli. Des con­trôles doivent égale­ment être ef­fec­tués lor­sque des événe­ments ex­cep­tion­nels sus­cept­ibles d’avoir une in­cid­ence sur la sé­cur­ité des équipe­ments de trav­ail se sont produits. Les ré­sultats des con­trôles doivent être con­signés.

55 In­troduit par le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 32c Installations à gaz liquéfié 56  

1 Les in­stall­a­tions et les équipe­ments des­tinés à l’en­tre­posage et à l’util­isa­tion de gaz li­quéfié (in­stall­a­tions à gaz li­quéfié) doivent être fab­riqués, ex­ploités et en­tre­tenus de man­ière à éviter les in­cen­dies, les ex­plo­sions, les re­tours de flamme et les in­tox­ic­a­tions et à lim­iter les dom­mages en cas de dys­fonc­tion­nement.

2 Les in­stall­a­tions à gaz li­quéfié doivent être protégées contre les dé­grad­a­tions méca­niques et les in­cen­dies.

3 Les lo­c­aux où se trouvent les in­stall­a­tions à gaz li­quéfié doivent être suf­f­is­am­ment aérés. L’évac­u­ation des gaz d’échap­pe­ment et de l’air doit s’ef­fec­tuer sans danger.

4 Les in­stall­a­tions à gaz li­quéfié, et not­am­ment leur étanchéité, doivent être con­trôlées péri­od­ique­ment ain­si qu’av­ant leur mise en ser­vice, après toute opéra­tion d’en­tre­tien ou toute modi­fic­a­tion.

5 Seules les per­sonnes pouv­ant at­test­er de con­nais­sances suf­f­is­antes en la matière sont ha­bil­itées à fab­riquer, à mod­i­fi­er, à en­tre­t­enir et à con­trôler les in­stall­a­tions à gaz li­quéfié.

6 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion édicte des dir­ect­ives sur la pro­tec­tion des trav­ail­leurs qui fab­riquent, ma­nip­u­lent et con­trôlent des in­stall­a­tions à gaz li­quéfié ain­si que sur la qual­i­fic­a­tion tech­nique de ces derniers. Par ail­leurs, elle tient compte de l’art. 49a de l’or­don­nance du 19 juin 1995 con­cernant les ex­i­gences tech­niques re­quises pour les véhicules rou­ti­ers57 et de l’art. 129 de l’or­don­nance du 8 novembre 1978 sur la nav­ig­a­tion in­térieure58. Elle délègue l’élab­or­a­tion de ces dir­ect­ives à une com­mis­sion spé­cial­isée, com­posée de re­présent­ants des of­fices fédéraux con­cernés et de l’as­so­ci­ation «Cercle de trav­ail GPL59».

56 In­troduit par le ch. I de l’O du 22 fév. 2017, en vi­gueur depuis le 1er avr. 2017 (RO 2017 1657). L’er­rat­um du 4 avr. 2017 ne con­cerne que le texte it­ali­en (RO 2017 2291).

57 RS 741.41

58 RS 747.201.1

59 Gaz de pétrole li­quéfiés

Section 3 Milieu de travail

Art. 33 Aération 60  

La com­pos­i­tion de l’air aux postes de trav­ail ne doit pas présenter de danger pour la santé des trav­ail­leurs. Si elle présente un tel danger, une vent­il­a­tion naturelle ou ar­ti­fi­ci­elle suf­f­is­ante sera as­surée aux postes de trav­ail; au be­soin, d’autres mesur­es tech­niques sont prises.

60 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 34 Bruit et vibrations 61  

1 Les bâ­ti­ments et parties de bâ­ti­ment doivent être amén­agés de man­ière que le bruit ou les vi­bra­tions ne portent pas at­teinte à la sé­cur­ité ou à la santé des trav­ail­leurs.

2 Les équipe­ments de trav­ail doivent être con­çus de telle façon que le bruit ou les vi­bra­tions ne portent pas at­teinte à la sé­cur­ité ou à la santé des trav­ail­leurs.

3 Les procédés de trav­ail et de pro­duc­tion doivent être con­çus et ap­pli­qués de telle sorte que le bruit ou les vi­bra­tions ne portent pas at­teinte à la sé­cur­ité ou à la santé des trav­ail­leurs.

61 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 35 Eclairage  

1 Les lo­c­aux, les postes de trav­ail et les pas­sages à l’in­térieur et à l’ex­térieur des bâ­ti­ments doivent être éclairés de telle sorte que la sé­cur­ité et la santé des trav­ail­leurs ne soi­ent pas mises en danger.62

2 Si la sé­cur­ité l’ex­ige, un éclair­age de secours in­dépend­ant du réseau sera in­stallé.

62 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 36 Dangers d’explosion et d’incendie 63  

1 Dans les en­tre­prises ou parties d’en­tre­prise com­port­ant un danger d’ex­plo­sion ou d’in­cen­die, les mesur­es né­ces­saires doivent être prises pour protéger les trav­ail­leurs contre ces dangers.

2 Il est in­ter­dit de faire us­age de sources d’in­flam­ma­tion dans les zones ex­posées à un danger par­ticuli­er d’ex­plo­sion ou d’in­cen­die. A tous les ac­cès, des af­fiches bi­en visi­bles sig­naleront le danger et sig­ni­fi­eront l’in­ter­dic­tion de fumer. Si l’us­age de sources d’in­flam­ma­tion ne peut être mo­mentané­ment évité, toutes les mesur­es se­ront prises pour prévenir les ex­plo­sions ou les in­cen­dies.

3 Des mesur­es ap­pro­priées seront prises pour em­pêch­er que des sources d’in­flam­ma­tion ne pénètrent dans des zones com­port­ant un danger par­ticuli­er d’ex­plo­sion ou d’in­cen­die et ne puis­sent y produire leurs ef­fets.

63 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 37 Evacuation des déchets et entretien  

1 Les postes de trav­ail, les pas­sages et les lo­c­aux ac­cessoires doivent être main­tenus dans un état de pro­preté et de fonc­tion­nement en toute sé­cur­ité tel que la vie et la santé des trav­ail­leurs ne soi­ent pas mises en danger.64

2 Lors de travaux d’en­tre­tien etde nettoy­age, toutes les mesur­es de pro­tec­tion néces­saires doivent être prises. Les in­stall­a­tions, ap­par­eils, outils et autres moy­ens néces­saires à l’en­tre­tien et au nettoy­age doivent être tenus à dis­pos­i­tion.65

3 Les déchets seront évacu­és de man­ière ap­pro­priée et en­tre­posés ou élim­inés de telle sorte que les trav­ail­leurs ne courent pas de danger.

4 Les trav­ail­leurs ne peuvent cir­culer dans les can­al­isa­tions et in­stall­a­tions sem­bla­bles que si les mesur­es de pro­tec­tion né­ces­saires ont été prises.

64 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

65 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Section 4 Organisation du travail

Art. 38 Vêtements de travail et équipements de protection individuelle 66  

1 Les trav­ail­leurs doivent port­er des vête­ments de trav­ail ap­pro­priés à l’activ­ité qu’ils ex­er­cent. Les vête­ments de trav­ail souillés ou en­dom­magés doivent être nettoyés ou ré­parés lor­squ’ils présen­tent un danger pour ce­lui qui les porte ou pour d’autres trav­ail­leurs.

2 Les vête­ments de trav­ail et les équipe­ments de pro­tec­tion in­di­vidu­elle auxquels ad­hèrent des sub­stances nocives doivent être rangés sé­paré­ment des autres vête­ments et des équipe­ments de pro­tec­tion in­di­vidu­elle.

3 Les vête­ments de trav­ail et les équipe­ments de pro­tec­tion in­di­vidu­elle auxquels ad­hèrent des sub­stances par­ticulière­ment nocives comme l’ami­ante ne doivent pas don­ner lieu à une con­tam­in­a­tion hors de la zone de trav­ail. Ils doivent, de façon ap­pro­priée, être nettoyés ou élim­inés dir­ecte­ment sur place.

66 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 39 Accès interdit  

L’ac­cès aux lieux de trav­ail doit être in­ter­dit aux per­sonnes non autor­isées ou sub­or­don­né à des con­di­tions spé­ciales lor­squ’il re­présente un danger pour les tra­vail­leurs qui y sont oc­cupés ou y pénètrent. Si le danger est per­man­ent, l’in­ter­d­ic­tion ou les con­di­tions d’ac­cès doivent être af­fichées aux différentes en­trées.

Art. 40 Lutte contre le feu  

1 Les dis­pos­i­tifs d’alarme et le matéri­el de lutte contre le feu doivent être fa­cile­ment ac­cess­ibles, sig­nalés de man­ière bi­en vis­ible et prêts à fonc­tion­ner.

2 Les trav­ail­leurs doivent être in­stru­its à in­ter­valles con­ven­ables, en règle générale pendant le temps de trav­ail, sur la con­duite à ob­serv­er en cas d’in­cen­die.

Art. 41 Transport et entreposage  

1 Les ob­jets et matéri­aux doivent être trans­portés et en­tre­posés de façon qu’ils ne puis­sent pas se ren­vers­er, tomber ou gliss­er et par là con­stituer un danger.

2 Des équipe­ments de trav­ail ap­pro­priés doivent être mis à dis­pos­i­tion et util­isés pour lever, port­er et dé­pla­cer des charges lourdes ou en­com­brantes, de telle sorte que la ma­nip­u­la­tion ne porte pas at­teinte à la sé­cur­ité ou à la santé.67

2bis L’em­ployeur in­forme les trav­ail­leurs des dangers liés à la ma­nip­u­la­tion de charges lourdes et en­com­brantes et les in­stru­it sur la façon de lever, port­er et dé­pla­cer ces charges.68

3 Lors de l’empil­age et de l’en­tre­posage de col­is et de marchand­ises en vrac, les mesur­es né­ces­saires doivent être prises selon les cas pour garantir la sé­cur­ité des tra­vail­leurs.69

67 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

68 In­troduit par le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

69 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 42 Transport de personnes 70  

Les équipe­ments de trav­ail des­tinés ex­clus­ive­ment au trans­port de marchand­ises ne doivent pas être util­isés pour le trans­port de per­sonnes. Ils doivent, au be­soin, être sig­nalés en con­séquence.

70 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 43 Travaux effectués sur des équipements de travail 71  

Les opéra­tions ex­écutées en con­di­tions de ser­vice par­ticulières comme l’ajustage ou le change­ment de pro­ces­sus de fab­ric­a­tion, la mise au point ou le réglage, l’ap­pren­tis­sage (la pro­gram­ma­tion), la recher­che ou l’élim­in­a­tion des dé­fauts, le nettoy­age et les travaux d’en­tre­tien, ne doivent être ef­fec­tuées que sur des équipe­ments de trav­ail dont les dangers ont préal­able­ment été écartés.

71 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 44 Substances nocives 72  

1 Lor­sque des sub­stances nocives sont produites, trans­formées, util­isées, con­ser­vées, ma­nip­ulées ou en­tre­posées, ou lor­sque, d’une man­ière générale, des trav­ail­leurs peuvent être ex­posés à des sub­stances dont la con­cen­tra­tion met leur santé en danger, les mesur­es de pro­tec­tion exigées par les pro­priétés de ces sub­stances doivent être prises.73

2 Lor­sque la sé­cur­ité l’ex­ige, les trav­ail­leurs sont tenus de se laver ou de pren­dre d’autres mesur­es de pro­preté, en par­ticuli­er av­ant les pauses et après la fin du tra­vail. Dans ces cas, le temps util­isé à cet ef­fet compte comme temps de trav­ail.

3 Les produits de con­som­ma­tion tels qu’al­i­ments, bois­sons et tabac ne doivent pas en­trer en con­tact avec des sub­stances nocives.

72 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 2 juil. 2008, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2009 (RO 2008 3683).

73 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 2 juil. 2008, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2009 (RO 2008 3683).

Art. 45 Protection contre les rayonnements nocifs 74  

Toutes les mesur­es de pro­tec­tion né­ces­saires doivent être prises lors de l’util­isa­tion de sub­stances ra­dio­act­ives ou d’équipe­ments de trav­ail émet­tant des ray­on­ne­ments ion­is­ants ain­si qu’en cas d’émis­sion de ray­on­ne­ments non ion­is­ants présent­ant un danger pour la santé.

74 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 4675  

Lor­sque des li­quides présent­ant un danger d’in­cen­die sont produits, trans­formés, ma­nip­ulés ou en­tre­posés, il y a lieu de veiller à ce que ces li­quides ou leurs va­peurs ne puis­sent pas s’ac­cu­muler ou se répandre de man­ière dangereuse.

75 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Titre 2 Organisation

Chapitre 1 Sécurité au travail

Section 1 Organes d’exécution

Art. 47 Organes cantonaux d’exécution de la LTr  

Les or­ganes can­tonaux d’ex­écu­tion de la LTr sur­veil­lent l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail dans les en­tre­prises et quant aux équipe­ments de trav­ail, à moins qu’un autre or­gane d’ex­écu­tion ne soit com­pé­tent. Leur com­pétence en matière d’ap­prob­a­tion des plans et d’autor­isa­tion d’ex­ploi­ter dé­coule des art. 7 et 8 LTr.

Art. 48 Organes fédéraux d’exécution de la LTr  

1 Dans les en­tre­prises qu’ils vis­it­ent en ap­plic­a­tion de la LTr, les orga­nes fédéraux d’ex­écu­tion de celle-ci col­laborent à la sur­veil­lance de l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la préven­tion des ac­ci­dents dans le do­maine qui ressortit à la CNA76 en vertu de l’art. 49. La com­mis­sion de co­ordin­a­tion règle, sur pro­posi­tion com­mune du SECO et de la CNA, les dé­tails de cette col­lab­or­a­tion, not­am­ment en ce qui con­cerne la com­pétence de pren­dre des dé­cisions.77

2 Les or­ganes fédéraux d’ex­écu­tion de la LTr veil­lent à ce que les or­ganes can­tonaux ap­pli­quent les pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail de man­ière uni­forme et co­or­donnent leur activ­ité avec l’ex­écu­tion des dis­pos­i­tions de la LTr re­l­at­ives à la pro­tec­tion de la santé et à l’ap­prob­a­tion des plans. Si un or­gane can­ton­al n’ob­serve pas les pre­scrip­tions, le SECO at­tire son at­ten­tion sur les règles en ques­tion et l’in­vite à les re­specter. Le SECO peut, au be­soin, don­ner des in­struc­tions à l’or­gane can­ton­al. En cas d’in­ob­serva­tion per­sist­ante ou répétée des pre­scrip­tions, la com­mis­sion de co­ordin­a­tion doit être in­formée.78

3 Les or­ganes fédéraux d’ex­écu­tion de la LTr sur­veil­lent l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la préven­tion des ac­ci­dents pro­fes­sion­nels dans les ad­minis­tra­tions, les en­tre­prises et les ét­ab­lisse­ments de la Con­fédéra­tion, pour autant que la CNA ne soit pas com­pétente.

76Nou­velle ex­pres­sion selon le ch. I de l’O du 1er juin 1993, en vi­gueur depuis le 1er juil. 1993 (RO 1993 1895).

77Nou­velle ten­eur de la phrase selon l’an­nexe 5 à l’O du 25 nov. 1996 sur les qual­i­fic­a­tions des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1997 (RO 1996 3121).

78 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 49 Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents.
a. Prévention des accidents professionnels
 

1 La CNA sur­veille l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la préven­tion des ac­ci­dents pro­fes­sion­nels dans les en­tre­prises suivantes:

1.
en­tre­prises qui fab­riquent ou trav­ail­lent des sub­stances ex­plos­ives;
2.
en­tre­prises util­is­ant des solvants en grandes quant­ités;
3.
en­tre­prises de ré­vi­sion de citernes;
4.
en­tre­prises de l’in­dus­trie chimique;
5.
en­tre­prises fab­ri­quant des produits en matière syn­thétique;
6.79
en­tre­prises de l’in­dus­trie des ma­chines, de la mé­tal­lur­gie et de l’hor­lo­ger­ie, à l’ex­cep­tion des gar­ages auto­mo­biles et des ateliers de carros­ser­ie-tôler­ie qui leur sont rat­tachés, des ateliers de méca­nique et des en­tre­prises de méca­nique de pré­cision et de mi­croméca­nique;
7.
en­tre­prises fab­ri­quant du papi­er;
8.
tan­ner­ies et fab­riques d’art­icles de cuir ou de chaus­sures;
9.
im­primer­ies;
10.80
ex­ploit­a­tions forestières et en­tre­prises de soins aux arbres;
11.81
en­tre­prises du sec­teur prin­cip­al de la con­struc­tion, en­tre­prises du second œuvre et des tech­niques du bâ­ti­ment, et autres en­tre­prises qui ex­écutent des travaux sur leurs chanti­ers;
12.
en­tre­prises qui, à ciel ouvert ou sous terre, ex­ploit­ent, trait­ent ou trav­ail­lent la pierre ou d’autres matéri­aux;
13.
tu­iler­ies et en­tre­prises de l’in­dus­trie de la céramique;
14.
ver­rer­ies;
15.
en­tre­prises fab­ri­quant de la pierre ar­ti­fi­ci­elle ou de la chaux, plâtrer­ies et ci­men­ter­ies;
16.82
en­tre­prises qui récupèrent, neut­ralis­ent ou élimin­ent des déchets généraux, spé­ci­aux ou in­dus­tri­els;
17.
en­tre­prises milit­aires en ré­gie;
18.83
en­tre­prises de trans­ports;
19.
en­tre­prises aux­ili­aires ou ac­cessoires des en­tre­prises de nav­ig­a­tion aéri­enne (art. 2, al. 3, let. c);
20.
en­tre­prises qui fab­riquent des produits con­ten­ant de l’ami­ante;
21.84
in­stall­a­tions nuc­léaires et autres en­tre­prises dans lesquelles sont ma­nipu­lées des matières ra­dio­act­ives ou dans lesquelles sont émis des ray­on­ne­ments ion­is­antes; l’art. 2, al. 2, let. c, est réser­vé;
22.
en­tre­prises de l’in­dus­trie tex­tile;
23.
en­tre­prises qui produis­ent ou dis­tribuent du gaz ou de l’élec­tri­cité;
24.
en­tre­prises qui trait­ent ou dis­tribuent de l’eau;
25.85
en­tre­prises de l’in­dus­trie du bois et de traite­ment du bois;
26.86
en­tre­prises de loc­a­tion de ser­vices sou­mises à autor­isa­tion en vertu de la loi fédérale du 6 oc­tobre 1989 sur le ser­vice de l’em­ploi et la loc­a­tion de ser­vices87.

2 La CNA sur­veille en outre l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la préven­tion des ac­ci­dents pro­fes­sion­nels pour les équipe­ments de trav­ail suivants:88

1.
in­stall­a­tions de pro­duc­tion auto­matiques ou à com­mande cent­rale, tell­es que groupes de fab­ric­a­tion et chaînes d’em­ballage ou de con­di­tion­nement;
2.89
sys­tèmes de trans­port com­binés com­pren­ant not­am­ment des trans­por­teurs à bande ou à chaîne, des élévateurs à go­dets, des trans­por­teurs sus­pen­dus ou à rou­leaux, des dis­pos­i­tifs pivotants, con­voyeurs ou bas­cu­lants, des monte-charge spé­ci­aux, des plates-formes de levage ou des ger­beurs;
3.
ponts roul­ants, grues à portique ou pivotantes et grues sur cam­i­ons;
4.
in­stall­a­tions in­térieures ou ex­térieures de na­celles ou sièges mo­biles sus­pen­dus lib­re­ment qui ser­vent à ef­fec­tuer des nettoy­ages, des crépiss­ages ou d’au­tres travaux;
5.
ponts mo­biles avec plates-formes ou sièges de trav­ail lev­ables ou ori­ent­ables qui ser­vent à ex­écuter des travaux;
6.90
ma­gas­ins à hauts ray­on­nages dotés d’en­gins de ma­nuten­tion pour l’entre­posage de charges uni­form­isées (fûts, marchand­ises sur palettes) dans les ray­on­nages;
7.91
in­stall­a­tions méca­niques pour le par­cage de véhicules rou­ti­ers;
8.
téléphériques de chanti­ers;
9.
in­stall­a­tions tech­niques de l’armée qui, en temps de paix, sont en­tre­tenues ou ex­ploitées par les trav­ail­leurs des en­tre­prises en ré­gie;
10.
in­stall­a­tions de sé­cur­ité aéri­enne (art. 2, al. 3, let. d);
11.92 équipe­ments sous pres­sion.

3 La CNA sur­veille dans toutes les en­tre­prises l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la préven­tion des risques par­ticuli­ers d’ac­ci­dents in­hérents à la per­sonne du tra­vail­leur.

4 La CNA in­forme l’or­gane can­ton­al d’ex­écu­tion de la LTr des inter­ven­tions aux­quelles elle procède en vertu de l’al. 2.

79 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

80 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

81 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

82 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

83 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

84 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

85 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

86 In­troduit par le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

87 RS 823.11

88 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

89 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

90 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

91 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

92 In­troduit par l’art. 17 al. 2 de l’O du 15 juin 2007 re­l­at­ive à l’util­isa­tion des équipe­ments sous pres­sion, en vi­gueur depuis le 1er juil.2007 (RO 2007 2943).

Art. 50 Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents.
b. Prévention des maladies professionnelles
 

1 La CNA sur­veille l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions sur la préven­tion des mal­ad­ies pro­fes­sion­nelles dans toutes les en­tre­prises.

2 Le Dé­parte­ment fédéral de l’in­térieur (dé­parte­ment) peut in­troduire l’ob­lig­a­tion d’an­non­cer des travaux par­ticulière­ment dangereux pour la santé; il con­sulte au pré­al­able la CNA et les or­gan­isa­tions in­téressées.

3 Après avoir en­tendu les mi­lieux con­cernés, la CNA peut émettre des dir­ect­ives sur les valeurs lim­ites de con­cen­tra­tion des sub­stances tox­iques et sur les valeurs ad­miss­ibles des agents physiques aux postes de trav­ail.93

93 Nou­velle ten­eur selon le ch. 2 de l’an­nexe à l’O du 9 nov. 2016, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2017 (RO 2016 4393).

Art. 51 Organisations spécialisées  

Le do­maine de com­pétence d’une or­gan­isa­tion qual­i­fiée au sens de l’art. 85, al. 3, 2e phrase, de la loi (or­gan­isa­tion spé­cial­isée), de même que son droit de pren­dre des dé­cisions sont déter­minés dans le con­trat qu’elle a passé avec la CNA.

Section 2 Commission de coordination

Art. 52 Coordination des domaines de compétence  

Aux fins de co­or­don­ner les do­maines de com­pétence des or­ganes d’ex­écu­tion, la com­mis­sion de co­ordin­a­tion peut not­am­ment:

a.
définir plus en dé­tail les tâches des or­ganes d’ex­écu­tion;
b.
or­gan­iser, d’en­tente avec la CNA, la col­lab­or­a­tion des or­ganes can­tonaux d’ex­écu­tion de la LTr dans le do­maine de com­pétence de la CNA;
c.
con­fi­er aux or­ganes fédéraux d’ex­écu­tion de la LTr ou à la CNA des tâches qu’un or­gane can­ton­al n’est pas en mesure de re­m­p­lir, faute de per­son­nel ou de moy­ens matéri­els ou tech­niques, et cela jusqu’à ce que cet or­gane dis­pose des moy­ens né­ces­saires.
Art. 52a Directives de la commission de coordination 94  

1 Aux fins d’as­surer une ap­plic­a­tion uni­forme et adéquate des pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail, la com­mis­sion de co­ordin­a­tion peut élaborer des dir­ect­ives. Elle tient compte du droit in­ter­na­tion­al en la matière.

2 L’em­ployeur est présumé se con­form­er aux pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail con­crét­isées par les dir­ect­ives, s’il ob­serve ces dernières.

3 L’em­ployeur peut se con­form­er aux pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail d’une autre ma­nière que celle qui est prévue par les dir­ect­ives, s’il prouve que la sé­cur­ité des trav­ail­leurs est égale­ment garantie.

94 In­troduit par le ch. I de l’O du 5 mai 1999, en vi­gueur depuis le 1er juin 1999 (RO 1999 1752).

Art. 53 Compétences de la commission de coordination 95  

La com­mis­sion de co­ordin­a­tion peut not­am­ment:

a.
ar­rêter la procé­dure que doivent suivre les or­ganes d’ex­écu­tion lor­squ’ils ef­fec­tu­ent des con­trôles, donnent des in­struc­tions ou prennent des mesur­es d’ex­écu­tion;
b.
élaborer, en vue de prévenir des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels déter­minés, des pro­grammes na­tionaux ou ré­gionaux de pro­mo­tion de la sé­cur­ité au trav­ail dans cer­taines catégor­ies d’en­tre­prises ou de pro­fes­sions (pro­grammes de sé­cur­ité);
c.
promouvoir l’in­form­a­tion et l’in­struc­tion des em­ployeurs et des trav­ail­leurs dans l’en­tre­prise, l’in­form­a­tion des or­ganes d’ex­écu­tion ain­si que la forma­tion et le per­fec­tion­nement de leurs agents;
d.96
char­ger les or­ganes d’ex­écu­tion de la LTr d’an­non­cer des entre­prises, in­stalla­tions, équipe­ments de trav­ail et travaux de con­struc­tion déter­minés qui relèvent du do­maine de com­pétence de la CNA ain­si que cer­tains travaux dangereux pour la santé;
e.
dévelop­per la co­ordin­a­tion entre l’ex­écu­tion de la présente or­don­nance et celle d’autres lé­gis­la­tions;
f.
or­gan­iser et co­or­don­ner avec d’autres in­sti­tu­tions la form­a­tion com­plé­men­taire ou post­graduée et la form­a­tion con­tin­ue des spé­cial­istes de la sé­cur­ité au trav­ail dans le cadre des pre­scrip­tions du Con­seil fédéral.

95 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 5 mai 1999, en vi­gueur depuis le 1er juin 1999 (RO 1999 1752).

96 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 54 Règlement d’indemnisation  

La com­mis­sion de co­ordin­a­tion ét­ablit le règle­ment d’in­dem­nisa­tion des or­ganes d’ex­écu­tion et le sou­met à l’ap­prob­a­tion du dé­parte­ment.

Art. 55 Organisation  

1 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion se donne un règle­ment in­térieur, qu’elle sou­met à l’ap­prob­a­tion du dé­parte­ment. Elle peut, selon les be­soins, char­ger des com­mis­sions spé­cial­isées d’ex­am­iner des ques­tions par­ticulières et se faire as­sister par des ex­perts et des re­présent­ants d’or­gan­isa­tions in­téressées.97

2 La CNA as­sure le secrétari­at de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion.

97 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 56 Acquisition de données 98  

Les or­ganes d’ex­écu­tion et les as­sureurs doivent fournir à la com­mis­sion de co­ordi­na­tion les ren­sei­gne­ments lui per­met­tant de con­stituer les bases né­ces­saires à son ac­tion, not­am­ment à l’ét­ab­lisse­ment de stat­istiques et au cal­cul du sup­plé­ment de prime af­férent à la préven­tion des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels (art. 87 LAA). Les as­sureurs doivent mettre gra­tu­ite­ment à la dis­pos­i­tion de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion les don­nées stat­istiques réunies pour les be­soins de l’as­sur­ance.

98 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 57 Consultation des organisations intéressées  

La com­mis­sion de co­ordin­a­tion doit con­sul­ter les or­gan­isa­tions in­téressées av­ant toute dé­cision im­port­ante. Par dé­cisions im­port­antes on en­tend not­am­ment:

a.99
l’émis­sion de dir­ect­ives;
b.
l’élab­or­a­tion de pro­grammes de sé­cur­ité;
c.
la pro­pos­i­tion faite au Con­seil fédéral d’édicter des pre­scrip­tions sur la sécu­ri­té au trav­ail;
d.
les pro­pos­i­tions con­cernant la fix­a­tion du sup­plé­ment de prime af­férent à la préven­tion des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels;
e.
le man­dat don­né à la CNA de con­clure un con­trat avec une or­gan­isa­tion spé­cial­isée (art. 85, al. 3, 2e phrase, LAA).

99Nou­velle ten­eur selon le ch. I du l’O du 5 mai 1999, en vi­gueur depuis le 1er juin1999 (RO 1999 1752).

Art. 58 Rapports d’activité  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion présen­tent chaque an­née à la com­mis­sion de co­ordin­a­tion un rap­port sur leur activ­ité en matière de sé­cur­ité au trav­ail.

2 Chaque an­née, jusqu’à la fin juin au plus tard, la com­mis­sion de co­ordin­a­tion sou­met à l’ap­prob­a­tion du Con­seil fédéral un rap­port sur son activ­ité de l’an­née précédente. Une fois ap­prouvé, ce rap­port est rendu pub­lic.100

100 Nou­velle ten­eur selon le ch. 2 de l’an­nexe à l’O du 9 nov. 2016, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2017 (RO 2016 4393). Er­rat­um du 21 fév. 2017 (RO 2017 651).

Chapitre 2 Prévention des accidents non professionnels

Art. 59  

1 La CNA et les autres as­sureurs gèrent une in­sti­tu­tion de droit privé ap­pelée «Bur­eau suisse de préven­tion des ac­ci­dents» (bpa), dont le champ d’activ­ité s’étend à tou­te la Suisse.101

2 Le bpa en­cour­age la préven­tion des ac­ci­dents non pro­fes­sion­nels, en par­ticu­li­er des ac­ci­dents de la cir­cu­la­tion, de sport et au foy­er, not­am­ment:102

a.
en in­form­ant le pub­lic des dangers d’ac­ci­dents;
b.
en con­seil­lant d’autres or­gan­isa­tions qui s’oc­cu­pent de la préven­tion des acci­dents non pro­fes­sion­nels.

3 Il col­labore avec les pouvoirs pub­lics et les or­gan­isa­tions à but ana­logue et co­or­donne les ef­forts en­tre­pris dans ce do­maine.

4 Chaque an­née, jusqu’à la fin juil­let au plus tard, le bpa présente au Con­seil fédé­ral un rap­port sur l’activ­ité qu’il a déployée dur­ant l’an­née précédente à charge du sup­plé­ment de prime pour la préven­tion des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels (art. 88, al. 2, LAA). Ce rap­port est rendu pub­lic.103

101 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

102 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

103 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Titre 3 Exécution des prescriptions sur la sécurité au travail

Chapitre 1 Contrôles, instructions et exécution

Section 1 Contrôles

Art. 60 Conseils  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion in­for­ment de man­ière ap­pro­priée les em­ployeurs et les trav­ail­leurs ou leurs re­présent­ants au sein de l’en­tre­prise des ob­lig­a­tions leur in­com­bant et des pos­sib­il­ités s’of­frant à eux en matière de sé­cur­ité au trav­ail.104

2 L’em­ployeur a le droit de de­mander con­seil à l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent au sujet des mesur­es de sé­cur­ité qu’il doit pren­dre.

104 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

Art. 61 Visites d’entreprises et enquêtes  

1 Les vis­ites d’en­tre­prises peuvent avoir lieu avec ou sans préav­is. L’em­ployeur est tenu de per­mettre aux or­ganes d’ex­écu­tion com­pétents, pendant les heures de tra­vail et, en cas d’ur­gence, égale­ment en de­hors de celles-ci, d’ac­céder à tous les lo­caux et postes de trav­ail, d’ef­fec­tuer des véri­fic­a­tions et de pré­lever des échan­tillons.

1bis105

2 Les or­ganes d’ex­écu­tion sont autor­isés à in­ter­ro­g­er l’em­ployeur et, hors de la pré­sence de tiers, les trav­ail­leurs oc­cupés dans l’en­tre­prise, sur l’ap­plic­a­tion des pres­crip­tions re­l­at­ives à la sé­cur­ité au trav­ail.

3 Les em­ployeurs et les trav­ail­leurs sont tenus de fournir aux or­ganes d’ex­écu­tion tous les ren­sei­gne­ments dont ils ont be­soin pour sur­veiller l’ap­plic­a­tion des pres­crip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail. Si des in­vest­ig­a­tions spé­ciales sont né­ces­saires, l’or­gane d’ex­écu­tion peut ex­i­ger de l’em­ployeur un rap­port d’ex­pert­ise tech­nique.

4 L’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent doit con­sign­er par écrit les con­stata­tions faites lors d’une vis­ite d’en­tre­prise, de même que le ré­sultat d’une en­quête.

105 In­troduit par le ch. I de l’O du 6 oct. 1997 (RO 1997 2374). Ab­ro­gé par le ch. 2 de l’an­nexe à l’O du 9 nov. 2016, avec ef­fet au 1er janv. 2017 (RO 2016 4393).

Art. 62 Avertissement à l’employeur  

1 Si une vis­ite d’en­tre­prise révèle qu’il y a in­frac­tion aux pre­scrip­tions sur la sécu­rité au trav­ail, l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent at­tire l’at­ten­tion de l’em­ployeur sur cette in­ob­serva­tion et lui fixe un délai con­ven­able pour y re­médi­er. Cet aver­tisse­ment doit être con­firmé par écrit à l’em­ployeur.

2 En cas d’ur­gence, l’or­gane d’ex­écu­tion ren­once à l’aver­tisse­ment et prend une dé­cision au sens de l’art. 64. Si des mesur­es pro­vis­oires sont né­ces­saires, il y a lieu d’en aviser l’autor­ité can­tonale char­gée de l’en­traide ju­di­ci­aire (art. 86, al. 2, LAA).

Art. 63 Plaintes  

L’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent est tenu d’ex­am­iner les plaintes pour in­ob­serva­tion de pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail et, lor­squ’elles sont fondées, de procéder con­formé­ment aux art. 62, 64 à 69.

Section 2 Instructions

Art. 64 Décision 106  

1 Si aucune suite n’est don­née à un aver­tisse­ment, l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent, après avoir en­tendu l’em­ployeur et les trav­ail­leurs dir­ecte­ment in­téressés, or­donne les mesur­es né­ces­saires par la voie d’une dé­cision et fixe à l’em­ployeur un délai con­ven­able pour les ex­écuter.

2107

106 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 6 oct. 1997, en vi­gueur depuis le 1er janv. 1998 (RO 1997 2374).

107 Ab­ro­gé par le ch. 2 de l’an­nexe à l’O du 9 nov. 2016, avec ef­fet au 1er janv. 2017 (RO 2016 4393).

Art. 65 Confirmation d’exécution de l’employeur 108  

1 L’em­ployeur doit aviser l’or­gane d’ex­écu­tion qui a pris la dé­cision, au plus tard à l’ex­pir­a­tion du délai qui lui a été im­parti, de l’ex­écu­tion des mesur­es or­don­nées.

2 S’il ne peut pas re­specter ce délai, il doit, av­ant l’ex­pir­a­tion de ce­lui-ci, présenter une de­mande de pro­long­a­tion dû­ment motivée et en in­form­er les trav­ail­leurs in­té­ressés.

108 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Section 3 Exécution

Art. 66 Augmentation de prime  

1 Si l’em­ployeur ne donne pas suite à une dé­cision ex­écutoire ou s’il contre­vi­ent d’une autre man­ière aux pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail, son en­tre­prise peut être classée dans un de­gré plus élevé du tarif des primes (aug­ment­a­tion de prime). En cas d’ur­gence, les mesur­es né­ces­saires de con­trainte (art. 67) seront prises.

2 L’aug­ment­a­tion de prime est fixée con­formé­ment à l’art. 113, al. 2, de l’or­don­nance du 20 décembre 1982 sur l’as­sur­ance-ac­ci­dents109 et or­don­née par l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent qui in­di­quera à partir de quand et pour quelle durée elle est val­able. L’as­sureur doit pren­dre im­mé­di­ate­ment la dé­cision d’aug­ment­a­tion. Il ad­resse un double de celle-ci à l’or­gane d’ex­écu­tion.

3 Lor­squ’il y a change­ment d’as­sureur pendant la durée de valid­ité de l’aug­men­ta­tion de prime, le nou­vel as­sureur doit per­ce­voir la surprime. Av­ant de fix­er la prime, il doit s’as­surer qu’elle n’a pas fait l’ob­jet d’une aug­ment­a­tion.

Art. 67 Mesures de contrainte  

1 Si un em­ployeur ne donne pas suite à une dé­cision ex­écutoire, l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent peut, au be­soin avec le con­cours de l’autor­ité can­tonale (art. 68), pren­dre les mesur­es né­ces­saires au ré­t­ab­lisse­ment de l’or­dre légal (art. 41 de la LF du 20 déc. 1968 sur la pro­cé­dure ad­min­is­trat­ive110); ces mesur­es peuvent s’ac­com­pag­n­er d’une aug­men­ta­tion de prime.

2 Si la vie ou la santé de trav­ail­leurs est dir­ecte­ment et sérieuse­ment men­acée, l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent de­mande à l’autor­ité can­tonale (art. 68) de pren­dre les mesur­es pro­vis­oires prévues à l’art. 86, al. 2, de la loi. L’autor­ité can­tonale in­forme l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent des mesur­es qu’elle a prises.

Art. 68 Autorité cantonale  

Les can­tons désignent l’autor­ité com­pétente pour pren­dre les mesur­es de con­trainte ad­min­is­trat­ive prévues à l’art. 86 de la loi et en in­for­ment la com­mis­sion de co­ordi­na­tion.

Chapitre 2 Autorisation de déroger aux prescriptions

Art. 69  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion peuvent, à la de­mande écrite de l’em­ployeur, autor­iser, à titre ex­cep­tion­nel et au cas par cas, des dérog­a­tions aux pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail lor­sque:

a.
l’em­ployeur prend une autre mesure aus­si ef­ficace; ou
b.
l’ap­plic­a­tion de la pre­scrip­tion serait d’une ri­gueur ex­cess­ive et que la dérog­a­tion de­mandée est com­pat­ible avec la pro­tec­tion des trav­ail­leurs.111

2 Av­ant de présenter sa de­mande, l’em­ployeur doit, con­formé­ment à l’art. 6a, con­sul­ter les trav­ail­leurs touchés ou leurs re­présent­ants. Il doit con­sign­er le ré­sultat de cette con­sulta­tion dans sa re­quête.112

3 L’oc­troi ou le re­fus de l’autor­isa­tion est no­ti­fié à l’em­ployeur au moy­en d’une déci­sion. L’em­ployeur doit port­er à la con­nais­sance des trav­ail­leurs in­téressés, de ma­nière ap­pro­priée, l’autor­isa­tion qui lui a été ac­cordée.

4 Lor­sque c’est l’or­gane can­ton­al d’ex­écu­tion de la LTr qui est com­pé­tent pour ac­cord­er une autor­isa­tion, il re­quiert au préal­able le rap­port de l’or­gane d’ex­écu­tion fédéral et, par son in­ter­mé­di­aire, ce­lui de la CNA.113

111 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

112 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, en vi­gueur depuis le 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

113 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Chapitre 3 Banque de données de la commission de coordination114

114 Introduit par le ch. I de l’O du 22 nov. 2000 (RO 2000 2917). Nouvelle teneur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2012, en vigueur depuis le 15 mai 2012 (RO 20122405).

Art. 69a Banque de données relatives à l’exécution  

1 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion veille à la mise en place d’un sys­tème auto­mat­isé pour la ges­tion des don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion des pre­scrip­tions sur la sé­cur­ité au trav­ail (banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion).

2 La CNA gère la partie de la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion qui cor­res­pond à sa com­pétence en matière de sé­cur­ité au trav­ail.

3 Le SECO gère la partie de la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion qu’il ex­ploite en vertu de l’art. 85, al. 1, let. d, de l’or­don­nance 1 du 10 mai 2000 re­l­at­ive à la loi sur le trav­ail115.

Art. 69b But  

La banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion sert:

a.
aux or­ganes d’ex­écu­tion pour saisir, plani­fi­er, ap­pli­quer, co­or­don­ner et ana­lys­er leurs mesur­es de sur­veil­lance et d’ex­écu­tion;
b.
à la com­mis­sion de co­ordin­a­tion pour ac­com­plir ses pro­pres tâches, not­am­ment celles visées aux art. 52 à 58;
c.
à ét­ab­lir des évalu­ations dans le cadre de la sé­cur­ité au trav­ail.
Art. 69c Contenu de la banque de données relatives à l’exécution  

La banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion con­tient:

a.
les don­nées re­l­at­ives aux com­pétences et aux activ­ités des or­ganes d’exé­cu­tion;
b.
les don­nées an­onymisées re­l­at­ives aux sin­is­tres, re­cueil­lies en vertu de l’art. 79, al. 1, de la loi;
c.
les don­nées suivantes re­l­at­ives aux en­tre­prises:
1.
numéro d’iden­ti­fic­a­tion de l’en­tre­prise en vertu de l’or­don­nance du 30 juin 1993 sur le Re­gistre des en­tre­prises et des ét­ab­lisse­ments (OREE)116 ou de la loi fédérale du 18 juin 2010 sur le numéro d’identi­fic­a­tion des en­tre­prises (LIDE)117,
2.
as­sureur,
3.
numéro de l’as­sureur ou numéro de la po­lice d’as­sur­ance.
Art. 69d Saisie des données  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion (art. 47 à 49) saisis­sent les don­nées men­tion­nées à l’art. 69c, let. a, dans la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion.

2 Les as­sureurs fourn­is­sent les don­nées men­tion­nées à l’art. 69c, let. b et c, dir­ecte­ment aux Ges­tion­naires des banques de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion men­tion­nées à l’art. 69a al. 2 ou 3 re­spect­ive­ment par l’in­ter­mé­di­aire de l’or­gan­isme char­gé de gérer les in­form­a­tions au sens de l’art. 79, al.1, de la loi.

Art. 69e Autorisation d’accès  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion et le secrétari­at de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion sont autor­isés à ac­céder à la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion.

2 Seuls les or­ganes d’ex­écu­tion de la LTr ain­si que le secrétari­at de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion sont autor­isés à ac­céder aux don­nées re­l­at­ives aux en­tre­prises men­tion­nées à l’art. 69c, let. c.

3 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion règle les mod­al­ités des autor­isa­tions d’ac­cès. Ces autor­isa­tions doivent être re­streintes autant que né­ces­saire, not­am­ment pour protéger les don­nées per­son­nelles ou spé­ci­fiques aux en­tre­prises et eu égard à d’éven­tuels con­flits d’in­térêts.

Art. 69f Communication de données à des tiers  

1 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion peut mettre à la dis­pos­i­tion d’autor­ités, d’orga­nisa­tions ou de par­ticuli­ers in­téressés des don­nées an­onymisées pour qu’ils puis­sent procéder à leurs pro­pres ana­lyses. A cette fin, elle peut fournir aux in­téressés des ex­traits de la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion ou leur ac­cord­er une autor­isa­tion d’ac­cès re­streint.

2 Elle garantit que la com­mu­nic­a­tion de don­nées à des tiers ne per­mettra pas de dé­duire l’iden­tité des en­tre­prises, autor­ités, as­surés ou as­sureurs in­scrits dans la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion.

Art. 69g Protection contre la perte de données, protocole de consultation et sécurité des données  

1 Les ser­vices ha­bil­ités à saisir les don­nées, à les traiter et à y ac­céder prennent les mesur­es tech­niques et or­gan­isa­tion­nelles né­ces­saires pour prévenir la perte de leurs don­nées et pour em­pêch­er tout dé­tourne­ment de celles-ci et tout traite­ment ou con­sulta­tion non autor­isés.

2 Les Ges­tion­naires des banques de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion men­tion­nées à l’art. 69a al. 2 et 3 doivent veiller à ce que l’ac­cès aux don­nées re­l­at­ives aux sin­is­tres et aux en­tre­prises (art. 69c, let. b et c) soit auto­matique­ment en­re­gis­tré sur un pro­to­cole in­di­quant quels util­isateurs ont eu ac­cès à la banque de don­nées et à quel mo­ment. Les as­sureurs peuvent ob­tenir, sur de­mande, un ex­trait de ces proto­coles auprès de la CNA ou du SECO.

Art. 69h Mandats de prestations pour la gestion de la banque de données relatives à l’exécution  

La com­mis­sion de co­ordin­a­tion peut con­clure avec les ser­vices char­gés de gérer la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion (art. 69a, al. 2 et 3) des man­dats de presta­tions réglant les mod­al­ités, not­am­ment leurs tâches et leurs in­dem­nités.

Art. 69i Droit de renseignement  

1 Les en­tre­prises ont le droit de de­mander des ren­sei­gne­ments sur les don­nées qui les con­cernent auprès du ser­vice char­gé de gérer la banque de don­nées (art. 69a) ou auprès des or­ganes d’ex­écu­tion com­pétents.

2 Le ser­vice ou l’or­gane d’ex­écu­tion com­pétent com­mu­nique gra­tu­ite­ment l’in­té­gral­ité des don­nées con­cernées dans les 30 jours à compt­er de la ré­cep­tion de la de­mande; en prin­cipe, il les com­mu­nique par écrit.

3 Les per­sonnes autor­isées à de­mander des ren­sei­gne­ments peuvent ex­i­ger que les don­nées er­ronées qui les con­cernent soi­ent rec­ti­fiées, com­plétées ou re­tirées de la banque de don­nées.

Art. 69j Qualité des données et rectification des données  

1 Le ser­vice qui fournit les don­nées ou qui les sais­it dans la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion est tenu de veiller à ce qu’elles soi­ent cor­rect­es, à jour et com­plètes.

2 Si les per­sonnes autor­isées à de­mander des ren­sei­gne­ments ou à ac­céder à la banque de don­nées re­l­at­ives à l’ex­écu­tion con­stat­ent que des in­scrip­tions sont er­ronées ou ne sont plus à jour, le secrétari­at de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion fait rec­ti­fier les don­nées con­cernées.

Titre 4 Prévention dans le domaine de la médecine du travail

Chapitre 1 Assujettissement

Art. 70  

1 Afin de prévenir des mal­ad­ies pro­fes­sion­nelles pro­pres à des catégor­ies d’entre­pri­ses ou à des genres de travaux déter­minés ain­si que pour prévenir cer­tains ris­ques d’ac­ci­dents in­hérents à la per­sonne du trav­ail­leur, la CNA peut, par une déci­sion, as­sujet­tir une en­tre­prise, une partie d’en­tre­prise ou un trav­ail­leur aux pres­crip­tions sur la préven­tion dans le do­maine de la mé­de­cine du trav­ail.

2 Lors de l’as­sujet­tisse­ment, la CNA doit tenir compte de la nature des travaux ef­fec­tués, de l’ex­péri­ence ac­quise et des en­sei­gne­ments de la sci­ence. Si les condi­tions d’ex­ploit­a­tion ne sont pas ét­ablies avec une clarté suf­f­is­ante ou si l’im­port­ance du risque ne peut être ap­pré­ciée d’avance, l’as­sujet­tisse­ment peut être dé­cidé à titre pro­vi­soire pour une durée de quatre ans au plus.

3 Après avoir en­tendu la com­mis­sion de co­ordin­a­tion et les or­gan­isa­tions in­téres­sées, le dé­parte­ment peut édicter des pre­scrip­tions sur la préven­tion des mal­ad­ies profes­sion­nelles dans des catégor­ies d’en­tre­prises déter­minées ou pour cer­tains gen­res de travaux ain­si que sur la préven­tion de risques par­ticuli­ers d’ac­ci­dents in­hé­rents à la per­sonne du trav­ail­leur.

Chapitre 2 Examens préventifs

Art. 71 Généralités  

1 L’em­ployeur doit veiller à ce que les trav­ail­leurs auxquels s’ap­pli­quent les pres­crip­tions sur la préven­tion dans le do­maine de la mé­de­cine du trav­ail soi­ent sou­mis à des ex­a­mens médi­caux préven­tifs. Un ex­a­men préven­tif doit en outre être de­mandé à la CNA dès qu’il ap­par­aît qu’un trav­ail­leur court un danger ac­cru.

2 La CNA déter­mine le genre des ex­a­mens et sur­veille leur ex­écu­tion.118

3 L’em­ployeur doit con­fi­er ces ex­a­mens au mé­de­cin le plus proche qui soit apte à y procéder. La CNA peut aus­si les faire elle-même ou y faire procéder.119

4 Les ex­a­mens faits, le mé­de­cin ad­resse à la CNA le rap­port qui lui est de­mandé, dans le­quel il fait part de son avis quant à l’aptitude du trav­ail­leur (art. 78). S’il y a des rais­ons pour que le trav­ail­leur cesse im­mé­di­ate­ment d’ex­er­cer l’activ­ité dange­re­use, le mé­de­cin en in­forme la CNA sans délai.120

118 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

119 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

120 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 72 Examens d’embauche  

1 L’em­ployeur doit an­non­cer à la CNA, au plus tard 30 jours après le début des tra­vaux, tout nou­veau trav­ail­leur auquel s’ap­pli­quent les pre­scrip­tions sur la préven­tion dans le do­maine de la mé­de­cine du trav­ail. Celle-ci ex­am­ine si le trav­ail­leur a déjà fait l’ob­jet d’une dé­cision quant à son aptitude à ex­écuter les travaux en cause (art. 78) et in­dique à l’em­ployeur si un ex­a­men d’em­bauche est né­ces­saire. La CNA peut autor­iser des dérog­a­tions à l’ob­lig­a­tion d’an­non­cer les nou­veaux trav­ail­leurs.121

2 Les trav­ail­leurs auxquels s’ap­pli­quent les pre­scrip­tions sur les ex­a­mens préven­tifs et qui n’ont pas fait l’ob­jet d’une dé­cision quant à leur aptitude, doivent subir un exa­menmédic­al au plus tard 30 jours après ré­cep­tion de la com­mu­nic­a­tion de la CNA.122

3 Les trav­ail­leurs prévus pour des travaux en mi­lieu hy­per­bare tels que des travaux de con­struc­tion dans l’air comprimé ou des travaux de scaphandriers sont déclarés im­mé­di­ate­ment. L’ex­a­men d’em­bauche est ef­fec­tué av­ant le début du trav­ail. Le trav­ail­leur ne doit pas ef­fec­tuer le trav­ail com­port­ant des dangers av­ant que la CNA n’ait pris po­s­i­tion.123

4 La CNA peut égale­ment, pour d’autres activ­ités et ex­pos­i­tions, faire procéder à un ex­a­men d’em­bauche av­ant le début des travaux ou y procéder elle-même si une oc­cu­pa­tion, même de courte durée, peut mettre en danger le trav­ail­leur ou que la pour­suite de sa form­a­tion dépende de la dé­cision d’aptitude.124

121 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

122 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

123 Nou­velle ten­eur selon l’art. 61 de l’O du 15 avr. 2015 sur la sé­cur­ité des trav­ail­leurs lors de travaux en mi­lieu hy­per­bare, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2016 (RO 20151187).

124In­troduit par le ch. I de l’O du 1er juin 1993, en vi­gueur depuis le 1er juil.1993 (RO 1993 1895).

Art. 73 Examens de contrôle  

1 Selon le ré­sultat de l’ex­a­men médic­al et les con­di­tions de trav­ail, la CNA pre­scrit des ex­a­mens de con­trôle péri­od­iques.125

2 Les trav­ail­leurs qui, à la date fixée pour un ex­a­men de con­trôle, n’ex­er­cent pas de travaux rend­ant ce con­trôle ob­lig­atoire, ne doivent être réex­am­inés que lor­squ’ils sont réaf­fectés à de tels travaux. Dans ce cas, l’ex­a­men de con­trôle doit avoir lieu dans les 30 jours qui suivent la re­prise de l’activ­ité en cause.126

125 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

126 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 74 Examens ultérieurs  

Lor­sque des rais­ons d’or­dre médic­al l’ex­i­gent, la CNA peut or­don­ner des ex­a­mens après que le trav­ail­leur a cessé d’ex­er­cer l’activ­ité nuis­ible à la santé.

Art. 75 Indemnisation  

La CNA in­dem­nise le trav­ail­leur pour les frais né­ces­saires de voy­age, de lo­ge­ment et d’en­tre­tien oc­ca­sion­nés par les ex­a­mens préven­tifs et com­pense sa perte de sa­laire dans les lim­ites du gain max­im­um as­suré (art. 15 LAA).

Art. 76 Livrets de contrôle  

1 Pour les trav­ail­leurs auxquels s’ap­pli­quent les pre­scrip­tions sur les ex­a­mens pré­ven­tifs et qui sont ex­posés à des risques par­ticuli­ers, la CNA peut in­troduire des livrets per­son­nels de con­trôle.

2 L’em­ployeur doit in­scri­re dans le livret la nature du danger et la durée pendant laquelle le trav­ail­leur a été ex­posé à ce­lui-ci. La CNA y con­signe les dé­cisions quant à l’aptitude du trav­ail­leur (art. 78) et la date du prochain ex­a­men de con­trôle ou du prochain ex­a­men ultérieur.

3 L’em­ployeur con­serve le livret de con­trôle. A la fin des rap­ports de trav­ail, il le re­met au trav­ail­leur, à l’in­ten­tion du nou­vel em­ployeur.

Art. 77 Inobservation des règles concernant les examens médicaux  

1 Si l’ex­a­men d’em­bauche ou l’ex­a­men de con­trôle n’a pas lieu dans le délai fixé, le trav­ail­leur ne peut ni être af­fecté ni con­tin­uer à être af­fecté à un trav­ail dangereux tant que l’ex­a­men n’a pas été ef­fec­tué et que la CNA ne s’est pas pro­non­cée sur l’ap­titude du trav­ail­leur (art. 78).

2 Si le trav­ail­leur se sous­trait à un ex­a­men de préven­tion et s’il con­tracte par la suite la mal­ad­ie pro­fes­sion­nelle en cause ou qu’il en ré­sulte une ag­grav­a­tion de celle-ci ou en­core si le trav­ail­leur subit un ac­ci­dent en rais­on d’un risque in­hérent à sa per­sonne, les presta­tions d’as­sur­ance en es­pèces sont ré­duites ou re­fusées con­formé­ment à l’art. 21, al. 1, LP­GA.127

127 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

Chapitre 3 Exclusion de travailleurs menacés

Art. 78 Décision quant à l’aptitude d’un travailleur  

1 La CNA peut dé­cider d’ex­clure d’un trav­ail dangereux (in­aptitude) un trav­ail­leur auquel s’ap­pli­quent les pre­scrip­tions sur la préven­tion dans le do­maine de la méde­cine du trav­ail, ou de l’autor­iser à ex­écuter ce trav­ail à cer­taines con­di­tions (aptitude con­di­tion­nelle). L’em­ployeur reçoit une copie de la dé­cision. Si le trav­ail­leur est en mesure d’ex­écuter sans con­di­tion le trav­ail con­sidéré (aptitude), la CNA l’en in­forme ain­si que l’em­ployeur.128

2 L’in­aptitude ne peut être pro­non­cée que si le trav­ail­leur est sérieuse­ment men­acé par la pour­suite de l’activ­ité ex­er­cée jusqu’al­ors. Elle peut être tem­po­raire ou perma­nente. La dé­cision doit at­tirer l’at­ten­tion du trav­ail­leur sur les pos­sib­il­ités qu’il a d’être con­seillé et in­dem­nisé (art. 82, 83 et 86).129

3130

128 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

129 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

130Ab­ro­gé par l’art. 140 al. 2 de l’O du 22 juin 1994 sur la ra­diopro­tec­tion, avec ef­fet au 1er oct. 1994 (RO 1994 1947).

Art. 79 Obligation d’annoncer 131  

Les autres or­ganes d’ex­écu­tion, les as­sureurs et les em­ployeurs an­non­cent à la CNA les trav­ail­leurs auxquels les pre­scrip­tions sur l’in­aptitude leur parais­sent ap­plic­ables, même s’il s’agit de trav­ail­leurs d’une en­tre­prise non as­sujet­tie aux pre­scrip­tions sur la préven­tion dans le do­maine de la mé­de­cine du trav­ail.

131 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 80 Effets des décisions  

1 Si une dé­cision con­state l’aptitude, elle est val­able jusqu’à la date fixée pour un nou­vel ex­a­men de con­trôle ou jusqu’à l’ex­pir­a­tion du délai au ter­me duquel un exa­men de con­trôle est prévu (art. 73). Sa valid­ité ex­pire cepend­ant de man­ière an­tici­pée lor­sque des symptômes de mal­ad­ie ou un ac­ci­dent vi­ennent entre-temps re­mettre en cause l’aptitude. Dans ce cas, l’em­ployeur doit in­form­er la CNA.132

2 Si une dé­cision con­state une aptitude con­di­tion­nelle, le trav­ail­leur doit re­specter les con­di­tions qui lui sont im­posées en vue de protéger sa santé.

3 Si la dé­cision con­state une in­aptitude per­man­ente ou tem­po­raire, le trav­ail­leur ne doit pas com­men­cer le trav­ail dangereux ou doit at­tendre l’ex­pir­a­tion du délai fixé. S’il est déjà oc­cupé à un trav­ail de ce genre, il doit l’aban­don­ner dans le délai fixé par la CNA.

4 L’em­ployeur est sol­idaire­ment re­spons­able de l’ex­écu­tion de la dé­cision.

132 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 81 Inobservation d’une décision 133  

Si le trav­ail­leur ne donne pas suite à une dé­cision port­ant sur son aptitude et s’il con­tracte de ce fait la mal­ad­ie pro­fes­sion­nelle en cause ou qu’il en ré­sulte une ag­grav­a­tion de celle-ci ou en­core si le trav­ail­leur subit de ce fait un ac­ci­dent profes­sion­nel en rais­on d’un risque in­hérent à sa per­sonne, les presta­tions d’as­sur­ance seront ré­duites ou re­fusées con­formé­ment à l’art. 21, al. 1, LP­GA.

133 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

Chapitre 4 Droits du travailleur

Section 1 Conseils personnels

Art. 82  

Le trav­ail­leur qui est défin­it­ive­ment ou tem­po­raire­ment ex­clu d’un trav­ail peut de­mander con­seil à la CNA. Celle-ci doit le ren­sei­gn­er de man­ière com­plète sur la portée pratique de l’ex­clu­sion et lui in­diquer les or­gan­ismes auxquels il peut s’adres­ser dans la recher­che d’un em­ploi ap­pro­prié.

Art. 82a Emoluments 134  

La régle­ment­a­tion prévue à l’art. 72a de l’or­don­nance du 20 décembre 1982 sur l’as­sur­ance-ac­ci­dents135 est ap­plic­able par ana­lo­gie.

134 In­troduit par le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

135 RS 832.202

Section 2 Indemnité journalière de transition 136

136 Nouvelle teneur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vigueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 83 Droit 137  

Le trav­ail­leur qui est défin­it­ive­ment ou tem­po­raire­ment ex­clu d’un trav­ail reçoit de l’as­sureur une in­dem­nité journ­alière de trans­ition si cette ex­clu­sion lui cause, à court ter­me, de graves dif­fi­cultés économiques, not­am­ment parce qu’il doit quit­ter im­mé­diate­ment son em­ploi et n’a plus droit au salaire.

137 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 84 Montant et durée  

1 L’in­dem­nité journ­alière de trans­ition cor­res­pond à la pleine in­dem­nité journ­alière prévue à l’art. 17, al. 1, de la loi.138

2 Elle est ver­sée pendant quatre mois au plus.

138 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 85 Versement  

1 L’in­dem­nité journ­alière de trans­ition est payée men­suelle­ment, après coup.

2139

139 Ab­ro­gé par le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, avec ef­fet au 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

Section 3 Indemnité pour changement d’occupation

Art. 86 Droit  

1 Le trav­ail­leur qui a été défin­it­ive­ment ou tem­po­raire­ment ex­clu d’un trav­ail ou qui a été déclaré apte à l’ac­com­plir à cer­taines con­di­tions reçoit de l’as­sureur une in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion lor­sque:

a.140
du fait de la dé­cision et mal­gré des con­seils per­son­nels et le verse­ment d’une in­dem­nité journ­alière de trans­ition, et compte tenu par ail­leurs de l’ef­fort que l’on peut rais­on­nable­ment at­tendre de lui pour qu’il com­pense le préju­dice qu’il subit sur le marché du trav­ail, ses pos­sib­il­ités de gain de­meurent con­si­dér­able­ment ré­duites;
b.
il a ex­er­cé, chez un em­ployeur as­sujetti à l’as­sur­ance, l’activ­ité dangereuse pendant au moins 300 jours au cours des deux an­nées qui ont précédé im­mé­diate­ment la no­ti­fic­a­tion de la dé­cision ou le change­ment d’oc­cu­pa­tion ef­fecti­vement survenu pour rais­ons médicales;
c.141
il présente à l’as­sureur de l’em­ployeur qui l’oc­cu­pait au mo­ment où la déci­sion a été prise, une de­mande à cet ef­fet dans une péri­ode de deux ans à compt­er du mo­ment où la dé­cision est passée en force ou de l’ex­tinc­tion du droit à une in­dem­nité journ­alière de trans­ition.

2 Si dur­ant le délai de deux ans prévu à l’al. 1, let. b, le trav­ail­leur a été em­pê­ché d’ex­er­cer l’activ­ité dangereuse pendant plus d’un mois pour cause de mal­ad­ie, de ma­ter­nité, d’ac­ci­dent, de ser­vice milit­aire ou de chômage, led­it délai est pro­lon­gé d’une péri­ode équi­val­ente à celle de l’in­ca­pa­cité de trav­ail.

3 Si le trav­ail­leur n’a pas ex­er­cé l’activ­ité dangereuse pendant la durée de 300 jours prévue à l’al. 1, let. b, pour la seule rais­on que le genre de ce trav­ail ne le per­mettait pratique­ment pas, il a néan­moins droit à l’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion s’il a régulière­ment trav­aillé.142

140 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

141 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

142 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 87 Montant et durée  

1 L’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion s’élève à 80 % de la perte de salaire que subit le trav­ail­leur sur le marché du trav­ail par suite de la dé­cision d’in­aptitude tem­po­raire ou per­man­ente ou de la dé­cision d’aptitude con­di­tion­nelle. Est réputé salaire le gain as­suré au sens de l’art. 15 de la loi.

2 Si le béné­fi­ci­aire d’une in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion reçoit ultérieu­re­ment des in­dem­nités journ­alières ou une rente pour les suites d’un ac­ci­dent ou d’une mal­ad­ie pro­fes­sion­nels en rap­port avec l’activ­ité qui avait fait l’ob­jet de la dé­cision, l’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion peut être im­putée totale­ment ou parti­elle­ment sur ces presta­tions.143

3 L’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion est ver­sée pendant quatre ans au plus.

143 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 88 Versement 144  

L’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion est pay­able d’avance chaque mois.

144 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Section 4 Réduction des indemnités journalières de transition ou des indemnités pour changement d’occupation 145

145 Nouvelle teneur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vigueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 89  

1 Si l’in­dem­nité journ­alière de trans­ition ou l’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion con­court avec les presta­tions d’autres as­sur­ances so­ciales, elle est ré­duite con­formé­ment à l’art. 69 LP­GA.146

2 L’in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion est ré­duite ou re­fusée con­formé­ment à l’art. 21, al. 1 et 4, LP­GA, si l’ay­ant droit a ag­gravé sa situ­ation sur le marché du trav­ail:147

a.
en n’ob­ser­v­ant pas les pre­scrip­tions sur les ex­a­mens préven­tifs dans le do­maine de la mé­de­cine du trav­ail;
b.
en n’aban­don­nant pas l’activ­ité in­ter­dite ou
c.148
en ne se re­spect­ant pas les con­di­tions fig­ur­ant dans une dé­cision d’aptitude con­di­tion­nelle.

146 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

147 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

148 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Titre 5 Financement

Chapitre 1 Sécurité au travail

Art. 90 Frais à la charge de l’employeur  

L’em­ployeur sup­porte les frais des mesur­es qu’il doit pren­dre pour as­surer la sécu­ri­té au trav­ail, ain­si que les frais des éven­tuelles mesur­es de con­trainte.

Art. 91 Frais couverts par le supplément de prime  

Le sup­plé­ment de prime pour la préven­tion des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels (art. 87 LAA) sert à couv­rir les frais suivants:

a.
les frais des or­ganes d’ex­écu­tion de la LTr, pour la sur­veil­lance ex­er­cée, en vertu de la présente or­don­nance, sur l’ap­plic­a­tion des pre­scrip­tions de sécu­rité au trav­ail dans les en­tre­prises à l’ex­cep­tion des frais occa­sion­nés par la procé­dure d’ap­prob­a­tion des plans et d’autor­isa­tion d’ex­ploiter (art. 7 et 8 LTr);
b.
les frais oc­ca­sion­nés à la CNA par:
1.
l’activ­ité qu’elle déploie, en vertu de la présente or­don­nance et d’autres pre­scrip­tions de droit fédéral, dans le do­maine de la sé­cur­ité au trav­ail,
2.
le secrétari­at de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion,
3.
la ges­tion du sup­plé­ment de prime pour la préven­tion des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels;
c.
les frais oc­ca­sion­nés aux or­gan­isa­tions spé­cial­isées (art. 51) par l’activ­ité qu’elles déploi­ent dans le do­maine de la sé­cur­ité au trav­ail, en vertu du con­trat qu’elles ont passé avec la CNA;
d.
les frais de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion;
e.
les frais oc­ca­sion­nés aux as­sureurs par l’ex­écu­tion de man­dats spé­ci­aux de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion;
f.149
les frais des or­ganes d’ex­écu­tion pour la mise en œuvre de la loi du 12 juin 2009 sur la sé­cur­ité des produits150 dans le do­maine de la sé­cur­ité au trav­ail.

149 In­troduite par le ch. II 1 de l’O du 27 mars 2002 (RO 2002 853). Nou­velle ten­eur selon le ch. II 9 de l'an­nexe 4 à l'O du 19 mai 2010 sur la sé­cur­ité des produits, en vi­gueur depuis le 1er juil. 2010 (RO 2010 2583).

150 RS 930.11

Art. 92 Affectation du supplément de prime 151  

1 L’af­fect­a­tion du sup­plé­ment de prime est ré­gie par les dé­cisions de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion.

2 La CNA ad­min­istre le sup­plé­ment de prime au nom de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion et tient à cet ef­fet un compte spé­cial dû­ment in­tit­ulé. Ce compte spé­cial, ac­com­pag­né d’un rap­port, doit être sou­mis à l’ap­prob­a­tion du Con­seil fédéral chaque an­née, av­ant la fin du mois de juin de l’an­née suivante.

3 Les dé­tails ad­min­is­trat­ifs seront réglés dans une con­ven­tion con­clue entre la com­mis­sion de co­ordin­a­tion et la CNA.

4 Une fois ap­prouvé, ce rap­port est rendu pub­lic.

151 Nou­velle ten­eur selon le ch. 2 de l’an­nexe à l’O du 9 nov. 2016, en vi­gueur depuis le 1er janv. 2017 (RO 2016 4393).

Art. 93 Budget  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion présen­tent chaque an­née à la com­mis­sion de co­ordina­tion, jusqu’à une date fixée par celle-ci, leur budget pour l’an­née suivante.

2 Les as­sureurs an­non­cent chaque an­née à la com­mis­sion de co­ordin­a­tion, jusqu’à une date fixée par celle-ci, les primes nettes auxquelles il faut s’at­tendre pour l’an­née suivante.

3 Se fond­ant sur les don­nées ob­tenues con­formé­ment aux al. 1 et 2, la com­mis­sion de co­ordin­a­tion ét­ablit son budget.

4 Le budget de la com­mis­sion de co­ordin­a­tion sert à déter­miner le mont­ant des in­dem­nités à vers­er aux or­ganes d’ex­écu­tion et à pré­parer la pro­pos­i­tion au Con­seil fédéral en vue d’une modi­fic­a­tion du sup­plé­ment de prime.

Art. 94 Fixation du supplément de prime  

Le Con­seil fédéral fixe le sup­plé­ment de prime dans une or­don­nance spé­ciale. En règle générale, ce sup­plé­ment sera ad­apté aux cir­con­stances tous les cinq ans.

Art. 95 Virement du supplément de prime  

1 Les as­sureurs virent à la CNA les sup­plé­ments de primes à la fin du tri­mestre qui suit leur en­caisse­ment.

2 Les as­sureurs doivent faire con­trôler chaque an­née, par un or­gane de re­vi­sion ex­terne, la per­cep­tion et le virement du sup­plé­ment de prime. Le rap­port de cet or­gane doit au moins don­ner des ren­sei­gne­ments sur le mont­ant du sup­plé­ment de prime per­çu et sur les primes nettes cor­res­pond­antes. Il doit être re­mis à la com­mis­sion de co­ordin­a­tion jusqu’à la fin juin de l’an­née qui suit l’ex­er­cice compt­able.

Art. 96 Indemnisation des organes d’exécution  

1 Les or­ganes d’ex­écu­tion présen­tent tri­mestri­elle­ment à la com­mis­sion de co­ordi­na­tion un dé­compte de leurs dépenses, ac­com­pag­né de pièces jus­ti­fic­at­ives.

2 Si les dé­comptes ne donnent lieu à aucune ob­jec­tion, les or­ganes d’ex­écu­tion in­té­ressés sont in­dem­nisés con­formé­ment au règle­ment d’in­dem­nisa­tion (art. 54).

3 La com­mis­sion de co­ordin­a­tion peut procéder elle-même à la re­vi­sion des dé­comp­tes des or­ganes d’ex­écu­tion ou les faire ex­am­iner par un or­gane de re­vi­sion.

Art. 97 Exemption du supplément de prime  

Les mén­ages privés sont ex­emptés de l’ob­lig­a­tion de pay­er le sup­plé­ment de prime pour la préven­tion des ac­ci­dents et mal­ad­ies pro­fes­sion­nels.

Chapitre 2 Prévention des accidents non professionnels

Art. 98 Calcul du supplément de prime  

1 Le sup­plé­ment de prime pour la préven­tion des ac­ci­dents non pro­fes­sion­nels (art. 88, al. 2, LAA) doit être cal­culé de man­ière à per­mettre aux as­sureurs qui parti­cipent à la ges­tion de l’as­sur­ance-ac­ci­dents de pay­er au moins leur quote-part an­nuelle au bpa (art. 59).152

2 La CNA et les autres as­sureurs présen­tent leur pro­pos­i­tion con­cernant la fix­a­tion du sup­plé­ment de prime au Con­seil fédéral. Ce­lui-ci con­sulte les or­gan­isa­tions in­té­ressées.

152 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 99 Fixation du supplément de prime 153  

Le Con­seil fédéral fixe le sup­plé­ment de prime dans une or­don­nance spé­ciale. En règle générale, ce sup­plé­ment sera ad­apté aux cir­con­stances tous les cinq ans.

153 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 100 Affectation du supplément de prime  

1 Les as­sureurs ne peuvent util­iser le sup­plé­ment de prime que pour:

a.154
pay­er leur quote-part au bpa;
b.
fin­an­cer des mesur­es de préven­tion des ac­ci­dents non pro­fes­sion­nels prises par eux-mêmes ou par des tiers;
c.155
réunir des don­nées stat­istiques spé­ciales des­tinées au bpa, aux fins de pré­ve­nir des ac­ci­dents non pro­fes­sion­nels.

2 Les as­sureurs tiennent un compte sé­paré au sujet de l’af­fect­a­tion du sup­plé­ment de prime.

154 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

155 Nou­velle ten­eur selon le ch. I de l’O du 25 avr. 2001, en vi­gueur depuis le 1er juin 2001 (RO 20011393).

Art. 101156  

156 Ab­ro­gé par le ch. I de l’O du 22 nov. 2000, avec ef­fet au 1er janv. 2001 (RO 2000 2917).

Titre 6 …

Art. 102 et 103157  

157 Ab­ro­gés par le ch. I de l’O du 11 sept. 2002, avec ef­fet au 1er janv. 2003 (RO 2002 3921).

Titre 7 Dispositions finales

Art. 104 Réserve des prescriptions de police  

Les pre­scrip­tions fédérales, can­tonales et com­mun­ales de po­lice, not­am­ment celles de la po­lice des con­struc­tions, du feu, de la santé et des eaux, qui sont plus exi­gean­tes ou plus dé­taillées que celles de la présente or­don­nance sont réser­vées.

Art. 105 Abrogation de dispositions en vigueur  

Sont ab­ro­gées:

a.
l’or­don­nance du 23 décembre 1960158 re­l­at­ive à la préven­tion des mal­ad­ies pro­fes­sion­nelles;
b.
l’or­don­nance du 8 mai 1968159 sur la co­ordin­a­tion de l’ex­écu­tion de la loi sur l’as­sur­ance en cas de mal­ad­ie et d’ac­ci­dents et de la loi sur le trav­ail dans le do­maine de la préven­tion des ac­ci­dents et des mal­ad­ies pro­fes­sion­nelles;
c.
l’or­don­nance du Dé­parte­ment fédéral de l’in­térieur du 9 fév­ri­er 1970160 rela­tive à l’ex­écu­tion des mesur­es de préven­tion des ac­ci­dents dans l’ag­ri­cul­ture;
d.
l’or­don­nance du Dé­parte­ment fédéral de l’in­térieur du 14 jan­vi­er 1965161 con­cernant la com­pos­i­tion de la Com­mis­sion tech­nique prévue à l’art. 22 de l’or­don­nance II sur l’as­sur­ance-ac­ci­dents, du 3 décembre 1917, et les in­demni­tés à vers­er à ses membres.

158[RO 1960 1720, 1962 96]

159[RO 1968 641]

160[RO 1970 287]

161[RO 1965 85]

Art. 106 Modifications de dispositions existantes  

162

162 Les mod. peuvent être con­sultées au RO 1983 1968.

Art. 107163  

163 Ab­ro­gé par le ch. I de l’O du 1er avr. 2015, avec ef­fet au 1er oct. 2015 (RO 2015 1091).

Art. 108 Dispositions transitoires  

1 Les dir­ect­ives d’or­dre tech­nique et ad­min­is­trat­if édictées av­ant l’en­trée en vi­gueur de la présente or­don­nance ain­si que les dé­cisions passées en force con­cernant la sou­mis­sion d’en­tre­prises aux pre­scrip­tions sur les mesur­es d’or­dre médic­al de l’or­don­nance du 23 décembre 1960164 re­l­at­ive à la préven­tion des mal­ad­ies pro­fes­sion­nelles con­ser­vent leur valid­ité. Il en est de même des dé­cisions d’aptitude ou d’in­aptitude.

2 Les bâ­ti­ments et autres con­struc­tions existants ain­si que les in­stall­a­tions et appa­re­ils tech­niques existants qui ne ré­pond­ent pas aux ex­i­gences de la présente or­don­nance ne peuvent con­tin­uer d’être util­isés que si la sé­cur­ité des trav­ail­leurs est garantie par d’autres mesur­es aus­si ef­ficaces, ceci jusqu’au 31 décembre 1987 au plus tard.

3 Le délai de deux ans prévu à l’art. 86, al. 1, let. b (droit à une in­dem­nité pour change­ment d’oc­cu­pa­tion) vaut égale­ment lor­sque le trav­ail­leur a ex­er­cé, av­ant l’en­trée en vi­gueur de la présente or­don­nance, l’activ­ité don­nant lieu à une dé­cision d’in­aptitude ou d’aptitude con­di­tion­nelle.

Art. 109 Entrée en vigueur  

La présente or­don­nance entre en vi­gueur le 1er jan­vi­er 1984.

Disposition finale de la modification du 1 juin 1993 er165

La commission de coordination informe le département, dans le délai d’un an à compter de l’entrée en vigueur de la présente modification, de l’état d’avancement des travaux d’élaboration des directives prévues à l’art. 11b.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Feedback